Vous êtes inscrits sur PRD ? Alors passez de temps en temps dans la FICHE DU FORUM pour y laisser un petit mot !
N'oubliez pas, toutes les 2h un clic sur les top sites en page d'accueil. C'est important pour faire grandir le forum !

Partagez | 
 

 Nouveau départ ? [PV Bennet] - TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 836
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Nouveau départ ? [PV Bennet] - TERMINE   Mer 20 Aoû - 23:42




Meredith & Bennet
White flag

Elle n'avait pas le moral ce soir. Encore une journée perdue dans ce trou où elle ne connaissait personne. C'était la double punition de son père. Non seulement elle vivait avec l'épée de Damoclès au-dessus de sa tête d'être déshéritée, mais en plus de ça il lui avait signifié que si elle ne restait pas Whistler pendant la durée du projet, il considérerait qu'elle avait échoué. En retournant autant qu'il était possible de le faire la situation, elle ne comprenait pas ce qu'il cherchait à obtenir d'elle. Elle n'était pas différente de ses amies, et aucune d'entre elles ne subissait ce qu'elle elle subissait. Aucune ne donnait de nouvelles d'ailleurs, trop occupées qu'elles étaient toutes à passer leurs vacances dans les spots les plus classes de la planète.
A part ça ? Le projet suivait son cours de façon satisfaisante. Mais c'était trop long. La visite du bâtiment en ville n'avait rien donné, Bennet Monaghan avait fait valoir ses arguments. Elle n'avait pas eu d'autre choix que de le croire. Elle le reconnaissait comme l'expert dans le domaine, même si elle n'avait pas abandonné l'idée de lui souffler quelques idées justement. Elle voulait que ce soit "son" palace. Qu'il porte aussi la touche Meredith. La même élégance que la sienne.
Elle avait vu plusieurs emplacements, et maintenant des géologues travaillaient sur celui qu'elle avait choisi, pour s'assurer que le terrain serait viable sur le long terme. En attendant, il ne se passait rien. Si ... rencontrer des entreprises de terrassement et de BTP, rien de passionnant.
Elle en profitait pour préparer son emménagement. Demain, elle devait visiter des lofts au centre-ville. Par vengeance, elle n'avait pas choisi l'agence immobilière qui l'avait doublée sur le bâtiment en ville, même si elle ne l'avait finalement pas retenu.

Elle venait de raccrocher avec son père, pour leur briefing quotidien. Le contrat qu'elle avait signé avec Bennet Monaghan venait de lui parvenir, et il l'avait jugé "correct". C'était presque un compliment dans sa bouche, mais elle ne s'y trompait pas ... il lui faudrait beaucoup plus pour estimer sa fille digne de lui.
Elle regarda sa montre Cartier ; il était 20h10. La piscine intérieur de l'hôtel était fermée à cette heure-là. Elle aurait apprécié pouvoir en profiter, mais au lieu de ça, elle allait se retrouver à descendre dîner, encore seule. Parfois, elle essayait d'aller dans les restaurants de Whistler, mais seule c'était si déprimant. Et puis, ici, le personnel était particulièrement aux petits soins avec elle. Elle savait que cela coincidait avec sa rencontre avec la directrice de l'établissement, mais elle appréciait tout de même. Cela rendait l'hôtel un peu moins miteux pour elle.
Ele enfila une robe porte-feuille en soie gris perle, comme son humeur. Elle prit la peine par automatisme de se recoiffer, mais elle se sentait laide. Il fallait qu'elle se reprenne en main. Peut-être pourrait-elle rappeler son mystérieux champion ? Elle n'avait pas prévu de le revoir, mais ils avaient tout de même échangé leurs numéros, au cas où.
Arrivée au restaurant de l'hôtel, on lui attribua la même table qu'elle occupait depuis quelques temps. Isolée du passage, au calme. La meilleure.
Alors qu'on lui apportait la carte, elle repéra Bennet Monaghan, son architecte d'intérieur, qui venait vraisemblablement manger là aussi. Elle ne l'y avait encore jamais vu. Mue par une impulsion subite, elle lui fit signe. Elle ne le trouvait pourtant pas sympathique, ni même bien intéressant ... La solitude avait des effets délétères sur elle, visiblement.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.


Dernière édition par Meredith Carmichaël le Mar 26 Aoû - 20:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 607
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: Nouveau départ ? [PV Bennet] - TERMINE   Jeu 21 Aoû - 12:27


Nouveau départ
Meredith & Bennet
Lui aussi commençait à s’emmerder sérieusement dans cette ville. Depuis qu’il avait couché avec la petite doc, plus rien. Il avait travaillé, c’était au moins cela de pris. Enfin « travaillé ». Rien n’avançait selon lui et sa soit disant boss devrait se sortir les doigts si elle voulait que les choses aillent autre part que droit dans le mur.
Tant qu’il n’avait pas d’immeuble ou d’emplacement, lui, ne pouvait absolument pas avancer et clairement, il avait l’impression de perdre son temps. Vacances tout frais payées, ok, mais pas vraiment à un endroit qui lui convenait. Le Four Seasons lui donnait des sueurs froides. Il voyait partout des défauts, un manque de gout certain qui lui faisait hérisser le poil.
Heureusement, Meredith trouvait toujours des choses à faire, aussi futiles soient-elles mais quand même... Il se serait bien passé de tout cela, dans quoi donc s’était-il embarqué. Ça sentait mauvais et sa réputation allait en prendre un coup si le projet n’était pas bien mené à bout. Au final, il devrait l’aider... Faire son boulot presque. Etre associé à un échec ne faisait pas partie de ses plus grands rêves.
Ce soir, il était pensif et avait mis du temps avant de se décider à aller dîner. Il avait eu envie de chercher un petit restaurant dans la station et la flemme l’avait pris, finalement, ce serait le restaurant de l’hôtel, pas de la très grande cuisine mais ça ferait bien l’affaire. Il était descendu, beau comme un dieu, comme d’habitude. Si jamais il pouvait ramener une fille pour ne plus être seul, pourquoi pas. Oh, une fille lui faisait un signe d’ailleurs, chouette ! La petite doc pas frileuse ? Ah non, Meredith ! A savoir qu’il n’avait pas ses lunettes, il ne les mettait pas toujours alors des fois, il n’y voyait pas clair.
Une soirée avec sa patronne ? Loupé pour finir la nuit en bonne compagnie !
Il alla s’installer face à elle. Elle lui avait fait signe, il fallait qu’elle assume, il allait passer le dîner avec elle.

_ « Vous avez déjà commandé ? » Ils se voyaient suffisamment pour qu’il n’ait pas à lui dire bonsoir, lui demander comment elle allait etc... Autant attaquer direct et si elle avait commandé, il appellerait le serveur pour qu’au moins il dîne au même rythme. Il ne supportait pas quand dans un dîner, certaines personnes se retrouvent au plat alors que lui mangeait son entrée. C’était tout bonnement ridicule !
Que lui dire d’autre ? Parler boulot ? Merci bien... Parler de quelque chose qui n’avançait pas et semblait foutu d’avance lui prenait le chou. Autant parler d’autre chose, tiens, et si on critiquait l’établissement et la ville dans lesquels ils se trouvaient.

_ « Il n’y a vraiment rien à faire dans cette station l’été... Ils pourraient au moins s’arranger pour lui donner un certain attrait, mais non. » Certaines stations faisaient ce qu’il fallait pour attirer du monde aussi l’été mais ici, ça ne semblait pas vraiment être le cas. Remarquez, le ski, tout ça, ce n’était pas son truc. Par contre, boire du vin chaud et se rouler dans de la peau de bête...

_ « Vous skiez l’hiver ? » Il n’était, comme d’habitude, pas particulièrement souriant, voire pas du tout mais au moins il essayait de s’intéresser et de faire la conversation. Ils finiraient bien par tomber sur un sujet qui leur plait tous les deux, sans qu’il s’agisse du travail. En parler avec quelqu’un d’autre ok, mais pas avec elle et pas maintenant. Pour lui, malgré les efforts qu’elle faisait, elle restait une gamine qui n’y connaissait rien et le fichait dans la merde. Elle lui donnait sans le savoir plus de boulot que prévu et ça le gonflait. Elle ne pouvait pas le savoir, non, puisqu’à elle il ne disait rien, mais de son côté il réfléchissait à toutes les options suivant tout ce qu’elle pouvait lui montre et les recherches que lui-même effectuait de son côté. Pas la peine qu’elle le sache. Pas pour le moment puisque de toute façon, lui non plus ne trouvait rien à son goût.


electric bird.

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 836
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: Nouveau départ ? [PV Bennet] - TERMINE   Ven 22 Aoû - 20:34




Meredith & Bennet
White flag

Indépendamment du fait qu'il n'avait pas pris la peine de la saluer - ils s'étaient déjà vus aujourd'hui - ni d'avoir un mot poli pour elle - depuis leur première entrevue, elle ne l'espérait plus vraiment, il était comme elle en version homme - il semblait d'humeur correct. Il était plutôt civil en lui demandant si elle avait commandé. Peut-être qu'ils pourraient passer une soirée acceptable, à défaut d'agréable. De toute façon, c'était ça ou rester seule, encore et encore. Elle ne tiendrait jamais comme ça jusqu'à l'ouverture de l'hôtel, c'était impossible ; elle se suiciderait avant. Enfin, ça résoudrait la question de l'héritage. Peut-être devait-elle envisager de présenter les choses ainsi à son père ?
Bref ... en attendant, elle allait essayer de passer une soirée correcte. Et donc faire une fois de plus des efforts envers Bennet. Depuis qu'elle le connaissait, elle avait l'impression de passer son temps à s'aplatir devant quelqu'un. Il l'horripilait, mais c'était lui ou être déshéritée.
- Il vient tout juste de m'apporter la carte.
Et en bon petit soldat, il était en train d'en faire autant pour Bennet. Le silence s'installa quelques secondes, le temps que chacun choisisse. Pour Meredith, ce fut rapide, elle ne mourait pas exactement de faim ... Et puis manger, c'était vulgaire.
Bennet leva le nez de sa carte, ayant visiblement fait son choix également, et lança de lui-même la discussion, à la plus grande surprise de Meredith. Elle était moins surprise, en revanche, de constater qu'il partageait son opinion sur le peu d'attrait de la station. Quand vous veniez de New York, atterrir ici était tout simplement synonyme de déprime.
- Aspen n'est déjà pas passionnante mais ici ... J'ai l'impression de vivre dans une autre dimension.
Et c'était bien parti pour durer. Le palace n'ouvrirait probablement pas avant deux ans, entre la construction, etc ... Deux ans ici. Cela justifiait qu'elle achète un appartement, mais Dieu que ce serait long.
- Cela me rassure de ne pas être la seule à le penser. Les locaux ont tous l'air tellement satisfaits.
C'était ce qui la dépassait le plus. Ils avaient l'air d'aimer tout ça. Il y avait des boutiques en nombre décent, certes, mais c'était encore insuffisant pour elle. Les boîtes de nuit étaient provinciales, il ne fallait pas rêver d'une activité culturelle ... Et les gens ... A peine 10000 personnes. Ils devaient tous de connaître, comment supportaient-ils de croiser toujours les mêmes têtes ?
- Skier ? Oui.
Elle avait dit ça comme une évidence. C'en était une. Aspen était un passage quasi-obligé au moment de Noël, et plus encore en février. Parfois, son père choisissait aussi l'Europe, Suisse en général, Autriche ... Ce n'était pas ce qu'elle préférait. Ski bar, drague avec ses copines, trouver de beaux moniteurs, renouveler sa garde-robe. Mais elle ne pouvait pas partager tout ça avec Bennet. Elle marchait sur des oeufs, avec lui. Il l'avait humiliée avec le taxi, lors de leur première rencontre, tout ça parce que son chauffeur n'était pas arrivé, et elle ne voulait pas lui laisser l'occasion de recommencer.
- Mais je ne suis pas une championne.
Elle skiait très bien, à vrai dire, mais elle n'aimait juste pas ça outre mesure. Et puis, il y avait toujours trop de monde sur les pistes.
- vous aussi ?
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 607
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: Nouveau départ ? [PV Bennet] - TERMINE   Ven 22 Aoû - 23:21


Nouveau départ ?
Meredith & Bennet
Non, vraiment, les convenances, ça le gonflait. Lui demander comment elle allait et lui dire bonjour et patati et potatoes... A quoi bon ? En plus, ils vivaient dans le même hôtel foireux, ils se croisaient parfois alors qu’ils n’avaient même pas à se voir, comme maintenant... Ils n’allaient pas se faire des salamalec à tout va !
Une fois installé, la carte en main, il sortit tout de même ses lunettes pour mieux lire afin de savoir quoi choisir. Ceci dit, ce serait simple, viande rouge. Un bon gros filet de bœuf avec oui, des frites. Oui, et alors ?! Rien à secouer de ce que pourrait penser le voisins, lui, il avait faim et manger faisait partie des bons moments de la vie. Avec un bon vin rouge... Plaisir ! Pas aussi bon que partager le lit d’une femme ceci dit... Quoi que !
Elle, elle allait grignoter. Ce qu’il détestait ces nanas qui picoraient. Certes, il n’aimait pas les goinfres sans convenances mais une femme, ça doit manger, pour être en forme, oui, mais aussi pour avoir de jolies rondeurs là où il faut. Les sacs d’os, très peu pour lui ! Bon, après, Meredith n’était peut-être pas une picoreuse quotidienne, peut-être était-elle juste pétrifiée face à lui. Il aimait beaucoup cette idée. Il savait bien qu’il la secouait et sapait son autorité. Il aimait cela. Elle ne devait pas prendre le dessus. Pas avec lui, cela n’arriverait pas.

_ « Vous n’allez pas manger plus ? Faut se nourrir, personne n’a envie de voir tous vos os, vous n’êtes déjà pas bien épaisse. » Bah oh ! Manquerait plus qu’elle lui fasse un malaise. Il était habitué à ces nanas qui ne mangeaient rien mais il les fuyait. Trop casse bonbons avec leurs calories comptées et leurs lipides truc machin. Là-dessus il était resté très simple lui. Tu as faim, tu manges. Tu as encore faim, c’est que tu n’as pas assez mangé ! Il ne se laissait ensuite pas aller. Fin bon. Il rappela le serveur pour faire ajouter une assiette de ce qu’il avait pris pour Meredith. Qu’elle le veuille ou non ! Ce serait très bien. Il avait aussi commandé un bon vin rouge, parfait !

_ « C’est triste à mourir. Et dire qu’au départ j’avais espoir de m’y faire... Les locaux se contentent de peu. C’est comme partout, ils se persuadent que chez eux c’est le paradis... Ils n’ont jamais mis les pieds à N.Y. » Certains se plaisaient mieux à la campagne qu’en ville. Pour lui c’était impensable. Fallait être fou ou simple d’esprit pour se contenter de si peu.
Il n’était pas le genre super fan de sport d’hiver mais voilà, quand vos amis vous invitent dans leur chalet en Suisse, vous suivez. C’est toujours des vacances de prises et la fête de faite !

_ « Pas vraiment non. Pas pour moi. » Non, il ne savait pas bien skier et ça lui cassait les pieds. En fait, il n’y arrivait pas et tout ce qu’il n’arrivait pas à faire, il laissait de côté. Il avait essayé à maintes reprises, s’était acharné, rien, il finissait toujours sur les fesses alors autant laisser tomber ! Il avait vu et n’avait pas vaincu !

_ « Mon ex-femme a essayé de m’apprendre. Rien à faire, ça ne fonctionne pas. La faute du professeur peut-être. » Il ne disait pas cela méchamment ou même sur un ton très jovial. Il le disait juste comme ça, blasé de ce souvenir avec son ex.
Plus jeune, il avait aussi pris des cours avec ses parents, mais ça ne voulait pas non plus. Bref, il n’était pas doué dans ce sport.


electric bird.

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 836
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: Nouveau départ ? [PV Bennet] - TERMINE   Sam 23 Aoû - 15:05




Meredith & Bennet
White flag

Ce qui venait de se passer était tout bonnement surréaliste. Il venait d'annuler sa commande pour lui faire prendre la même chose que lui. Merde ! Son poisson grillé et ses légumes lui convenaient parfaitement, elle ne voulait pas de son foutu filet de boeuf, ni de ses frites. De quel droit faisait-il ça ? Le temps qu'elle assimile ce qui s'était passé, le serveur était déjà reparti, et pour elle, le rappeler et changer encore sa commande était tout bonnement inenvisageable. Elle ne faisait pas ce genre de caprices, ce genre d'esclandres ... bref, elle ne faisait pas ça, elle ne se donnait pas en spectacle comme ça.
Elle n'était pas d'humeur à se battre encore contre lui. Elle aurait simplement aimé passer une soirée un peu plus sympathique, pour une fois. Elle avait cru une minute que ce serait possible, mais elle s'était visiblement trompée.
Elle lui jeta un regard noir, tout en tordant le coin de sa serviette dans tous les sens. Elle avait une folle envie de le remettre en place, voire même de lui dire d'aller se faire foutre. Il ne fallait pas. Elle prit quelques profondes inspirations pour se calmer, et attrapa son téléphone. Ce n'était pas dans son habitude de le sortir quand elle était avec quelqu'un, mais à situation de crise, mesures d'urgence. Elle envoya un message à AJ. La perspective de finir sa soirée avec un homme qui serait à ses pieds la rasséréna, et quand elle reposa son téléphone, elle avait retrouvé une partie de son calme.
- Mon poisson me convenait parfaitement. Je mange comme j'ai faim. Mais merci de votre sollicitude.
Elle était clairement ironique en disant cela. Si encore quoi que ce soit de ce qu'il disait avait été vrai. Elle n'avait pas le moindre problème avec la nourriture, elle n'avait jamais fait partie des hippies de sa classe au lycée, ou de sa promo de fac, qui avaient besoin de se faire vomir ou ne salait pas les haricots verts à l'eau pour ne pas grossir. Mais mieux valait sans doute qu'elle arrête de penser à tout ça, sans quoi la colère reviendrait à vitesse grand V.
Mais tout de même ... "Vous n'êtes pas bien épaisse". Ca voulait dire qu'il ne la trouvait pas à son goût ? Non pas qu'elle ait cherché à lui plaire, c'était un connard fini. Mais elle avait l'habitude de plaire à tous les hommes.

- Dire que je vais acheter quelque chose ici ...
Elle n'avait pas forcément prévu de lui en parler, pas pour l'instant. Elle n'avait pas abandonné l'idée de lui faire aménager son nouvel appart quand elle l'aurait. C'était un peu sorti tout seul, comme un cri du coeur de désespoir. Sauf qu'elle avait à peine murmuré. Il n'y avait pas assez à se réjouir de ça pour qu'elle en parle autrement.
Enfin, il fallait croire que lui aussi avait ses zones d'ombre. Elle venait d'apprendre qu'il était divorcé. Elle imaginait mal une femme assez folle pour épouser quelqu'un comme lui. D'un autre côté, il y avait probablement un tas de pauvres filles prêtes à l'épouser pour se sentir valorisées. Mais lui daignerait-il épouser une fille comme ça ? Pour sa part, elle ne voudrait jamais d'un homme qui ne soit pas digne d'elle. Elle se moquait qu'un type ait un nom, ou un physique, ou une réputation. Elle voulait le package complet, elle le méritait. Elle était une Carmichaël.
En attendant, il venait de lui donner les moyens d'avoir le dessus sur lui, pour une fois. Elle n'allait pas rater sa chance.
- Je disais pareil de ma professeur de dessin autrefois. Et puis un jour je me suis rendu compte que c'était moi qui ne faisais pas tous les efforts nécessaires. On a le droit de ne pas aimer certaines choses, pas d'accuser les autres pour ses propres faiblesses.
Oh ... c'était un peu plus fort que ce qu'elle avait voulu lui dire. Mais quand les premiers mots étaient sortis de sa bouche, elle n'avait pu empêcher le reste de la phrase de suivre. Maintenant, elle allait flipper de sa réaction.
Sauf si le serveur arrivait à ce moment-là avec leur commande. Elle eut un sourire de triomphe. Elle savait qu'il ne se donnerait pas non plus en spectacle. Et comme le sommelier leur apportait le vin qu'il avait commandé en même temps, il devrait ronger son frein comme elle le faisait depuis qu'elle le connaissait. Chacun son tour, prends sa dans tes dents ... Intérieurement, elle triomphait complètement. Cette soirée pourrait être intéressante, finalement.
Alors que le serveur allait repartir, elle lui commanda une salade verte, comme un dernier défi. Bennet pouvait se carrer ses frites où elle pensait !
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 607
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: Nouveau départ ? [PV Bennet] - TERMINE   Dim 24 Aoû - 10:51


Nouveau départ ?
Meredith & Bennet
Oh, ça y est, il l’avait agacée... Encore. D’habitude, il s’en tamponnait, là, un tout petit peu moins puisqu’ils n’étaient pas dans le cadre professionnel ou sincèrement, elle ne méritait pas plus de considération vu ses qualités inexistantes.
Comme une gosse de cinq ans elle attrapa son téléphone pour raconter à ses copines surement comme le très méchant Bennet venait de lui pourrir son repas. Son regard noir aurait pu en tuer sur place, il s’en rendait bien compte. Lui ? Non, lui, ça ne lui fit pas grand-chose. Cependant, il se leva pour aller trouver le serveur et annula le second steak pour redemander l’initial poisson. Il avait en réalité mal compris sa commande et celle-ci lui avait paru inconséquente. Il détestait vraiment les picoreuse, son ex en étant une mais là, oups, elle avait pris un plat normal, juste pas très gras. Lui n’avait aucun souci à refaire changer le truc, pour la dernière fois et demander un paquet de cigarettes. D’ailleurs il avait un peu blagué avec le serveur avec cette façon que les hommes, peu importe leur milieu, font entre eux et dans la seconde il était à nouveau assis. Rapidité, efficacité ! Le paquet arriva d’ailleurs dans la minute qui suivit, comme si de rien n’étais.

_ « C'est très enfantin de s'accrocher ainsi à son téléphone à la moindre contrariété. Statu facebook? Whatsapp avec les copines pour se plaindre de l'horrible Bennet? - Rappelez moi votre âge ? » Lui, chiant ! Ah bah oui, tyrannique même on disait de lui. Il le savait très bien. Sa mère lui avait dit de faire attention dans la vie courante alors... C’était son effort. Commander à nouveau le poisson. Il avait limite envie de lui dire que si elle était sage elle aurait même une crème glacée en dessert, comme à une petite fille, mais il évita.
C’était plus fort que lui, à la voir, il ne lui donnait pas plus de vingt ans. Comment voulez-vous qu’il prenne au sérieux une gamine de vingt ans qui n’y connait rien et se met à bouder en tapotant sur son téléphone à la moindre contrariété ? « Je vais le dire à mon papa/ma maman ou mes copines ! T’es trop méchant ! Tu m’énerves d’abord ! »
Effectivement, lui n’était pas des plus facile à vivre, cependant, il y avait bel et bien un moyen de se le mettre dans la poche sans avoir à dire amen à tout ce qu’il disait. Déjà, l’écouter sur le sujet pro. Ça, il ne pourrait y revenir et surtout dans cette situation. Elle n’y connaissait rien, qu’elle ne fasse pas comme si elle gérait alors que clairement, elle ne gérait quedal. Qu’elle avoue être dans la panade. Allez savoir pourquoi son père voulait absolument un palace ici. Avait-il visité les lieux avant ? Clairement, ce n’était pas le moment. L’immeuble de leur rêve n’était pas à vendre (lui en avait bien vu un mais c’était une banque, une banque installée depuis toujours et qui clairement, ne bougerait pas ses fesses). Quant aux terrains constructibles, ils étaient tous très mal placés ou alors il aurait fallu faire détruire les quelques chalets qui fichaient en l’air la vue. Possible ? Avec de l’argent oui, mais il y avait bien des gens qui vivaient dedans et s’il ne s’agissait que de chalets à la location pour les vacances, les propriétaires ne se laisseraient pas faire si facilement. Donc au moment présent, sincèrement, ils étaient dans une foutue merde et Mlle faisait comme si de rien n’était. Ca l’agaçait qu’elle puisse faire croire à son équipe que « oui oui, on va trouver, tout va bien » avec ses grands airs de princesse.
Elle était loin de pouvoir se le mettre dans la poche avec toutes ses réactions d’enfant gâtée qu’elle pouvait avoir. Elle ne devait d’ailleurs pas l’aimer non plus mais ça, ce n’était pas important. Il n’avait aucunement envie de faire ami-ami avec une gamine et plus les rencontres passaient, plus il s’en persuadait, ce n’était qu’une enfant perdue, certes, mais inutile.

_ « Vous serez bien en hiver. C’est surement très joli et évidemment, bien plus animé. Maintenant... Autant se pendre. » Surtout avec les problèmes qu’elle avait au boulot. Triste moment qu’elle avait à passer. Pauvre enfant. « Pauvre enfant » car, en soi, il s’en cognait. Il en venait même à se dire alors que jamais il ne pensait à cela dans le milieu pro, que c’était dommage car elle n’était même pas baisable. Trop jeune donc. Trop poupée. Au lit elle devait chouiner pour un rien si son partenaire ne faisait pas ce qu’elle voulait. Si elle couchait mais c’était sûr, oui, elle couchait. D’ailleurs, elle devait beaucoup plaire. Il ne fallait juste pas la connaître.
A bien la regarder, elle était même jolie. Très poupée. Sa moue boudeuse allait lui filer des rides un peu tôt, mieux valait l’impassibilité mais... Il détailla ses jambes, son visage, sa poitrine, le tout, absolument pas discrètement. Il le fit, c’est tout. Il ne ressemblait pas à un pervers mais clairement il jaugeait la marchandise. Après cette histoire de nourriture qu’il avait mal interprétée, il voulait tout de même mieux voir. En gros, elle était effectivement pas mal. Pas assez femme, pas assez formée pour lui. Sa petite autochtone ne devait pas être beaucoup plus vieille mais elle faisait femme. Ses formes étaient généreuses et elle savait où elle allait. Elle s’assumait. Pour lui, si une femme voulait se faire plaisir, elle en avait le droit, comme les hommes, par contre, il ne fallait pas qu’elle doute. Il ne fallait pas non plus qu’elle enchaîne les conquêtes parce que ça, c’était juste vulgaire mais de temps à autres... Une femme aussi a des besoins. Ce n’était pas le genre à traiter de salope toutes les femmes qu’il croisait, au contraire et puis, habitué aux femmes et non aux gamines, il avait un certain respect.

Oh, elle le fit rire ! Non, sérieusement ! Elle lui faisait la morale ! « Oh bravo ! Quelle leçon ! » Bien évidemment qu’il était nul, il n’avait aucun équilibre ou... Quoi d’ailleurs ?! Le truc qui fallait pour être bien sur des skis ! Sa professeur enfant était charmante ! Belle comme un soleil, c’était son souvenir, mais ça n’avait pas plus fonctionné.

_ « C’est évident que je suis nul ! Il n’y aucune honte à avoir, c’est vrai, mais je vous assure, mon ex n’est pas un bon professeur. » Non, c’est une cinglée bipolaire et dépressive sans aucune personnalité (ça fait beaucoup ?) et avec des troubles alimentaires qui lui pourrit la vie et qu’il aimerait, oui, voire perdue ! A ce sujet, en poussant, il pouvait se montrer particulièrement cruel et sans pitié. La laisser sur la paille vivant dans un caniveau ne lui ferait pas grand-chose.
Le sommelier présent ne le gêna donc pas, il n’était pas fâché. Nul il était, tout comme sa femme l’était. Garce ! Quant à la salade verte... Poisson, légumes et salade verte ! Miam !

_ « Eh bien, à cette soirée qui pourrait mieux se passer ! » Il souriait!
Il avait goûté le vin qui était bon et tous les deux étaient servi.
Il se rendait bien compte qu’elle devait regretter de lui avoir fait signe... Allez, promis, il allait être gentil, si elle cessait d’être une enfant.


electric bird.

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 836
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: Nouveau départ ? [PV Bennet] - TERMINE   Dim 24 Aoû - 20:00




Meredith & Bennet
White flag

Pour la première fois peut-être depuis qu'elle le connaissait, il la surprenait dans le bon sens. Elle ne s'était pas attendue à le voir se lever pour modifier sa commande, et pourtant ... Les choses auraient pu mieux se passer, et peut-être que cette fois c'était à elle de faire un effort.
- Rien à voir. Vous pensez réellement qu'une fille comme moi qui passe l'été ici a encore des amis ?
Elle avait dit ça sans amertume et sans tristesse, mais aussi sans agressivité. Elle avait su ce qui l'attendait avant d'arriver ici. Elle ne comptait pas de véritable amie à New York, uniquement des filles avec qui elle avait grandi, et qui tenaient plus des vautours que des copines. Qu'elles se voient souvent, en soirée essentiellement, dans leur monde, là où Meredith remportait tous les suffrages, et c'étaient ses BFF. Mais là ... heureusement encore que sa situation n'était pas connue. Si quiconque avait eu connaissance de la précarité de sa fortune, elle aurait été traitée comme une pestiférée. Mais ils le paieraient tous.
- Quoiqu'il en soit ... je vous prie de m'excuser. Ce n'est pas dans mes habitudes.
Elle avait beaucoup pris sur elle pour arriver à formuler tout ça de façon adulte, sans avoir l'air d'une gamine prise en faute. Elle ne voulait pas qu'il la réduise à ça. Elle avait 25 ans merde, pas 15 ! Elle savait bien qu'elle ne les faisait pas. Etait-ce sa faute ? C'est la raison pour laquelle elle décida de laisser le téléphone sur la table, bien que sans plus y prêter attention. Elle ne voulait pas lui donner raison en le glissant dans son sac. Il fallait qu'elle parvienne à garder un minimum le contrôle.

L'hiver, c'était loin, elle ne répondit rien et se contenta d'opiner de la tête. Au moins, un point sur lequel ils étaient d'accord, c'était à quel point Whistler était désagréable à cette saison. Il n'y avait guère que cela ... Elle n'était pas ravie de se stabiliser ici. Quitter l'hôtel, c'était symbolique. Elle était là pour rester. Perspective peu réjouissante.
Cela étant, quand elle leva les yeux et observa la salle de restaurant du Four Season, elle se rappela aussi pourquoi elle ne pouvait pas rester là. Avec ou sans symbole, l'endroit n'était pas le genre d'endroit où vous voulez habiter plusieurs années.
- Je visite des appartements demain matin, est-ce que ...
Elle venait de baisser le nez et s'interrompit quand elle vit que Bennet la reluquait, littéralement, et sans la moindre honte. Il n'était pas le premier, mais il était sans doute le seul à le faire aussi peu discrètement. Il était en train de la détailler des pieds à la tête. AJ en avait fait autant en boîte de nuit l'autre soir, et ça ne l'avait pas gênée. De la part de Bennet ... elle voulait qu'il arrête, tout simplement.
Elle était sur le point de lui proposer de l'accompagner, mais il l'avait coupée dans son élan, et sa phrase resta lettre morte. C'était sans doute mieux. Au nom de quoi aurait-il accepté de l'accompagner pour un truc personnel ? Et puis franchement ... elle le trouvait irritant environ 90% du temps, pour ne pas dire 100, alors pourquoi se serait-elle embêtée avec lui demain ?
Pour être moins seule, évidemment. Mais ça, ce n'était pas une bonne idée. Meredith Carmichaël ne cherchait pas la compagnie à n'importe quel prix.
Heureusement, il ne la tacla pas en retour de sa leçon de morale. Elle soupira de soulagement, plus ou moins discrètement. S'il la plantait, non seulement elle finirait son repas et sa soirée seule, mais en plus de ça travailler ensemble deviendrait un enfer. Elle ne savait déjà pas, actuellement, comment ils allaient y parvenir sur le long terme.
Elle leva son verre à son toast. "Soirée qui pourrait mieux se passer". Il n'avait pas tort. Elle ne lui ferait sans doute pas signe, la prochaine fois.
Elle avala une gorgée de vin. Il avait bon goût. Son Nuits-Saint-Georges était excellent. Elle appréciait qu'il n'ait pas choisi un Bordeaux, elle qui détestait leur goût trop tannique. Avec son poisson, en revanche, c'était une alliance qu'elle ne goûtait pas vraiment. Elle laissa le vin de côté. Il chambrerait, ce n'était pas plus mal.
- Croyez-vous que nous pourrions avoir une bouteille d'eau pétillante ?
Le serveur ne l'avait pas proposé. C'était regrettable. La première vraie erreur depuis son arrivée ici. Elle comptait sur Bennet pour s'en occuper, comme elle l'aurait attendu de n'importe quel homme dînant avec lui.
Sur ce point au moins, il ne la déçut pas, et elle profita de son absence pour checker son téléphone, qui avait vibrer quelques minutes plus tôt. Elle ne pouvait pas prendre le risque de manquer un message de son père, mais ce qu'elle lut était tout autre. Elle était dans la merde.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 607
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: Nouveau départ ? [PV Bennet] - TERMINE   Dim 24 Aoû - 21:46


Nouveau départ ?
Meredith & Bennet
Elle marquait effectivement un point. Une fille comme elle coincée ici en plein été ne devait plus avoir beaucoup d’amies. Ce que ces créatures pouvaient être idiotes. Ceci dit, lui-même n’avait pas vraiment d’amis, des copains, oui, des amis à la vie à la mort, non. Ceux qu’il fréquentait et qui le fréquentaient étaient intéressants ou intéressés. C’était ainsi dans leur milieu. Personne n’y échappait à moins d’être simple. Clairement pas le cas de Meredith ou de Bennet. Ils étaient dans le paraître et le fast. Tous les deux. Qu’il le veuille ou non, elle lui ressemblait. Elle était juste plus jeune et manquait cruellement de confiance en elle. Sinon, en soi... Ils étaient du même genre. Pour le moment, il était loin de s’en douter. Plus tard peut-être.

_ « Vous marquez un point. Il y a surement des gens intéressants ici à rencontrer... Il faut juste chercher je suppose. » La petite qu’il avait rencontrée était sympa. Bon... Il n’avait pas vraiment parlé avec elle, il fallait bien l’avouer mais elle ne semblait pas trop plouc. Pas plouc du tout même. Elle l’avait reconnu en tant que New-Yorkais, elle se tenait bien, parlait bien, s’habillait mieux que les autres ici mais pas aussi bien que Meredith, certes. Cependant, il y retournerait surement s’il en avait l’occasion. De là à s’en faire une amie ? Mais ce n’était pas lui qui avait besoin d’amie ! Pourrait-il la présenter à Meredith ? Non, ce n’était pas sa place. Elle était suffisamment grande pour se faire seule des amies. Il faudrait juste qu’elle arrête de bouder.
Lui, vivait assez bien la solitude en fait. Il était suffisamment à l’aise pour se faire des connaissances partout. Comme là, avec le serveur ou l’autre soir, avec le portier. Il avait appris une chose dans ce milieu, il ne faut compter sur personne par contre, si vous pouvez vous mettre dans la poche le petit personnel, vous obtiendrez pleins de choses que les autres n’auraient pas. Car oui, ces gens-là, ont un certain pouvoir, s’ils veulent vous pourrir la vie, dans tout ce qui est « pratique », ils le feront. Lui se mettait toujours bien avec ces personnes. Si en plus ces personnes étaient des femmes... Bref.

Il n’ajouta rien quand elle s’excusa. Ce n’était pas la peine d’en reparler. Lui, il était déjà passé à autre chose. La salle un peu vieillotte, la nappe d’un goût douteux... Rien ne lui plaisait en fait dans cet hôtel. S’il le pouvait, il referait tout maintenant et aménagerait le tout de façon bien plus moderne. Pourquoi donc n’avaient-ils pas pensé à tout refaire plus tôt ?! Oh, une petite fissure sur le mur d’en face. Non, vraiment... Il y avait du laisser-aller !

Maintenant, c’était elle qu’il reluquait, plus moderne et raffinée, très certainement. Manquant de poitrine, quoi qu’il ne voie pas bien.
Jolie bouche, lèvres bien faites. Il releva la tête quand elle ne termina pas sa phrase, attendant une suite peut-être ? Ah non. Elle l’avait remarqué alors ? Mince ! Oh, tant pis !

_ « ... Que je vienne avec vous ? Seulement si l’on y va avec mon chauffeur alors, oui, avec plaisir. » Oh bah oui. Enfin quelque chose de concret ! Enfin !! Il allait enfin voir quelque chose de vrai, qui existait et ne semblait pas impossible ou hypothétique ! Oh que oui ! Elle allait quand même visiter de vrais appartements non ? La connaissant un peu, oui et ce serait surement joli. Elle était jeune et inutile mais elle avait très certainement beaucoup de goût et des désirs d’espace et de luxe. Tout ce qu’il aimait en fait !

_ « Bien sûr. » Il se leva pour aller commander une bouteille d’eau pour la princesse et demanda par la même occasion un verre de vin qui se marierait mieux avec son poisson et ses légumes. Le vin qu’il avait commandé était pour une viande rouge, pas pour son plat à elle et comme il avait finalement fait changer le plat, il fallait aussi changer le vin. Il aurait dû y penser avant.
Alors qu’il retournait à table son téléphone se mit à vibrer. Il le sortit de sa poche et lu le message une fois assis en face de Meredith persuadé qu’il s’agissait d’un mail professionnel ou de son avocat, pas d’un sms de ce Blackcomb Scandals. Qu’est-ce que c’était que ce truc d’ailleurs ? Ce n’était pas le premier sms du genre qu’il recevait. Comment avaient-ils eu son numéro d’ailleurs ? Puis qu’en avait-on à foutre de ce qu’ils racontaient ?
Ah d’ailleurs en remontant le fil des messages il reconnut sur une photo sa chirurgienne. Ce devait-être ce type qu’elle cherchait l’autre soir. Peu importait.
Il releva la tête pour regarder Meredith et posa son téléphone sur la table.

_ « Vous recevez aussi ces conneries du journal de la ville ? Est-ce qu’ils parlent de vous ? » Il était complètement agacé par ces messages qui en règle générale le dérangeaient. Il n’était cependant pas agressif envers Meredith, comprenant doucement ce que le message avait voulu dire. C’était bien d’elle dont ils parlaient non ? Qui d’autre ? Une héritière importante, c’était elle. Elle n’allait pas le rester ? Son père lui faisait un caprice ? Si tu ne fais pas ci, je te coupe les vivres ? Après lui avoir tout autorisé ? Lui aussi était débile ! C’était de sa faute à lui donc s’il se retrouvait dans une telle panade !
Vivement que Meredith lui en dise plus, qu’il sache de quoi il s’agissait.


electric bird.

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 836
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: Nouveau départ ? [PV Bennet] - TERMINE   Dim 24 Aoû - 23:16




Meredith & Bennet
White flag

- Eh bien ... il faut bien chercher, je présume.
Elle était déloyale à AJ en disant cela. Elle n'avait trop rien eu à lui reprocher lors de leur soirée. Si ce n'est de ne pas appartenir aux cercles qu'elle fréquentait habituellement. De ne pas connaître les codes de son monde. Cela pouvait être rafraîchissant, mais de là à lier une amitié ... C'était un sportif, de toute façon, il était probablement inculte et sans cervelle. Elle était certes une passionnée de shopping, mais elle connaissait aussi nombre de domaines artistiques sur le bout de doigts, éducation oblige.
La seule personne fréquentable à ses yeux était assise face à elle. Abigail Harrington était peut-être aussi quelqu'un avec qui vous pouvez passer une soirée intéressante, mais en tant que concurrente, c'était totalement exclu.
- Enfin ... quand j'aurai fait de Whistler un endroit plus hype qu'Aspen ou Saint-Moritz, tout le monde accourra, n'est-ce pas ?
Méprisables créatures. Le temps n'était pas fini où tous lui mangeaient dans la main, elle pouvait le jurer. Aucune de ses pseudos amies ne pouvait la remplacer.

D'ici là, elle avait beaucoup à faire. Le plus urgent, tant que les géologues ne rendaient pas leurs conclusions (que foutaient-ils, d'ailleurs ? elle ne les payait pas à s'amuser !), c'était son propre logement. Elle aurait aussi à trouver un architecte s'ils devaient construire le bâtiment. Son père essayerait probablement de lui en refiler un. Elle, elle voulait Jean Nouvel. Mais lui faudrait-il l'opinion de Bennet ? Elle ne voulait pas faire de lui son bras-droit, ce n'était pas son rôle. Garder le contrôle. C'était le plus important. Elle verrait bien.
En attendant, il semblait avoir deviné où elle voulait en venir avant que ses regards ne l'interrompent (que pensait-il d'elle, d'ailleurs ?). Elle tiqua sur le coup du chauffeur. Il n'avait pas besoin de l'humilier encore avec ça. Une fois, ç'avait été suffisant.
- Mon chauffeur est arrivé mais enfin, comme vous préférez.
Elle avait cédé sans même cherché à combattre. Tant qu'il savait que cette histoire de taxi n'était qu'un malheureux concours de circonstances, c'était le principal.
De toute façon, il se comportait trop bien depuis quelques minutes pour qu'elle ne le cherche.

De toute façon, ce n'était pas important. Elle avait refermé précipitamment son téléphone, comme si elle pouvait ainsi effacé ce qu'elle venait de lire. Ca ne s'adressait pas directement à elle. Qui l'avait reçu ?
Bennet. Bennet l'avait reçu, elle en était certaine. Il venait de consulter son propre téléphone, et pire, il en parlait en revenant s'asseoir.
Elle déglutit avec difficulté. Elle avait l'impression d'avoir une boule au fond de la gorge, qui lui faisait mal. Il fallait qu'elle garde son calme, et qu'elle nie. C'était tout. Elle savait très bien mentir.
- Ils ont une imagination réellement débordante.
Elle était à peu près convaincante. Si elle se persuadait elle-même de ce qu'elle disait, il n'y verrait que du feu. Peu importait que son visage ait pris à peu près la teinte de la nappe.
- Mais je ne vois pas du tout de quoi ils veulent parler.
Personne ici ne pouvait vérifier ça. D'ailleurs, personne n'aurait dû le savoir. Se pouvait-il que le bruit courre aussi à New York ? Si c'était le cas, elle était définitivement foutue. Elle attrapa le verre de vin que Bennet lui avait amené, et l'avala d'une traite, avant de se rendre compte de ce qu'elle venait de faire. Elle avait menti de façon à peu près convaincante, mais si avec ça elle ne s'était pas trahie ...
- Ecoutez, je n'ai plus très faim. Je crois que je vais remonter à ma chambre. Demain matin, dans le hall. 9h ?
Elle parlait vite. Elle ne voulait pas l'affronter plus longtemps. Il allait lui tirer les vers du nez, elle aurait pu le parier.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 607
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: Nouveau départ ? [PV Bennet] - TERMINE   Lun 25 Aoû - 19:53


Nouveau départ ?
Meredith & Bennet
Bien chercher tout en draguant ouais. Lui il était pro dans ce domaine. Sinon, effectivement, se faire de vrais amis ici alors que tout le monde était si différents d’eux, ce serait extrêmement compliqué. Il y avait quoi ? Se trouver des amis à l’année serait surement la chose la plus difficile qu’ils devraient faire. Etre ami avec des sportifs... Non ! Avec des ploucs ? Certainement pas ! Avec des médecins ? Pourquoi pas, s’ils avaient fait un tour du monde et qu’ils n’aient surtout pas accouché une femme juste après l’avoir fait avec une vache ! Pour lui ici, c’était la campagne perdue. En hiver ce serait bien plus intéressant.
Il sourit à sa réplique, n’ajoutant rien. Pour lui, ils étaient loin de faire de cette station quelque chose de plus hype que Font-Romeu... Voyez le genre. Ils étaient bien trop mal barrés alors il n’avait pas envie qu’elle se flingue d’ennui, quand même pas, mais de là à partager son rêve de grandeur... Oh, oui, ce serait formidable, m’enfin avant que cela se passe de l’eau aurait coulé sous les ponts !

Concernant la suite il pouvait répondre. Cette histoire de chauffeur la dernière fois lui avait fait se dresser tous les poils de son corps. Depuis, elle avait son chauffeur, ok. Ça, il ne le savait pas. Pas de taxi en tout cas. En fait, il voulait juste l’arranger, pas remuer le couteau dans la plaie. Lui était passé à autre chose et d’ailleurs il avait oublié tout cela. Il ne pensait plus à ce genre de chose une fois que c’était passé et comme il n’était pas celui à qui on avait remonté les bretelles, forcément, il ne se rappelait de rien.

_ « Ah bah autant prendre le vôtre alors ! Le mien est génial, il est extrêmement cultivé et s’intéresse à tout, par contre il a un penchant pour l’ail qui me donne la nausée. Si je pouvais le virer... Mais il sait que non. Bref, nous irons avec le vôtre c’est réglé ! » Son chauffeur, un grand malade. Pourquoi était-il chauffeur et pas professeur en fac ? Parce qu’il était venu s’installer aux Etats-Unis... Impossible pour Bennet de le virer pour cette histoire d’haleine qui pue deux fois par semaine parce que trouver un chauffeur comme lui n’arriverait plus. Quand on vous disait qu’il aimait bien faire ami-ami avec le petit personnel. Ce n’était pas une honte pour lui, pas quand le chauffeur pouvait vous parler pendant des heures de l’histoire de tel ou tel pays. Des grandes personnalités de ce monde etc... En espérant que celui de Meredith ne sente pas mauvais !

De toute façon, il n’allait pas penser à cela bien longtemps. Maintenant, il avait été lui chercher à boire et avait reçu un sms dont il lui parlait. Pour lui, rien de grave. Pour elle, non plus jusqu’à ce qu’elle s’enfile cul sec un verre de vin. Ah, oui. Quand même.
Il la regarda en fronçant les sourcils, pas certain de bien comprendre tout ce qu’il se passait. Elle se levait alors qu’il n’avait même pas eu le temps de répliquer quoi que ce soit. Qu’elle monte ?! Certainement pas ! Ou pas seule ! Il devait savoir lui non ? Il avait lancé le sujet !

_ « Non, attendez. Je vais vous accompagner. » Il fit signe au serveur de tout mettre sur sa note et se leva avec elle. Il n’allait pas laisser filer seule. Si elle ne se sentait pas bien il serait fâcheux qu’elle fasse un malaise alors qu’elle se trouvait seule. Bennet n’était pas spécialement l’homme le plus gentil du monde, il n’allait cependant pas laisser une femme filer comme Meredith voulait le faire alors qu’elle semblait si bouleversée.
Il lui prit le bras et en avant pour rejoindre les ascenseurs. Il lui ferait d’ailleurs livrer plus tard un petit plateau repas. Son éducation le faisait agir ainsi, pas vraiment son cœur, ne vous détrompez pas.

_ « Votre père vous a mis sur ce projet pour juger de vos capacités ? Si ça ne fonctionne pas il vous coupe les vivres ou vous déshérite ? » Il avait parlé très doucement. De toute évidence, les murs avaient des oreilles et ce genre d’affaire ne devait être ébruité. Il ne l’appréciait pas particulièrement, par contre, si tout ceci était une lubie de son père pour reverser toute sa fortune à quelqu’un d’autre alors qu’il l’avait surement toujours couvée, là, ça le mettait en colère. C’était simplement débile. Il ne savait pas comment elle avait été élevée mais vu son comportement, il s’agissait bien d’une princesse alors comment pouvait-on du jour au lendemain exiger d’une princesse qu’elle réussisse tel ou tel projet si elle ne s’y est jamais intéressée ?!
Peut-être qu’il la comprendrait mieux après des explications.


electric bird.

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 836
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: Nouveau départ ? [PV Bennet] - TERMINE   Lun 25 Aoû - 23:20




Meredith & Bennet
White flag

Objectif numéro un : atteindre l'ascenseur sans que Bennet ne la poursuive pour l'interroger. Objectif numéro deux : fouiller le net pour trouver qui pouvait être au courant. Qui à part son père aurait pu fuiter un truc pareil ? Il n'avait quand même pas mis quelqu'un dans la confidence ? Il était tout sauf stupide, il savait très bien que lâcher une bombe aussi énorme c'était être certain qu'elle ressortirait dans les minutes suivantes. Des avocats ? Ils étaient tenus au secret professionnel mais à quel point pouvaient-ils être incorruptibles ? La perspective d'avocats la terrifiait. Quand son père l'avait convoquée à son bureau pour lui mettre le "marché" dans la main, elle avait bien compris à quel point il était sérieux. Mais s'il avait fait ça ...
Nan, pas de raison. Elle était juste en train de psychoter. Il fallait qu'elle remonte à sa chambre, qu'elle constate l'ampleur des dégâts, et qu'elle avise ensuite. Avec un peu de chance, ça n'aurait pas passé les limites de cette station.
Elle était déjà à la porte de la salle de restaurant quand elle sentit qu'on l'attrapait pas le bras. Bennet, évidemment. La seule fois où il montrait de la considération pour elle, c'était le jour où elle aurait voulu le savoir à l'autre bout de la planète. Elle tenta de libérer son bras, mais il resserra son emprise.
- Vous me faites mal !
Elle avait parlé à voix basse. Toute cette histoire ne regardait personne. Lui aussi avait la décence de parler doucement, mais elle ne lui en était pas pour autant reconnaissante. Cela ne le regardait pas. Il n'avait pas à poser toutes ces questions privées. Il fallait qu'elle le fasse taire une bonne fois. Qu'elle reprenne contenance.
Elle profita qu'ils attendent l'ascenseur pour mettre les points sur les i.
- Vos questions sont ridicules. Quand bien même il y aurait quoi que ce soit de vrai là-dedans, vous croyez vraiment que c'est à vous que je me confierais ?
Elle avait lourdement insisté sur le "vous". Sans blague. Il la prenait pour une débile ? La réussite du projet était liée à leur collaboration, et elle allait lui donner un moyen de pression sur elle ? Comme s'il n'était pas déjà du genre tyrannique ! Il la prenait vraiment pour une idiote finie. Son père aussi, qui lui avait confié ce projet pour la tester.
- Jusqu'à preuve du contraire, je suis encore votre patronne. Et là, vous outrepassez vos droits. Cette discussion est terminée. Je vous prie d'oublier tout ça.
Remettre les choses à leur place. C'était une première étape pour garder le contrôle. L'autre était nettement moins adulte, mais tout aussi efficace si cela fonctionnait. Elle s'engouffra dans l'ascenseur, et essaya de lui griller la priorité en appuyant sur le bouton de fermeture des portes avant qu'il ne monte, sans succès. Putain ... il n'y avait vraiment que dans les films que ça fonctionnait ...
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 607
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: Nouveau départ ? [PV Bennet] - TERMINE   Mar 26 Aoû - 0:20


Nouveau départ ?
Meredith & Bennet
Non mais comment ça il lui faisait mal ? Elle avait fumé ?! Il la tenait à peine ! La connaissant elle ne se mettrait pas à crier. Trop peur de ce que pourrait penser les gens. Lui ? Lui rien à secouer, cela va s’en dire ! Pour le moment il était toujours relativement calme mais il n’allait pas falloir qu’elle joue trop les fières parce que cette histoire le concernait lui aussi si ce que disait le torchon était vrai. Elle aurait pu s’en sortir dignement si elle ne s’était agitée ainsi. Là, il était certain qu’il y avait anguille sous roche et franchement il n’appréciait pas.
Il avait changé de ton pour être plus sympa mais là elle recommençait à lui taper sur le système. Certes, Bennet n’était pas du genre patient, mais Meredith avait le don de l’agacer !

_ « Je vous touche à peine ! » Il avait parlé plus ou moins doucement. En tout cas personne ne s’était retourné sur eux ou ne les regardaient bizarrement.
Ils attendaient l’ascenseur et la princesse, il le sentait, ferait tout son possible pour le semer. Elle pouvait rêver ! Il voulait en savoir plus et elle ne lui faisait pas peur avec ses remontrances à la mord moi le nœud.

_ « Vous l’avez dit tout à l’heure, vous êtes seule ici et de toute évidence, seule ailleurs aussi, alors à qui d’autre ?! » Non mais oh ! Il voulait des réponses il aurait des réponses et s’il devait engager quelqu’un pour en avoir il le ferait aussi ! Qu’est-ce qu’elle croyait ? Que parce qu’elle essayait de hausser le ton avec lui il allait se coucher comme un gentil chien ? Bennet Monaghan un chien ?! Un pit-bull alors ! Il venait de mordre et il serait difficile de le faire lâcher. Il aurait dû faire du droit tiens, il aurait été un très bon requin aussi.
L’ascenseur arriva et bien évidemment, il lui emboita le pas. Elle tapait sur le bouton pour lui fermer les portes au nez mais pas de bol, ce modèle devait être trop vieux... Merci le Four Seasons pour ta vétusté ! Lui, ça l’arrangeait bien. Un homme voulu monter avec eux, il le dégagea sans plus de politesse. « C’est complet ! » La porte s’était ensuite refermée. Là, il la laissa donc s’énerver encore. Elle n’allait pas être déçue du voyage. Il la choppa par les deux épaules et stoppa la machine en appuyant sur le bouton qui convenait et resta planté devant le panneau, faisant face à Meredith.

_ « Non mais quelles foutaises ! J’outrepasse mes droits ?! Mais ma cocotte, en mettant toute une équipe dans une situation aussi merdique qu’est la nôtre actuellement, vous ne trouvez pas que vous outrepassez aussi vos droits ?! Tout le monde se rend compte que vous allez droit dans le mur. Tout le monde sauf vous. Vous pensiez que j’étais un con, vous n’avez rien vu ! » Elle le fichait dans la merde. Qu’est-ce que diraient les autres s’ils savaient qu’il s’était engagé dans un projet qui n’aboutirait pas ? Qu’il n’y aurait jamais rien. Qu’il avait bossé avec une bonne à rien de gamine ?! Tout le monde se ficherait de lui parce qu’il se serait complètement planté ! Dans la vie personnelle ça pouvait passer. Son mariage avait été un échec. Il assumait en balançant à qui voulait entendre que c’était parce que sa femme était une abrutie mais dans le boulot... Ah non, il ne laisserait personne tenter d’écorcher sa si belle réputation ! Tout ce qu’il touchait se transformait en or. Meredith ne ficherait pas tout ça en l’air !

_ « Vous me dites tout ou je me tire et je vous plante là avec ce qu’il vous reste, à savoir moins que rien. Je vous avais prévenue, si je sens que je perds mon temps, je me tire. Qu’est-ce que c’est que cette histoire avec votre père ?! » Si elle parlait, la faute se reporterait sur son père, il pourrait donc s’adoucir avec elle parce que, en soi, ce ne serait pas vraiment de sa faute même si, franchement, elle avait vu grand. Mieux valait voir grand que trop petit mais bon. L’appeler lui, pour ça. Merci.
Maintenant il était furax et évidemment, il ne parlait plus aussi doucement. Franchement, savoir que les choses allaient de mal en pi lui retournait l’estomac. C’était bien la première fois qu’il se plantait autant.


electric bird.

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 836
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: Nouveau départ ? [PV Bennet] - TERMINE   Mar 26 Aoû - 1:11




Meredith & Bennet
White flag

Il la touchait à peine ? Ben fallait qu'il maîtrise sa force. C'était une brute pour une fille frêle et délicate comme Meredith.
Trêves de plaisanterie. Sa tentative d'évasion avait échoué, sa tentative de le semer aussi, et maintenant il venait d'arrêter l'ascenseur. Là, elle avait peur. Elle avait éludé ses questions jusque-là, mais maintenant ? S'il décidait de ne pas laisser repartir l'ascenseur ? Les gens de l'hôtel réagiraient forcément non ? Ou pas ... Vu que c'était elle et lui, ils pouvaient aussi avoir comme consigne de leur passer leurs caprices. Ca n'aurait pas été la première fois que Meredith faisait ce qu'elle voulait en dépit du règlement dans un hôtel, et que personne ne le lui reprochait. Exemple typique : elle adorait les bains de minuit.
Ici, on n'en était malheureusement pas là. Elle l'avait mis en colère. Il l'avait attrapée par les deux épaules, redoublant peut-être sa frayeur.
- Vous pensez que vous, ou l'équipe, allez dans le mur ?
Là, c'était lui qui n'avait pas tout compris. Le palace se ferait, avec ou sans elle. Ce n'était pas un projet bidon. C'était un vrai projet de son père, et si elle échouait, il rattraperait le coup. Carmichael Resort pesait plusieurs milliards de dollars, et son propre père en pesait plusieurs centaines de millions. Il ne les avait pas acquis à coup de pseudo-projet qu'on abandonne. Son père allait au bout de tout ce qu'il disait vouloir faire. C'était pour ça qu'elle voyait son avenir aussi noir. La vérité, c'est qu'elle elle allait dans le mur. Elle avait fait venir Bennet trop tôt, elle s'en rendait compte. Mais le contrat était signé. Pas question de le renvoyer chez lui.
- Il n'y aura pas d'échec, ce n'est pas un mot qu'on emploie dans la famille.
Ou peut-être dans quelques mois, pour parler d'elle. Bennet ne semblait pas avoir une meilleure opinion la concernant. Elle ne faisait que ce qu'elle pouvait. Elle qui aurait craint de faire de l'audit financier, au moins pour ça elle aurait été armée, c'était exactement son cursus.
En plus, il venait de brandir la menace ultime. S'en aller et la planter. Ca, c'était un truc que son père aurait immédiatement associé à l'échec du projet, de sa part. Conclusion, elle allait se retrouver contrainte et forcer de tout balancer. A la minute où ce SMS était arrivé, une partie de son cerveau l'avait su. L'autre continuait de lutter contre ça en essayant de trouver une autre idée.
- Je vous rappelle que nous avons un contrat. Rompez-le, et vous serez sur la paille. Aucun juge ne gobera qu'à ce stade vous puissiez déjà user d'un droit de retrait.
Elle sentit arriver les larmes, sans que ça la surprenne. Elle les avait déjà retenues plus tôt dans la journée. Elle ravala tout de même sa salive et tacha de lutter contre. On pouvait lui reprocher des choses, peut-être, mais pas de ne pas se battre.
Elle savait bien qu'il avait deviné grosso modo ce qui se passait, mais elle refusait encore de lui donner ce pouvoir sur elle. Pas avant de savoir si à New York on en parlait. Si ça se savait là-bas, ça n'avait plus de sens de le lui cacher, il le saurait. Mais sinon, ça valait le coup de se battre, merde ! Il fallait juste qu'elle s'accroche.
A la minute où elle remua pour qu'il la lâche, elle se laissa glisser au sol, se retrouvant assise sur ses talons. Elle avait mal à la gorge et l'impression de ne plus pouvoir respirer, à trop retenir ses larmes. Lui dire ce qui se passait, c'était comme abandonner la bataille, et elle y répugnait. Mais elle était si fatiguée de ce fardeau.
- J'ai 4 ans pour faire pousser un palace ici, et deux ans pour le rentabiliser. Sinon je ne m'appelle plus Carmichael. Vous êtes contents ?
Elle lui avait pour ainsi dire craché les mots au visage, et elle n'en ressentait même pas de soulagement. Il était au courant maintenant, et elle ne se sentait même pas mieux. Elle savait très bien ce qu'il ferait de cette info : en tirer profit. Il avait défié son autorité depuis le début, il pouvait se réjouir, maintenant il pourrait faire ce qu'il voulait. Elle était obligée de la garder, de toute façon.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 607
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: Nouveau départ ? [PV Bennet] - TERMINE   Mar 26 Aoû - 15:28


Nouveau départ ?
Meredith & Bennet
L’un des plus gros problèmes de Bennet, son impulsivité. Très vite, il pouvait voir rouge, puis noir pour ensuite ne se souvenir de rien si réellement il était pris d’un accès de fureur. Fort heureusement pour Meredith, cela ne lui était encore jamais arrivé avec une femme. Si le jeune homme n’avait jamais levé la main sur son ex épouse que pourtant il exécrait, il y avait peu de chance pour qu’il abîme le joli minois de la princesse en face de lui.
Il lui lâcha tout de même les épaules, se rendant compte qu’il serrait surement un peu fort.

_ « Bien entendu ! Avec vous qui tenez les rennes, oui ! » La suite ne le rassura pas. Le mot « échec » ne faisait pas partie du vocabulaire de la famille Carmichael ?! Laissez le rire. Elle, elle allait échouer et tous les embraquer dans sa chute !
Si son père reprenait le projet, qu’est-ce qui assurait à Bennet sa place en tant qu’architecte d’intérieur. Si il y avait changement de main au sein de l’équipe dirigeante, sa place n’était pas assurée. Le vieux Carmichael ne devait pas beaucoup l’apprécier sinon il aurait déjà fait appel à lui non ? Son avocat avait très certainement dû faire attention à toutes les petites clauses du contrat mais avec ces nouvelles informations qui tombaient certaines prendraient peut-être une toute autre signification ! S’étaient-ils plantés à ce point-là ? Se ferait-il virer en même temps que l’héritière quand papa reprendrait en main le projet du palace ?
Il avait envie d’exploser et il mit d’ailleurs un énorme coup de poing dans la porte de l’ascenseur. Une voix se fit entendre immédiatement dans l’interphone leur demandant si tout allait bien et si ils avaient besoin d’aide. Sur un ton des moins poli il leur demanda de leur laisser encore quelques minutes. Que tout allait bien.

_ « Vous êtes une cruche ! » Ca, c’était pour Meredith. Elle lui sortait tout bonnement par les yeux. Elle risquait de tout perdre ? Ce n’était pas son problème. Si lui perdait ce contrat parce qu’il se faisait virer par sa faute, il la briserait. Elle le serait surement déjà mais il en remettrait une couche.
Dès qu’il serait seul dans sa chambre il contacterait son avocat pour savoir si il pouvait ou non se faire évincer du projet en cas de changement de main, si il y avait un recours pour que cela n’arrive pas. Si c’était légale, si le fait qu’elle lui ait caché une telle information ne rendait pas branlant le contrat. Bref, son avocat allait être mis au courant de tout cela et très rapidement.

Il la regarda s’accroupir comme la misérable créature qu’elle était et remit un petit coup cette fois, dans le mur. Il grogna. Prit une énorme inspiration. Expira tout aussi discrètement et la regarda.

_ « Non. Votre sort m’importe peu, le mien est bien plus important. J’ai commencé avec vous, je finirais avec vous. Relevez-vous. Maintenant. » Il l’attrapa à nouveau par le bras pour la relever. Qu’est-ce que c’était que ces manières ? Il la poussa contre le mur, qu’elle s’y appuie si elle en avait besoin et il remit l’ascenseur en route, direction la suite de la jeune femme. Il avait « promis » de la raccompagner. Il le ferait, ce serait juste moins sereinement que prévu.
Sincèrement, tout cela le mettait dans un état de stress qu’il gérait mal. Son vieux père pourrait bien décider de se séparer de lui merde ! Elle n’y avait pas pensé elle ?! Que ce soit ou non réellement possible pour le moment, il n’en savait rien. Jamais il n’avait eu à travailler dans ces conditions ! Jamais aucun de ses employeurs n’avaient ainsi été sur un siège éjectable et lui non plus !


electric bird.

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 836
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: Nouveau départ ? [PV Bennet] - TERMINE   Mar 26 Aoû - 20:58




Meredith & Bennet
White flag

Personne ne l'avait jamais faite se sentir aussi mal. Elle avait l'habitude d'être enviée, jalousée. Adorée, félicitée. Pas qu'on la traite comme la dernière des idiotes. Ni qu'on la méprise. Mais Bennet ... ils étaient mal partis, dès leur première rencontre. Là, c'était tout simplement l'apothéose. Plus il s'énervait, plus il la mettait plus bas que terre, et plus elle se sentait mal. Il lui donnait envie de s'enfermer dans sa chambre pour ne plus jamais en sortir. Quel genre d'homme se comportait comme ça ?
Elle n'attendait pas de lui qu'il la pouponne d'un seul coup parce qu'elle avait des problèmes. Mais qu'il relativise, ça, oui. Elle était clairement dans une situation beaucoup plus merdique que la sienne. Elle jouait tout son avenir, y compris sa crédibilité professionnelle. Lui, il jouait quoi ? Un ou deux papiers sur une mauvaise collaboration. Pas grand chose de plus. Le monde oubliait les échecs professionnels à vitesse grand V. Mais il ne vous pardonnait pas d'être un perdant. Une perdante, en l'occurrence.
Il lui faisait peur, à s'énerver comme ça. Elle avait cru qu'il allait défoncer la porte de l'ascenseur quand il avait tapé dessus. Et maintenant, c'était elle qu'il avait relevée sans ménagement. Elle se laissait faire, façon poupée de chiffon. Il l'avait repoussée contre la paroi de l'ascenseur, comme un paquet gênant. Qu'importe. Il s'en foutait d'elle, il l'avait dit. Elle ne cherchait pas son attention, elle avait son amour-propre pour elle. Mais elle avait espéré peut-être un tout petit peu d'empathie. Trop conne. Trop "cruche" comme il l'avait dit. Il n'y avait rien à attendre d'un type aussi froid, et le méritait-elle seulement ?

Quand l'ascenseur s'arrêta au dernier étage, il sortit à toute vitesse, et elle le suivit docilement. Il venait de reprendre son bras. Sans ménagement. Il ne lui faisait pas mal, non, pas cette fois. Elle avait juste l'impression d'être un paquet qu'on traîne. Avait-elle seulement besoin de lui ? Elle n'était pas impotente, elle n'allait pas non plus tomber dans les vaps. A quoi bon jouer les gentlemen, il n'en était pas un. Pas avec elle.
Arrivée devant sa chambre, il lui fallut plusieurs longues secondes pour trouver la clé magnétique de sa chambre, dans son sac. Longues secondes pendant lesquelles elle paniquait au fur et à mesure qu'il soupirait d'impatience. Cela n'arrangeait rien. Plus elle cherchait, moins elle trouvait.
Elle crut qu'il allait encore l'engueuler quand elle finit par mettre la main dessus. Sauvée. La porte s'ouvrit, et elle lui jeta un regard vide. Elle ne voulait pas le laisser rentrer. Dieu merci, il ne semblait pas en avoir l'intention. Elle faillit soupirer de soulagement, mais c'était un sentiment bien trop positif pour se faire une place dans sa tête en cet instant. Avant de refermer derrière elle, elle se tourna quand même vers lui.
- Ne venez pas demain. S'il vous plaît.
C'était une véritable supplique. Elle ne voulait plus le croiser.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouveau départ ? [PV Bennet] - TERMINE   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nouveau départ ? [PV Bennet] - TERMINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01. Episode n°1 ; Un nouveau départ
» Petite Ode ○ La chanson du désespoir où la mélodie d'un nouveau départ ?
» Une fin signifie seulement un nouveau départ...[Mahiru et Dan]
» Besoin d'un nouveau départ
» Un nouveau départ [Hoheinhem Van]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blackcomb Scandals :: 
Et pour se distraire
 :: 
Les archives rpgiques
-
Sauter vers: