Vous êtes inscrits sur PRD ? Alors passez de temps en temps dans la FICHE DU FORUM pour y laisser un petit mot !
N'oubliez pas, toutes les 2h un clic sur les top sites en page d'accueil. C'est important pour faire grandir le forum !

Partagez | 
 

 Toi, ici. > Richard Caldwell <TERMINE>

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Toi, ici. > Richard Caldwell <TERMINE>   Mer 30 Juil - 13:23

Toi, ici.
Richard Caldwell & Abigail Harrington
Ce qu’elle détestait faire des courses ! Comme une idiote elle avait filé son collant et n’en avait plus de rechange au bureau. Elle était sortie déjeuner et en descendant de voiture, clac, collants filés ! Obligée de filer en acheter un au plus vite pour ne pas ressembler à ses ces pauvres filles que l’on peut croiser dans la rue avec des trous partout ! Elle aurait pu aller dans un grand magasin mais le drugstore était plus près et puis pour quelques heures, le collant de grande surface ferait très bien l’affaire. Nous sommes effectivement en été et il ne fait plus si froid mais Abigail Harrington était du genre frileux.
Evidemment, elle ne venait jamais ici et personne n’était fichu de l’aider à trouver le coin où les collants se cachaient. Si ça se trouve il n’en vendait pas ? Elle en avait pourtant besoin !

Cela la mettait de mauvaise humeur. Elle aurait mieux fait de demander à son assistante d’aller régler le problème pour elle mais elle s’était sentie d’humeur aventurière ! Cela faisait si longtemps qu’elle n’avait pas fait quelque chose de si simple. Zoila faisait les courses, passait chercher leurs vêtements au pressing, allait à la pharmacie, la boulangerie... Zoila ou ses assistants faisaient tout pour elle. Aujourd’hui, elle avait mangé un sandwich sur le pouce et avait fait des visites. D’habitude elle prenait toujours le temps de s’installer confortablement pour manger. Là, cela avait été dans la voiture ! Il faudrait d’ailleurs la faire nettoyer. Bref, elle était une femme normale, plus une femme de la haute. Si AJ l’avait vue, il aurait surement trouvé quelque chose à dire pour se moquer d’elle. Acheter un sandwich, vous vous rendez-compte ? Elle l’avait acheté elle-même ! Avant elle était même capable de les faire... C’était plus ou moins fini tout ça.

Elle déambulait donc dans les allées, ne trouvant rien, regardant avec insistances les gens autour d’elle, parlant un peu seule. Agacée par tout cela.

_ « Collants... Collants... Mais où se cachent-ils ?! ... » Elle continua à errer quelques instants jusqu’à ce qu’elle tombe dessus pas hasard ! Délivrance ! ... Presque.

_ « Mais qu’est-ce que c’est que ça ? Mon D ieu ce que c’est moche. Qui met des trucs pareils ? » Bon... De toute évidence elle n’allait pas porter de collants cet après-midi ou en tout cas, ce n’était pas ici qu’elle allait les trouver. Il lui faudrait aller chez Wolford.
Alors qu’elle ne se préoccupait plus de ce qui pouvait l’entourer, elle percuta quelqu’un. Un homme, grand dont le parfum lui rappelait une époque révolue mais douce.

_ « Richard, cela faisait longtemps. » Son premier amour...

code by mirror.wax
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi, ici. > Richard Caldwell <TERMINE>   Sam 2 Aoû - 0:15



▲ Toi, ici feat Abigail


Dentifrice. Savonnette à la lavande (la lavande ?). Cotons à démaquiller. Tampons. Shampoing.
Attendez ... il venait de lire "tampons" sur la liste que sa fille lui avait laissée ? Comme dans le truc de filles pour les filles que les filles achètent toutes seules ou avec leur mère ? Il allait vraiment falloir qu'il arrête d'être un père poule, parce que ça ... c'était juste pas possible ! Il était hors de question qu'il achète ça.
Il venait de dégainer son téléphone portable, prêt à laisser un message à sa fille comme quoi il faudrait qu'elle termine ses courses en sortant du boulot, quand une femme le percuta. Le téléphone s'écrasa au sol, le capot arrière se disloquant de l'appareil, et la batterie alla glisser sous le rayonnage devant lequel il se trouvait maintenant. Génial ... Ca sentait la journée de défaite. Ca avait commencé ce matin, quand il s'était mis à pleuvoir alors qu'il ne parvenait pas à trouver ses clés de voiture dans la serviette en cuir qu'il emmenait toujours au boulot. Ensuite la machine à café était tombée en panne, son adjoint s'était tordu la cheville, une voiture avait été volée à la fourrière ... Bref, le genre de journée lamentable que tout le monde détestait. Ce n'était, finalement, que la suite logique.
Toutefois, avant de ramasser les débris de son téléphone - flambant neuf, évidemment - il prit la peine de tourner la tête vers le fautif. La fautive, en fait. Sa chevelure rousse tout comme son regard perçant et son port de tête altier étaient inoubliables. Abigail.
    Abigail. Je suis heureux de te voir. Mon téléphone un peu moins, je le crains.

Il haussa les épaules en un signe d'excuses, et l'abandonna une minute pour récupérer les morceaux. Le téléphone redémarra sans sourciller, et il eut un soupir de soulagement. Qui a dit que seuls les vieux tromblons étaient solides ? Même son écran n'avait pas souffert du choc. C'était presque un miracle.
Il glissa rapidement l'appareil dans sa poche, et se reconcentra sur la femme en face de lui. Croiser Abigail dans un drugstore était totalement ... incongru. C'était très éloigné de l'image de femme d'affaires qu'elle dégageait aujourd'hui.
    Que fais-tu là ? Comment va Julian ?

Comme fréquemment quand il la croisait, il perdait une partie de ses moyens. Les sentiments étaient envolés depuis longtemps entre eux, et pourtant elle continuait à avoir un étrange pouvoir sur lui. Les mots se bousculaient dans sa bouche, Dieu merci pas aussi vite que les pensées dans sa tête. Abigail ... Julian. Et AJ, bien sûr ! Forcément le même AJ que celui dont sa fille lui avait parlé quand elle était arrivée fin saoule chez lui. Il avait tout de suite flairé le danger à l'évocation du prénom, il comprenait mieux pourquoi.
    Et comment va ton fils depuis ... ?

Il s'arrêta là. Elle avait parfaitement compris qu'il parlait de la mort du jeune Thompson. Et il était prêt à parier que la vie n'était pas plus facile pour elle en ce moment que ce qu'il traversait avec sa fille. Mais au-delà de ça, il voulait savoir s'il devait protéger son Elinor de ce garçon. S'il pouvait avoir mauvaise influence. Elle seule comptait, il se moquait bien dans le fond de ce qu'il advenait du fils d'Abigail. Seule Elinor l'intéressait, mais pour elle il ferait tout.
made by moonstone.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi, ici. > Richard Caldwell <TERMINE>   Sam 2 Aoû - 11:41

Toi, ici.
Richard Caldwell & Abigail Harrington
Mince, elle l’avait percuté si fort que son portable avait valsé. Elle n’aimait pas abîmer les affaires des autres, encore moins celles de Richard si possible. Elle lui ramassa l’un des bouts tombé à ses pieds. Périlleux de se baisser ainsi quand on porte une jupe crayon mais que ne ferait-on pas pour son premier amour ?
Elle l’aida donc, ne le quittant pas des yeux. Il lui semblait qu’il n’avait pas changé. Pas comme ces hommes qui vieillissent, deviennent énormes, prennent une bedaine de femme enceinte de 9 mois. Lui était fringuant. Il avait certes des rides, l’air peut être fatigué mais il avait quatre enfants, un boulot... De fonctionnaire, oui, mais à responsabilités. Ce métier n’était pas assez prestigieux pour elle, c’était certain mais elle savait qu’au moins la ville pouvait compter sur son sérieux et son dévouement.
Elle lui tendit le petit bout qu’elle avait ramassé, batterie ou peu importe et lui sourit.

_ « Je suis navrée. J’espère qu’il n’y a pas de dommage, sinon ne t’en fais pas, je te rembourserai. » Hors de question de le laisser se débrouiller si elle avait cassé quelque chose, elle était en tort après tout, elle n’avait pas regardé devant elle. Non mais qu’elle estime qu’il n’avait pas les moyens de faire réparer son téléphone hein, juste, c’était selon elle ce qu’il fallait dire au cas où quelque chose était brisé.

_ « Je suis à la recherche d’un détachant, impossible à trouver, pour le cuir, et toi ? » Hors de question qu’elle avoue rechercher des collants parce qu’elle avait filé le sien ! Non, une femme de sa classe n’avoue pas ce genre de chose. Un détachant pour le cuir, c’est très bien. De plus, Richard semblait tellement surpris de la croiser ici. Comme s’il s’agissait de quelque chose d’absolument inouï. Elle faisait les courses elle aussi ! Oui ! Parfois... Un peu... Bon d’accord... C’était effectivement très surprenant !
Julian maintenant. Ah... Julian qu’elle ne voyait plus beaucoup ces temps-ci. Avec les changements que l’hôtel voulait faire elle avait du boulot par-dessus la tête. Julian quant à lui se noyait également sous une tonne de paperasse. Ils se croisaient...

_ « Julian va bien, il travaille énormément. Il m’a dit que ta fille avait été mise en repos. J’espère qu’elle va mieux. » Drôle de fille d’ailleurs. Gail ne l’aimait pas du tout. Julian semblait l’apprécier beaucoup. Il ne cessait de répéter qu’elle travaillait bien et que malgré ses antécédents elle était une jeune fille pleine de ressources et sérieuse. Mouais... Il voyait toujours le meilleur en les autres. Gail, elle, ne voyait pas les choses sous cet angle. Elinor était une drôle de fille, comme sa mère. Mère qu’elle n’appréciait d’ailleurs absolument pas ! Peut-être était-ce pour cette raison qu’elle n’avait que si peu d’estime pour son enfant ? Surement. Peu lui importait.
_ « AJ se remet doucement... Il a décidé d’arrêter le sport en compétition. Tout ça l’a vraiment secoué. » Elle n’en avait absolument pas parlé avec son fils en réalité. Pas une seule fois et honnêtement, elle n’avait aucune idée de comment son fils se sentait. Fatigué vu la mine, certainement après... Elle ne lui avouerait pas ! Pas à Richard ce si bon et parfait père. Il avait certes une drôle de fille droguée mais elle avait commencé à déconner quand elle était avec sa mère, pas avec lui. Gail en était convaincue, Richard était un sacré père mais son ex n’avait absolument pas su gérer. Heureusement qu’AJ ne tournait pas si mal ! Elle n’était quand même pas une aussi mauvaise mère ? Non ! Et puis Julian le verrait tout de suite si quelque chose se tramait.

_ « Cela faisait longtemps que ta fille était avec lui non ? Ca a dû être un sacré choc pour elle aussi. » Elle ne serait pas étonnée de lire dans le BS qu’Elinor avait été trouvée ivre morte ici ou là. Enfin... Pauvre petite me direz-vous.

code by mirror.wax
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi, ici. > Richard Caldwell <TERMINE>   Sam 2 Aoû - 22:39



▲ Toi, ici feat Abigail


    Il fonctionne, ne t'inquiète pas.

Comme s'il aurait accepté le moindre centime de sa part dans le cas contraire, de toute façon ! Il ne l'aurait pas fait pour un inconnu, alors qu'il s'agissait d'un malheureux incident dans lequel il avait lui-même sa part de responsabilités, alors pour elle ... certainement pas ! Aujourd'hui, ils ne se croisaient plus guère que parce qu'elle était impliquée dans la vie de la ville, et que lui en était le shérif, mais elle n'en gardait pas moins une place particulière dans son coeur. Ils n'auraient pas pu être amis, pas autrefois tout du moins. Aujourd'hui ? Peut-être, mais les circonstances de la vie les avaient sans doute éloignés de façon définitive. En tout cas ... il n'était pas mesquin à réclamer de l'argent pour un téléphone.
Et puis, qu'il le veuille ou non, il était plutôt content de la croiser sans avoir pour une fois à discuter de la sécurité de la ville, des boîtes de nuit qui faisaient trop de bruit, ou encore des limitations de vitesse à revoir.
Il la dévisagea, peut-être pas de façon très discrète. Elle avait toujours cette même élégance qui l'avait déjà séduit quand ils étaient jeunes. Et cette façon de se préoccuper de détachant pour le cuir. Il était certain qu'elle ne faisait jamais les courses. Lui les faisait, et croisait régulièrement Zoila, son aide de maison, au supermarché. Quiconque aurait trouvé superficiel de la voir se donner le mal d'aller faire des courses pour un détachant, lui ne s'en étonnait pas plus que ça. C'était tout à fait son style.
    Linoy m'a donné une liste de courses à lui faire ; elle termine sa garde tard ce soir et enchaîne avec une journée du même acabit, demain.

C'est beaucoup, et de nombreux pères s'en inquiéteraient, mais depuis qu'elle avait repris le boulot, il la trouvait mieux. Peut-être aussi depuis qu'elle était revenue au chalet, mais il voulait croire qu'elle n'avait pas besoin de lui comme béquille. Sa fille chérie ...
    Je crois m'en tirer honorablement ! D'ailleurs, effectivement, elle a repris. Elle avait besoin de quelques jours de repos.

Il ne peut pas manquer de loyauté envers sa Linoy et dire que stopper le boulot l'avait incitée à boire plus que de raison. Surtout qu'il sait très bien que le travail est un palliatif pour ne pas penser à la mort de son petit ami. Il ne les avait pas crus si attachés, alors il n'avait pas anticipé à quel point Linoy serait dévastée. Il s'en voulait, il aurait réagi plus tôt.
Comme avec AJ. Comment avait-il pu être assez bête pour ne pas faire le lien avec le fils de son ancien amour, pompeusement baptisé des initiales de ses parents ?
Il était secoué aussi ? Soit. Ca, Richard pouvait l'imaginer. Pour ce qu'il en savait, lui et Pete Thompson étaient proches. La belle histoire pour les medias, les deux amis tous les deux champions, leur médaille d'or olympique en équipe aux JO de Vancouver. C'est mignon tout ça, et c'est bien triste pour le fils d'Abigail, mais lui a une fille à protéger. Et pas le temps de tourner autour du pot.
    Linoy est bien plus choquée que je ne l'aurais imaginé. Mais je crois aussi ... Ne le prends pas mal, Gail, mais elle est arrivée chez moi l'autre jour ivre morte, et elle parlait de ton fils. Ils se fréquentent régulièrement et ... je ne crois pas qu'il ait bonne influence sur elle. Elle est fragile. Tu es certaine qu'il n'est que "secoué" ?

Pour Richard, c'est sûr, il a fait boire sa fille. Donc il a dû en faire autant. Abigail ne peut pas ignorer ça. Et de toute façon, si c'est le cas, il préfère qu'elle soit vigilante. Aucun parent ne veut traverser ce que lui a traversé avec Linoy ...
made by moonstone.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi, ici. > Richard Caldwell <TERMINE>   Dim 3 Aoû - 23:21

Toi, ici.
Richard Caldwell & Abigail Harrington
Ouf, elle n’avait pas fichu en l’air le téléphone du sheriff ! Sinon il l’aurait menottée et conduite en cellule... Hum... GAIL ! Elle chasse tout cela de son esprit. D’ailleurs, elle n’eut même pas vraiment le temps d’y penser en fait. A peine l’idée était apparue qu’elle avait disparue. Heureusement, pauvre Julian, s’il savait qu’elle avait encore de telles pensées à propos de Richard, il ne serait pas content. Avec un autre homme il dirait que c’est normal, qu’ils sont mariés depuis tellement longtemps qu’il est tout à fait sain de penser parfois à d’autres. Mais pas Richard, il ne le supporterait surement pas ou sans parler de réellement se mettre en colère cela pourrait lui faire de la peine. Elle ne voulait pas faire de la peine à son mari. Elle avait de sacrés vices et oui, encore quelque chose d’étrange pour son ex mais Julian, c’était Julian. Le parfait mari pour elle. Explication faite, passons à autre chose.

Linoy/Elinor Elinor/Linoy, elle n’y avait jamais rien compris. Lequel était son vrai prénom, lequel était un surnom ? Surement Linoy, certes, mais quand Abigail Harrington voulait faire celle qui n’y comprenait rien elle était très forte. Surement la meilleure !
Quand il parlait de sa fille ou de ses enfants tout simplement, Richard avait toujours les yeux qui s’allumaient d’une lumière qu’elle n’avait jamais vue chez autre père que lui. Elle savait qu’il existait des mères poules/louves/italiennes/juives, mais des pères ? Il y avait Richard Caldwell. Ses enfants avaient de la chance de l’avoir. AJ avait de la chance d’avoir Julian mais chez Richard la dévotion était toute particulière. Il fallait avouer que pour l’ainée la mère avait été loin d’être à la hauteur !
Elle acquiesça. Le travail, les courses... Quelques jours de repos « forcés ». Oui. Cela pouvait se comprendre. Elle n’était pas balayeuse, elle avait tout de même des vies entre les mains. Il aurait plus manqué que quelqu’un décède sous sa main.
Elle n’avait encore rien répondu, ne cessant de sourire. La suite la fit quelque peu se raidir et pourtant, elle ne perdit aucunement son sourire. Sourire de façade. Sourire qu’elle prenait quand quelque chose n’allait pas dans les affaires mais qu’il fallait feindre le détachement.
Ce qu’il lui disait passait d’ailleurs plus ou moins à cent mille au-dessus de sa tête. Celle qui avait un problème était sa fille, pas son fils ! Son fils allait très bien ! Elle n’en était malheureusement pas certaine mais elle ne voulait pas que le père d’une junky lui dise que son bébé, à elle, était néfaste pour cette graine de délinquante qu’il avait engendrée ! AJ allait très bien et la mort de son ami avait été un coup dur mais il guérissait ! Bien entendu qu’il guérissait.

Cela ne se voyait pas mais pourtant Richard Caldwell avait provoqué une tempête dévastatrice en Abigail. Elle ne bougeait toujours pas et son sourire était désormais figé. Sa respiration était un peu plus lente et surtout, bien plus profonde. Il ne fallait pas qu’elle se laisse aller et qu’elle explose. Conseil : Ne jamais dire à un parent que son enfant a quelque chose qui ne tourne pas rond. Jamais ! C’est la règle !

_ « Ce serait étonnant qu’ils se « fréquentent régulièrement » comme tu le dis... Je ne voudrais pas non plus que tu le prennes mal Richard mais l’addict, c’est ta fille, pas mon fils. Il a effectivement passé une période difficile avec le décès de Pete, maintenant il tourne la page. Il a déménagé, il arrête le sport. Il va bien. » Etonnant parce que son fils à des principes et puis elle n’est pas assez équilibrée pour lui. Etonnant parce que... Il lui aurait dit ?! Non, évidemment que non mais cela Richard ne pouvait pas le savoir !
Elle n’avait pu retenir sa langue. Le problème n’est pas AJ, c’est Linoy, et si elle rentre saoule, ce n’est ni son problème à elle, ni celui de son fils. Si ça se trouve il lui a fait la morale, elle n’a pas apprécié. Voilà tout.

_ « Il a peut-être tout simplement essayé de la remettre sur les rails et elle n’a pas apprécié. Elle s’est consolée en buvant. C’est ce que font les personnes fragiles. » D ieu qu’elle se voilait la face. AJ n’allait pas bien et leur dernière rencontre devrait d’ailleurs la mettre sur la piste. Elle ne l’avouerait pas sans en être certaine. Elle ne voulait pas y croire. Son fils est clair, Linoy, non, point à la ligne. Comment Richard pouvait-il lui dire ainsi que son fils était néfaste pour sa junky de fille ?! Comment ?! C’était cela qui la mettait hors d’elle en fait. Qu’il le juge alors qu’AJ n’avait jamais rien fait !

code by mirror.wax
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi, ici. > Richard Caldwell <TERMINE>   Jeu 7 Aoû - 23:40



▲ Toi, ici feat Abigail


Il l'avait vue se raidir, même gardant son sourire. Des années plus tard, il retrouvait tant de ses attitudes qui n'avaient pas changé. Son style avait changé, elle avait vieilli - elle restait cependant toujours aussi belle. Mais certaines choses ne changeraient jamais chez elle.
Elle n'aimait pas ce qu'il venait de lui dire, il le sentait. Cela ne le surprenait pas. Personne n'a envie de s'entendre dire ce qu'il vient de dire de son enfant. Richard lui-même n'avait pas voulu croire tout ce que les medias disaient de Linoy, autrefois. Pourtant au milieu des conneries - grossesses et compagnie - il y avait du vrai. Dont la drogue. L'alcool. Elle était encore si fragile aujourd'hui. Aurait-il pu changer quelque chose s'il avait prêté attention plus tôt à tout ça ? Est-ce que cela changerait quelque chose qu'il essaye de mettre en garde Abigail ?
    Abi ... pardonne-moi d'insister mais ... ton fils est champion olympique, il a toute sa carrière devant lui, tu trouves normal qu'il arrête ?

Richard était-il le seul des deux que cela choque, qu'un jeune mette fin à sa carrière, à sa passion, comme ça ? La perte de Pete était un traumatisme, mais combien de sportifs arrêtaient pour ça ? Aucun. Est-ce que rien que cela ne mettait pas la puce à l'oreille d'Abi ? Ou ... ne voulait-elle pas entendre ?
    Ma fille n'est plus une addict, et je te souhaite que ton fils ne le devienne pas. Mais ... Abi, je te dis tout ça sans animosité et je ne te juge pas. Tu l'as dit toi-même, ma fille a un problème. Ne vis pas ça avec ton fils.

Il ressentait beaucoup d'empathie vis-à-vis d'elle. Il avait entendu AJ au téléphone, quand il avait appelé sa fille. Il était raide, clairement. Et incohérent. Richard n'avait pas entendu tous les messages, il n'avait pas tout saisi, mais ce qu'il avait entendu, c'était quelqu'un de déstabilisé. Les jeunes adultes qui ont trop fait la fête, il les connaît, il a 4 enfants dont 3 qui sont en plein dedans. Joshua l'a déjà appelé, et pas qu'une fois, ou lui a déjà laissé des messages. Il n'aime pas beaucoup savoir que ses enfants se "mettent des cuites" comme ils disent, et il surveille de près que ça ne dérive pas. Mais cette fois-là, c'était différent, il pouvait le jurer. Et il se rendait compte qu'au-delà du besoin de protéger sa fille, il ne voulait pas qu'un autre jeune traverse les mêmes épreuves.
    Et ton fils se serait consolé de ne pas avoir pu l'aider en buvant de son côté ? Abi, j'étais là quand il l'a appelée. De nombreuses fois. En laissant des messages incohérents. En demandant à la voir.

Il lui avait pris la main sans s'en rendre compte, comme pour mieux faire passer son message.
    Ecoute, je ne dis pas qu'il est alcoolique, ni qu'il a les mêmes problèmes que ma fille. Simplement que cela pourrait être le cas, et que tu devrais t'assurer du contraire. Je m'inquiète pour Linoy, parce qu'elle est fragile, mais je ne souhaite pas plus que demain AJ tourne de la même façon.

De ce point de vue-là, il avait commis une erreur. Il n'aurait pas dû dire à Abi que son fils pouvait avoir une mauvaise influence sur Linoy, même s'il en était persuadé. Ce n'était pas de cette façon qu'elle allait lui prêter attention ... Mais enfin, il allait tâcher de rattraper cette maladresse.
made by moonstone.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi, ici. > Richard Caldwell <TERMINE>   Ven 8 Aoû - 19:57

Toi, ici.
Richard Caldwell & Abigail Harrington
Que faire ? Le croire sur parole et ne pas se mettre sur la défensive ou vouloir absolument défendre l’honneur de son fils et par la même occasion, le sien ? Le choix était compliqué. Richard était réputé pour être un excellent père. Comme tous les enfants, les siens aussi faisaient des bêtises mais il était très présent pour eux. A l’écoute et prêt à discuter avec eux. Gail n’était pas vraiment ce genre-là. Trop bornée. Elle aurait dû le croire car il savait reconnaître les signes. En plus, il y avait l’expérience acquise en tant que chef de la police.
Elle serra les dents en l’écoutant. Ce qu’il disait avait du sens, évidemment. Elle n’allait cependant pas admettre les choses aussi facilement. Elle allait y penser, oui, longuement. Elle allait s’inquiéter, se poser des questions. En discuter avec Julian, Zoila et même AJ.

Il ne fallait pas s’y tromper, Abigail était une bonne mère, son seul problème étant le fait qu’elle ne savait absolument pas communiquer avec son fils. Elle préférait lui rentrer dedans plutôt que d’essayer de faire les choses subtilement. C’était ainsi depuis son adolescence et même avant. Elle se rendait bien compte qu’elle n’avait pas opté pour la meilleure solution mais voilà, c’était leur façon de communiquer, si on pouvait réellement appeler cela de la communication. En réalité il s’agissait surtout d’avoir deux murs l’un en face de l’autre qui se rentrait dedans.

_ « Il a simplement compris que ce n’était pas un choix de carrière judicieux et sans Pete il a perdu toute passion. »  C’était cohérent non ? Oui ! Elle en était persuadée même si effectivement, ce que disait Richard était plausible. Elle connaissait bien AJ et il fallait avouer que ce revirement de situation était quelque peu déroutant. Dire qu’il avait perdu l’amour du sport parce qu’il avait perdu son meilleur ami était ridicule. Au contraire, il aurait plus été du genre à honorer son ami en continuant à « skier ». Là, ne passait-il pas pour un lâcheur ?
Les avis se bousculaient dans sa tête. Le croire ou défendre AJ. Le croire en défendant AJ. Ne pas le croire et ne pas défendre son fils. Compliqué.

Il était évident que Richard ne lui disait pas cela pour la juger ou lui faire remarquer qu’elle avait tout gâcher ou qu’elle était complètement aveugle. Elle le savait, il ne lui voulait pas de mal.
Elle lui fit un léger sourire plus proche de la grimace que d’autre chose. Son cerveau commençait à tout assimiler. A faire des associations, à comprendre tout en réfutant le tout.

_ « AJ aurait tout au plus besoin de noyer un peu son chagrin mais de là à dire qu’il a un réel problème d’alcool... Je n’y crois pas Richard. » C’était surtout qu’elle ne voulait pas y croire. Mais non, son fils n’était pas un alcoolique et pourtant, quand elle l’avait vu la dernière fois elle lui avait fait cette réflexion : « Tu ressembles à l’une de ces ivrognes que je croise lors des soirées à l’hôtel ! » Il avait avalé son verre d’une traite sans même prendre le temps de regarder de quoi il s’agissait, de le gouter... Rien. Il avait bu comme s’il avait voulu avec ce geste, oublier ou... ? Effacer quelque chose.

_ « Il y a peut-être une histoire dont nous ne sommes pas au courant entre eux et voilà tout. Je ne pense pas qu’il faille en faire une affaire d’état. Je suis navrée qu’il vous ait dérangés. Je lui parlerais. » Qu’il ne s’entiche surtout pas de la fille de Richard ! Surtout pas, elle n’était pas assez équilibrée !
Elle avait quand même tenté de sauver les meubles tant bien que mal. Avec n’importe qui d’autre que Richard ce serait surement passé mais pas avec lui, du moins elle en doutait. Sa fierté lui laissait croire qu’elle pouvait le mener en bateau comme elle le voulait mais il fallait être objective, il la connaissait trop bien.
Elle ne prenait pas non plus vraiment mal ses commentaires. Elle le savait, Richard était un homme bien, trop bien même, c’était ce que l’on pouvait lui reprocher si il fallait lui reprocher quelque chose. Richard Caldwell l’homme parfait ! Tiens, d’ailleurs, si vraiment elle avait voulu se vexer elle lui aurait balancé à la figure sa perfection de parent, mais non. Elle avait du mal à être agressive envers lui, de plus, faire une scène ici aurait été tout à fait malvenu. Elle avait une image à tenir. Des gens, connaissant leur passé et se trouvant là les regardaient d’ailleurs... Vivre dans une si petite ville était parfois vraiment déplaisant !

code by mirror.wax
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi, ici. > Richard Caldwell <TERMINE>   Jeu 14 Aoû - 13:02



▲ Toi, ici feat Abigail


Il se mettait à sa place. En tant qu'adulte, en tant que parent, c'est tellement difficile de découvrir que son enfant peut avoir des problèmes, qu'on a rien vu, qu'on a rien su. Ca implique de se remettre complètement en cause, de se sentir coupable, se reprocher d'avoir échoué à bien l'éduquer. Au bout d'un moment, on se pardonne, et on se dit qu'on ne peut pas leur éviter de tomber parfois, mais avant cela, il y a tout une période où on se dit qu'on n'a pas été bon dans ce qui est finalement le plus important dans sa vie. Vous pouvez vous trompez de voie professionnellement, même vous faire virer. Mais rater quelque chose dans l'éducation de son enfant, c'est inenvisageable.
Abigail passerait probablement par là, si tant est qu'AJ ait effectivement un problème. Il ne le lui souhaitait pas. Le gamin, il ne le connaissait pas, mais pour Abigail qui avait toujours été si exigeante envers elle-même ... Non, vraiment, il souhaitait qu'elle ne passe pas par tout ça. Surtout qu'au final, ce qu'il sait d'AJ c'est que sportivement il a bien réussi, et qu'il ne l'a jamais vu dans son bureau de shérif. Ce sont deux bons points.

Il la regarda avec attention alors qu'elle lui répondait sur la question de la carrière. Le croyait-elle vraiment ? Il essayait de le déterminer dans son regard, de déceler ou non l'hésitation. Il ne voyait rien. Abigail avait toujours eu cette capacité de se montrer impassible quand elle le voulait. C'était frustrant pour lui autrefois, aujourd'hui cela l'attristait un peu pour elle. Ce devait être difficile, demander de sacrs efforts, de rester aussi droite dans ses bottes tout en abordant un sujet aussi intime que l'éducation de son fils.
Il n'ajouta rien cependant. La frontière entre la prévenir et insister trop lourdement était ténue, et il ne voulait pas la franchir. De toute façon, il doutait de pouvoir la convaincre. Il faudrait sans doute qu'elle y réfléchisse encore longuement.
Sur le reste, en revanche, il pouvait au moins répondre partiellement.
    Je te prie de m'excuser d'avoir dit qu'il pourrait avoir mauvaise influence sur Linoy. Tu me connais, je suis très protecteur avec mes enfants.

Il eut un sourire un peu gêné en disant cela. Sa réputation le précédait, essentiellement auprès de ses connaissances. Quoiqu'il en soit, il avait fait preuve de maladresse vis-à-vis d'elle et il tenait à s'en excuser.
    Si cela te rassure, je ne crois pas que ton fils ait autant de ... problèmes que ma fille a pu en avoir une période. Mais tu devrais lui parler oui. Oh ! et ... il ne nous a pas dérangés, ne le lui reproche pas.

Linoy avait réagi un peu bizarrement quand il avait téléphoné, l'air d'être plus gênée qu'AJ appelle devant lui qu'autre chose. Abi pouvait-elle avoir raison ? Qu'il y ait entre eux une histoire que leurs parents ne connaissent pas ?
Autant il était protecteur avec ses enfants, autant sur leurs affaires de coeur il se gardait bien de se mêler de quoi que ce soit, et ne repérait jamais rien. Ca ne lui plaisait pas cependant, comme perspective. On en revenait à ses vieilles craintes et au début de sa conversation avec Abigail. Si son fils pouvait avoir des problèmes, il ne voulait pas que ça se répercute sur Linoy. Sa fille avait besoin de se sortir de tout ça une bonne fois pour toutes, elle et lui avaient travaillé trop dur pour que quiconque vienne tout gâcher.
    Ecoute ... je vais devoir y aller. Mais ... n'hésite pas à m'appeler si tu as besoin.

Il y avait de plus en plus de monde autour d'eux, et il ne faisait pas confiance aux gens de cette ville pour rester discret. Il refusait d'exposer sa fille, refusait d'exposer le fils d'Abi, ni même de s'exposer lui, ou son ancien amour. Mais il serait là pour elle. C'était comme ça.
made by moonstone.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Toi, ici. > Richard Caldwell <TERMINE>   Ven 15 Aoû - 0:05

Toi, ici.
Richard Caldwell & Abigail Harrington
Gail avait toujours été attirée par les hommes doux et bons, comme Richard, comme Julian... Elle se rendait compte alors qu’il s’excusait, qu’il n’était pas comme tous ces abrutis qui se mettent à vous hurler dessus parce que vous leur dites que ce sont leurs enfants qui ne sont pas bien, pas les vôtres. Elle-même était restée calme, mais elle n’en pensait pas moins. Richard, lui, s’il n’avait pas changé, était sincère quand il disait qu’il ne voulait vraiment pas que son fils vive de durs moments. Il était tout à fait conscient de la situation de sa fille et restait calme face aux critiques. Il était impressionnant.
Abigail s’était toujours demanda quels étaient ses défauts. C’était vraiment difficile à savoir. Etait-ce possible qu’il soit parfait ? Non car ce côté « toujours compréhensif » lui tapait sur le système. Gail n’aimait pas les éclats de voix, les disputes mais elle appréciait quand on essayait de lui tenir tête. Un peu. Julian le faisait bien. Comme toute bonne cocotte-minute il laissait monter la pression et éclatait d’un coup. C’était impressionnant et mieux valait ne pas se trouver dans les parages quand cela arrivait ! Richard ? Elle ne savait pas. Elle aussi avait beaucoup changé durant toutes ces années.
Présentement, il fallait avouer que ce côté très calme l’arrangeait. Cette histoire commençait à lui faire peur et nier était plus simple, tout comme accuser la fille de Richard. Il ne disait rien ce qui permettait à Gail de rester sereine.

_ « .Je comprends mais je ne pense pas qu’il faille s’inquiéter. Ils n’ont jamais été très proches et finalement seul Pete les rapprochait. AJ accuse le coup, je suis certaine qu’il va vite reprendre le contrôle. »  Evidemment, il s’agissait de son fils après tout et d’ailleurs la question était : Comment avait-il pu perdre le contrôle ?! Ce n’était pas dans ses gênes !
Elle avait hâte d’aller le voir et de pouvoir parler avec lui. Elle appréhendait quelque peu, ce ne serait pas facile AJ et elle étant toujours sur la défensive mais il faudrait qu’elle s’assure de sa bonne santé. Richard n’était pas du genre à casser gratuitement du sucre sur le dos des autres alors s’il craignait un malaise, malheureusement... D ieu ce qu’elle détestait penser à cela.
Elle n’ajouta absolument rien à ce que Richard ajoutait. Bien évidemment qu’AJ n’avait pas les soucis que sa fille avait pu avoir... On racontait de ces choses sur elle ! La drogue dure, les comas, les avortements, tout ce qu’elle avait cassé dans les chambres d’hôtels ici et là, les insultes qu’elle proférait à l’intention des journalistes... Elle avait aussi, à ce qu’on disait, créé un trafic de stupéfiant au sein même de la cure de désintox dans laquelle elle se trouvait ! Drôle de fille, vraiment. Bon, la moitié de ces choses ne devait être vraies, m’enfin Gail, elle, les croyait jusqu’à preuve du contraire ! Jamais AJ n’en arriverait là !

_ « Je te remercie Richard, je n’hésiterai pas à te contacter si jamais et j’espère que nos enfants iront mieux, très vite. » Surtout le sien mais la politesse avant tout ! Elle allait lui mettre la main sur la sienne quand elle se rendit compte que pas mal de gens passaient à côté d’eux en les regardant avec insistance. Elle avait horreur de cela.
Richard et elle avait été à l’époque les rois de la ville. Très populaires au lycée quand ils sortaient ensemble, tout le monde avait toujours cru qu’ils finiraient leur vie ensemble et puis non et aujourd’hui, personne ne les avait oubliés ! Elle espérait qu’AJ et Elinor n’attireraient pas de la même manière les regards sur eux mais pas de risque, la petite Caldwell était jolie mais surement pas le style de son fils.

Elle laissa filer Richard et attrapa son téléphone avant de reposer son produit pour le cuir qui lui était totalement inutile. Elle appela Zoila pour qu’elle fasse les courses et prépare un ou deux plats qu’elles pourraient apporter à AJ. Elle n’allait pas attendre pour aller le voir !

code by mirror.wax


[Les rumeurs concernant Linoy ont été vues avec la principale intéressée, je n’ai rien inventé ! Merci !]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Toi, ici. > Richard Caldwell <TERMINE>   

Revenir en haut Aller en bas
 
Toi, ici. > Richard Caldwell <TERMINE>
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ruby Caldwell - Be yourself and smile
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» [THEME] Baiser volé [TERMINE]
» Message de Ruby Caldwell
» Les histoires d'amour finissent mal, en géneral...[FB 1753] [TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blackcomb Scandals :: 
Et pour se distraire
 :: 
Les archives rpgiques
-
Sauter vers: