Vous êtes inscrits sur PRD ? Alors passez de temps en temps dans la FICHE DU FORUM pour y laisser un petit mot !
N'oubliez pas, toutes les 2h un clic sur les top sites en page d'accueil. C'est important pour faire grandir le forum !

Partagez | 
 

 First time ever [PV Bennet] - TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 839
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: First time ever [PV Bennet] - TERMINE   Jeu 11 Juin - 0:44




Meredith & Bennet
Missed you, kinda

Son père était arrivé tard la veille au soir, pour assister à l'inauguration officielle du chantier de construction de l'hôtel. Elle ne l'avait pas encore vu. Depuis un quart d'heure, dans son dressing, elle cherchait comme s'habiller. Elle allait sur un chantier, mais ne souhaitait pas pour autant dire adieu à sa féminité. Parallèlement, elle se devait de conserver un look crédible de femme d'affaires. Elle avait déjà sorti des placards plusieurs jupes et robes, sans rien trouver qui lui convienne. Tout était trop sobre, et trop déjà-vu. Elle n'était pas inspirée.
Elle descendit au premier niveau de son appartement, et se servit un café. Sur la table, quelques magazines traînaient, au milieu des journaux du jour qu'elle avait déjà consultés. Elle attrapa l'un d'entre eux pour le feuilleter, histoire de, le temps de finir sa boisson. C'était un magazine people et, dans les premières pages, elle eut la surprise de trouver une photo d'elle et Bennet. "Spotted". Elle eut un sourire en repensant à la soirée qu'ils avaient passé ce jour-là, et regarda la photo de plus près. Elle n'aimait pas que des photographes la prennent comme ça, comme si elle était une vulgaire actrice ou chanteuse, mais elle comprenait pourquoi ils avaient fait ça. Outre le fait qu'elle était une des plus riches héritières des Etats-Unis - en tout cas, une qui n'avait pas 50 ans - Bennet et elles étaient beaux sur cette photo. Ils n'auraient pas dépareillés dans une campagne de publicité pour une des ces marques de luxe qu'elle affectionnait. Elle referma le magazine, et le balança sur la pile de ceux à jeter. Harper s'en occuperait. Franchement, ce genre de lecture ne la passionnait pas des masses, et se trouver dedans ne rendait pas la chose plus attirante. Elle venait en revanche d'avoir une idée pour sa tenue. Elle termina rapidement son café, et déposa la tasse dans le lave-vaisselle. Laisser traîner sous prétexte qu'une femme de ménage passait ? Pas son genre. Elle aimait que les choses soient nettes.
Revenue à son dressing, elle attrapa une combinaison pantalon noire, fluide et très échancrée dans le dos, qu'elle compléta d'une paire de sandales à talons en python. Il faisait bon, enfin, à Whistler.
Maquillage, coiffure - un chignon faussement négligé - et une paire de lunettes à montures épaisses noires. Elle se trouvait crédible, comme ça. Elle attrapa son immanquable montre. Elle était pile poil dans les temps. Michel l'attendait sans doute déjà en bas pour la conduire à la mairie, pour une réunion de travail avec son père et le maire, Gregory Parker. En gros, l'objectif serait de négocier un maximum de crédits d'impôts au nom de l'emploi généré à Whistler. Bennet n'était pas nécessaire pour ça. Elle grimaça de déception. Il était parfois un vrai tyran, au travail, mais son exigence et l'intuition dont il faisait preuve contrebalançaient largement.

A 14h, après un déjeuner en compagnie du maire, de sa femme - qui essayait de la mettre dans sa poche, comme si Meredith n'allait pas s'en rendre compte - et de son père, ils rejoignirent le chantier. Elle eut la "joie" de se voir affublée d'un casque, comme tous ceux présents sur place. Comprenez son père, pas choqué de la démarche, Harper, Riley, Bennet, et le maire. Comme c'était seyant ... Son père reçut l'aide d'un ouvrir du chantier pour poser la première pierre, avant un discours où il félicitait chaleureusement entre autre Riley. Et ... elle ? Elle leva la tête, tout de suite plus intéressée. Son père semblait réellement satisfait, au-delà de la présence d'un public. Elle sourit, fière malgré elle d'avoir trouvé grâce à ses yeux. La suite de l'après-midi fut moins passionnante : discours du maire, revue du planning du chantier ... Et pour finir, le cocktail.
Harper y jouait sa crédibilité, ayant supporté Gregory Parker dans l'organisation. A première vue, elle ne s'en était pas trop mal tirée. Meredith, elle, en avait déjà passablement marre de cette journée, mais jouait encore le jeu, alors qu'elle discutait avec son père et quelques personnalités de la ville, donc Abigail Harrington. Une caresse discrète dans le bas de son dos lui fit sentir la présence de Bennet. Jusque-là, ils n'avaient pas trouvé le temps de se parler.
- Bennet. Bonsoir. Vous connaissez déjà Père. Laissez-moi vous présenter Elizabeth Parker, qui dirige le domaine skiable. Mme Parker, Bennet Monaghan est notre architecte d'intérieur sur le projet. Je suis certaine qu'une femme de gout comme vous le connait déjà de réputation. Mme Harrington, vous connaissez Bennet Monaghan, n'est-ce pas ?
Elle n'était qu'à Whistler, toute petite ville du Canada mal dégrossie, mais ses habitudes d'hôtesse de soirées new yorkaises ne la quittaient pas. Même si elle se sentait beaucoup moins stressée par la venue de son père que la dernière fois, elle n'était pas mécontente d'avancer sur un terrain qu'elle maîtrisait à la perfection.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 607
ζ Âge du personnage : 39

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: First time ever [PV Bennet] - TERMINE   Lun 15 Juin - 18:34


Dodo l'enfant do
Bennet et Mer !
En gros, pour résumer... Une journée dans laquelle il avait excellé dans l’art de faire le lèche cul. Comme d’habitude dès qu’il s’agissait de « séduire » telle ou telle haute personnalité. Son bagout avait déjà fait ses preuves à de nombreuses reprises et il ne lui avait pas fait défaut aujourd’hui.
Cela n’avait pourtant pas fait de cette journée et des jours la précédant une partie de plaisir. Ils avaient énormément travaillé pour être fin prêt pour l’arrivée du père de Meredith et on ne pouvait pas dire qu’il ait beaucoup dormi dernièrement. Meredith et lui avaient pris le temps de se retrouver mais il fallait toujours travailler à un moment donné. Il aurait été prêt quoi qu’il arrive mais il l’avait sentie sur les nerfs, comme la première fois que le « grand chef » avait rappliqué. Bennet avait donc usé de ses talents de masseurs pour la relaxer et, évidemment, arriver à ses fins. Pas compliqué de toute façon puisqu’en général elle en avait autant envie que lui mais la pression avait rendue, parfois, la chose plus difficile à obtenir. Le designer avait fait preuve de beaucoup de patience, patience dont il ne pensait d’ailleurs pas être capable.

La journée avait donc été très longue. Meredith venait de lui présenter Mme Harrington et une autre femme. Sourire charmeur, beaucoup d’humour... Abigail du rapidement partir rejoindre son mari, elle ne s’attarda donc pas, quant à Mme Parker, un appel téléphonique la força aussi à décamper. Au final, cela faisait les affaires de Bennet. Peu à peu tout se vida et eux aussi purent partir.
Il rentra avec Meredith dans le but, au départ, de faire un débriefing. Ils n’échangèrent quasiment rien dans la voiture, non pas par quelconque agacement mais plutôt parce que Bennet avait le plus grand mal à se retenir de bailler et qu’il était tout bonnement crevé. Il s’était d’ailleurs plus ou moins collé à Meredith dans la voiture, sa main posée que son genou. Encore un geste machinal dont il n’avait que peu conscience.
Ils arrivèrent chez elle et montèrent. Elle n’avait qu’une envie, prendre une douche. Lui aussi. La prendre avec elle lui redonnait de l’énergie. Elle était déjà presque prête quand le téléphone de Bennet sonna. Il avait commencé par retirer son pantalon ainsi que ses chaussettes et avait ouvert les boutons de sa chemise.

_ « Je vous rejoins, c’est un client que je dois prendre. » Ce n’était pas vraiment le moment mais il ne pouvait pas faire autrement.
Il prit donc le téléphone. Le client n’était pas forcément heureux et il dû le gérer alors qu’il n’en avait franchement pas la force. La fin de l’appel fut plus calme, ce qui explique que Bennet se soit allongé sur le lit de Meredith pour parler. Il raccrocha mais continua à réfléchir à ce qu’il pourrait faire ou à qui virer pour améliorer l’humeur du client, c’est là que l’impossible lui arriva. Il se frottait les yeux de fatigue et de dépit, ne trouvant pas quoi faire. Il entendait l’eau couler sous la douche... Cela lui fit l’effet d’une berceuse et il finit par s’endormit là. La chemise ouverte et en boxer sur le lit de cette femme dont il ne voulait surtout pas partager la couche pour autre chose qu’une partie de jambes en l’air ! (Question de principe ! On ne dort pas avec une femme quand on est un homme comme Bennet.) Raté ? Au pire... Elle le réveillerait, elle voulait la même chose que lui non ? Leurs corps respectifs... Mais il était tellement fatigué. En quelques minutes à peine il dormait profondément et sa respiration le trahissait.


electric bird.



_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 839
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: First time ever [PV Bennet] - TERMINE   Lun 15 Juin - 23:17




Meredith & Bennet
Missed you, kinda

Elle n'avait pas espéré pouvoir s'éclipser du cocktail aussi rapidement - dans sa position, c'était même utopique. Elle connaissait ses devoirs. Et pourtant, presque comme un miracle, la soirée s'éteignit plus rapidement qu'elle ne l'aurait imaginé. Elle se sentait lasse, après s'être inquiétée une fois de plus pendant des jours de la venue de son père. Bennet avait d'ailleurs été irréprochable, à nouveau : il l'avait aidée à faire en sorte que tout se passe bien au-delà de ce qu'elle aurait imaginé. Et un peu au détriment, elle devait l'avouer, des autres activités qu'elle partageait avec lui. Ce soir, et maintenant qu'elle avait pu constater que son père était satisfait, elle rattraperait le coup auprès de son architecte d'intérieur. Elle aurait potentiellement lancé les hostilités dans la voiture, si Bennet avait passé moins de temps à bailler. Il semblait aussi fatigué qu'elle, et à la seconde où ils eurent passé la porte de son appartement, elle l'entraîna vers la salle de bains. Une douche - et plus puisqu'affinités - leur ferait le plus grand bien pour chasser l'épuisement de la journée. Miami lui avait laissé quelques souvenirs, qu'elle mettait volontiers à profit depuis : elle avait le sentiment de beaucoup progresser dans l'effeuillage.
La sonnerie du téléphone de Bennet vint malheureusement mettre fin à cet intermède ; un client, qu'il ne pouvait ignorer. Elle comprenait trop bien les impératifs d'une carrière pour l'empêcher de décrocher, et se contenta de lui faire comprendre qu'il n'aurait qu'à la rejoindre. Elle, ne souhaitait pas attendre avant de prendre une douche. Porte fermée, elle ne pouvait entendre Bennet, aussi l'attendit-elle un moment ; moment qu'elle ne pouvait cependant prolonger ad vitam aeternam. A son plus grand regret, elle sortit de la salle de bains, juste vêtue d'une nuisette de soie vert d'eau.
Bennet en avait terminé avec son client. Pour cause : il dormait. Elle s'approcha du lit pour l'observer : sa poitrine se soulevait et s'abaissait régulièrement. Il dormait même profondément. Sans pouvoir s'empêcher de sourire, elle alla s'asseoir sur une ottomane dans un coin de la chambre, à côté de sa coiffeuse.
Devait-elle le réveiller ? Elle ne s'en sentait pas le courage, mais le laisser rester dormir, comme s'ils étaient un couple ... Dernièrement, lui comme elle avaient multiplié les gestes d'attention, voire de tendresse, et si elle les appréciait sur le moment, avec le recul, elle les considérait bien peu appropriés pour la relation qu'ils attendaient chacun l'un de l'autre. C'est ce qui la décida à rejoindre la chambre d'amis quand elle se sentit elle aussi gagnée par la fatigue. C'était une manière de laisser dormir Bennet - elle le lui devait bien, compte tenu de l'énergie qu'il avait dépensée à la préparation de la venue de son père - en gardant ses distances. La chambre était toujours prête à accueillir des visiteurs, mais ce serait finalement la propriétaire des lieux qui l'inaugurerait. A moins que ... sa gouvernante allait l'entendre demain. Le lit n'était pas fait. Et elle, ne savait même pas où le linge de maison était rangé. Sérieusement, se préoccupait-elle de ça ? Et allait-elle devoir dormir dans un fauteuil ? Sous le coup de la colère, elle retourna s'installer sur l'ottomane de sa chambre, jambes repliées sous elle. Impossible de trouver une position satisfaisante surtout quand, Bennet ou pas Bennet, son confortable lit lui faisait de l'oeil.
Devait-elle vraiment s'interdire de rejoindre son architecte ? Il ne s'agissait après tout pas d'aller se lover dans ses bras. Simplement de dormir dans du mobilier fait pour ça. Elle se devait d'être présentable pour le déjeuner avec son père le lendemain midi, et comment cela serait-il possible si elle ne pouvait bénéficier d'une vraie nuit de repos ?
A pas légers, elle rejoignit le lit, se faisant la plus discrète possible, et elle s'allongea le plus loin possible de Bennet, lui tournant le dos. Il ne lui fallut guère plus de deux minutes pour sombrer à son tour.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 607
ζ Âge du personnage : 39

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: First time ever [PV Bennet] - TERMINE   Mar 16 Juin - 15:33


Panique à bord
Bennet et Mer
Rien n’aurait réellement pu le réveiller. Meredith avait été si discrète que le sommeil de Bennet n’avait absolument pas été perturbé.
Heureusement pour lui, il n’était pas du genre à ronfler ou grincer des dents. Il était le genre de personne à avoir un sommeil tranquille. Durant la nuit, car oui, cela dura toute la nuit, il se retourna vers Meredith, puis, chercha le contact en se rapprochant petit à petit au fur et à mesure du temps qui passait. La raison ? Elle dormait du côté où il avait l’habitude de dormir quand il était chez lui.
Quand il se heurta, de façon tout à fait douce à Meredith, il l’enlaça tout simplement comme il l’avait fait jadis avec Charlotte quand tout allait bien entre eux. Ce contact aurait surement dû le réveiller étant donné qu’il n’en avait plus l’habitude, mais non. Le parfum de Meredith lui était maintenant très familier et il l’appréciait grandement. Rien n’était bizarre en fait.

Une fois Meredith dans ses bras, il termina, malgré lui, toujours, de se rapprocher pour finir collé à elle, le nez plus ou moins dans ses cheveux.
Ce fut son réveil sur le téléphone qui le sortit de son sommeil. Il inspira profondément en gardant toujours les yeux fermés. Il bailla et en bougeant, se rendit compte qu’il y avait quelque chose ou plutôt quelqu’un, dans ses bras. – Merde –
Il resta ainsi quelques secondes afin de reprendre ses esprits. Réveil qui sonne = heure du lever = j’ai dormi avec elle = WTF ?!
S’il avait été réveillé par la sonnerie, il était à peu près certain que Meredith aussi. Enfin, il avait ouvert les yeux. Il la lâcha, doucement. Pas la peine de la jeter du lit comme dans certaines comédies romantiques que l’on peut voir au cinéma. Pas le genre de Bennet.
Il s’éloigna donc et se leva direction la salle de bains. Pas un mot.
Il entreprit de prendre la douche qu’il aurait dû prendre la veille et se rafraichit la bouche. Beau ou pas, le matin, après une bonne nuit de sommeil, parce que God, ce que cette nuit avait été bonne, Bennet puait du bec. Il fallait absolument qu’il trouve quelque chose à dire ou faire. C’était tout à fait hors de question que tous les deux se mettent à passer les nuits ensembles. Lui comme elle ne pouvait absolument pas accepter cela. Ils seraient passés à une autre étape et dans leur relation, il n’y avait pas d’autre étape. Ils couchaient ensemble, point. Oui, il l’appréciait beaucoup, il l’appréciait d’ailleurs de plus en plus mais partager plus avec elle ? Elle ou n’importe qui, non.

Il sortit de la salle de bains avec une serviette autour de la taille et une autre dans les mains afin de se sécher les cheveux. Il arriva devant Meredith, qui était de toute évidence réveillée.

_ « Vous m’avez épuisé toute la semaine conséquence, j’ai failli à ma tâche hier soir, cela ne se reproduira plus. Deux choix s’offrent à nous : On termine ce que l’on avait prévu ou je pars et on se retrouve plus tard au travail avec une espèce de gêne qui n’a pas lieu d’être. Je vous écoute. » Il fallait qu’il le prenne comme ça plutôt que de montrer sa panique intérieure.
Franchement, c’était mauvais. Il s’était quand même réveillé avec Meredith dans les bras et le nez dans ses cheveux. C’était si cliché, si romantique, tellement le contraire de lui.
Pourtant, au fond de lui, assez loin tout de même, il ne regrettait pas. Cette nuit avait été particulièrement agréable sauf que... Merde ! Ce n’était pas ce qu’il faisait !


electric bird.

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »


Dernière édition par Bennet Monaghan le Mer 17 Juin - 13:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 839
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: First time ever [PV Bennet] - TERMINE   Mar 16 Juin - 19:11




Meredith & Bennet
Missed you, kinda

La petite musique qu'elle entendait ne faisait pas partie de son rêve. Il lui fallut quelques secondes pour comprendre qu'il s'agissait d'un réveil. Qui avait changé sa station d'informations pour une station musicale ? La première chose qu'elle tenait à entendre le matin était les dernières nouvelles, et les cours boursiers ; elle se devait de se tenir au courant de l'actualité politique et financière. Elle fronça les yeux, les entrouvrit, tout en comprenant lentement que ce n'était pas la radio, mais un téléphone.
Elle était toujours vaseuse, au réveil. Il lui fallait plusieurs minutes pour avoir l'esprit clair. Il lui en fallut néanmoins un peu moins pour comprendre qu'elle était dans les bras de Bennet. Ouvrant grand les yeux, elle constata qu'elle n'avait pas beaucoup bougé. Il l'avait rejointe, consciemment ou non. Elle referma les yeux, se sentant plutôt bien comme ça ; elle se serait volontiers rendormie, quand elle sentit Bennet s'éloigner. L'eau de la douche se fit entendre peu après, et, dans la foulée, son propre réveil se mit en branle ; elle ne le coupa qu'à la fin du bulletin d'informations, et s'assit sur le lit, s'étirant lentement. Elle aurait sans doute dû rejoindre son lit plutôt, au lieu de chercher une solution à ce qui n'était, à la réflexion, pas un problème ; elle n'avait pas assez dormi.
Bennet sortit de la salle de bains à ce moment-là, et se posta devant elle. Peut-être aurait-elle dû le rejoindre sous la douche ... Si son architecte se croyait capable de se lasser de son corps à elle - quel bel exemple de diplomatie, que le lui avoir dit ... - elle, en revanche, était à peu près certaine qu'elle serait lassée de tout le reste chez lui bien avant d'en avoir marre de le voir nu.
Elle ne savait pas à quoi s'en tenir jusqu'à ce qu'il ouvre la bouche, mais quand il lui eut dit ce qu'il avait sur le coeur, elle éclata purement et simplement de rire. Elle n'en revenait pas de la façon dont il s'était exprimé. Sous la syntaxe désinvolte, elle avait bien perçu la gêne. Elle n'en ressentait aucune, de son côté.
- Etes-vous gêné ? Ce n'est qu'une nuit, Bennet. Vous étiez fatigué, je n'ai pas voulu vous réveiller, c'est tout. Je n'attends pas de vous une bague demain sous prétexte qu'on a dormi ensemble cette nuit. Je n'ai pas envie de ça, et je ne crois pas que ce soit votre cas non plus. L'affaire est donc réglée. Quant au choix que vous proposez ... je crains qu'aucune de vos options ne soit envisageable. Il est 8h50, ce qui signifie qu'Harper sera là dans quelques minutes. Je soupçonne qu'elle sait qu'il se trame quelque chose entre nous, alors évitez-vous de passer pour un mufle qui se sauve au matin. Elle n'a qu'une piètre opinion de vous, je le crains, mais vous pourriez avoir besoin d'elle pour tout ce que votre assistante ne saurait faire à distance. Venez plutôt prendre un café, et nous enverrons Harper vous chercher des vêtements de rechange. Je doute que Père apprécie de vous voir arriver au restaurant où nous devons déjeuner avec une chemise aussi froissée.
Tout en lui parlant, elle avait quitté sa nuisette pour un bustier orné de dentelle de Calais blanche, et de quelques perles. Un pantalon noir, étroit, les sandales en python qu'elle portait la veille, et son triple rang de perles noires de Tahiti pour compléter le tout. Son père les lui avait offertes pour son dernier anniversaire, et il apprécierait certainement de les voir porter. Se dirigeant vers la porte de la chambre pour en sortir, elle se tourna vers Bennet et lui sourit d'un air mutin, riant presque.
- Enfilez tout de même un pantalon ... Harper risquerait de ne pas s'en remettre !
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 607
ζ Âge du personnage : 39

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: First time ever [PV Bennet] - TERMINE   Mer 17 Juin - 12:59


On se détend
Bennet et Mer
Venait-il de se ridiculiser ? Oui... Tout à fait !
Merde aussi ! Il ne pouvait pas se permettre avec elle de se lever et de se tirer sans rien dire. Avant, oui. Maintenant qu’il la respectait un minimum, non. Du coup, le voilà face à elle à dire des conneries. Depuis quand se sentait-il gêné par telle ou telle situation ? Depuis elle !
Bon... Il l’écouta donc et la regarda en même temps se changer. Pourquoi fallait-il qu’elle se déshabille en même temps qu’elle lui disait qu’ils n’avaient pas le temps ?! Pourquoi avait-elle cette emprise sur lui ?!!! Il fallait qu’il se lasse. Malheureusement cela ne semblait pas être pour demain. A peine voyait-il un bout se sein qu’il s’imaginait un tas de chose. Heureusement que la situation ridicule dans laquelle il s’était mis l’empêchait de vouloir absolument plus dans la seconde. Evidemment, tout cela lui avait fait l’effet d’une douche, pas vraiment froide mais pas loin.

Il s’était donc assis sur le lit pour finir de se frotter les cheveux afin d’en retirer le trop plein d’eau.

_ « L’opinion de votre assistante... Je vous en prie, comme si cela m’importait. » Sans rire. Sans rire. L’opinion de Meredith, oui. Il fallait qu’elle continue de le voir comme elle l’avait toujours vu, mais Harper.
Malheureusement pour lui avec sa réaction de terreur face à cette nuit passée avec elle, il avait certainement dû baisser dans son opinion. C’était inacceptable. Comment en était-il arrivé là ? Il était vexé. Vexé comme rarement il l’avait été.

_ « Je vais me débrouiller avec mon chauffeur. Je n’aime pas votre assistante. » Tant pis s’il avait besoin d’elle un jour ou l’autre. Elle ferait ce qu’il veut parce qu’il ordonnerait. Point à la ligne. Cette fille n’était personne et elle n’avait rien à lui refuser sous prétexte qu’elle ne l’aimait pas. Si elle ne l’aimait pas elle changeait de patronne ! De toute façon il avait envie d’être de mauvaise foi dans ses pensées et il l’était.
Meredith ne pouvait pas subir son courroux sinon elle se rendrait compte de son malaise encore plus qu’elle ne s’en était déjà aperçu. Inimaginable !

Il fallait de toute façon qu’il se change entièrement. D’ailleurs il n’avait même pas de sous-vêtements propres. Homme certes, gros dégueulasse certainement pas. Il avait besoin d’une nouvelle tenue et son chauffeur allait faire ça pour lui. Son dressing était rangé parfaitement bien et il n’aurait aucun mal à trouver. Il ne pouvait pas se permettre non plus, vis-à-vis du père de Meredith, de le rencontrer en portant la même tenue que la veille. Tenue choisie de plus pour une soirée. S’habille-t-on de la même façon le soir et la journée ? Pas quand on est un dandy.
Il enfila tout de même son pantalon tout en appelant son chauffeur afin qu’il fasse la course. Il avait eu une chance inouïe de trouver ce type. Il était si flexible qu’il acceptait même des tâches ne faisant absolument pas partie de ce dont ils avaient parlé lors de son entretien d’embauche. Bennet le payait bien mais il le traitait aussi très bien. Il était efficace et il aimait cela.
Il serait donc là d’ici une grosse demi-heure avec une tenue complète pour Bennet, parfait. En attendant il allait effectivement prendre un café.

_ « Vous devriez pousser Harper vers Riley. C’est le même genre. « Gentils ». Elle se détendrait peut-être si elle s’amusait un peu plus. » Regardez Meredith, beaucoup moins casse pieds ! Cela pouvait marcher pour la brune.
Après, il n’avait pas dit cela innocemment. Il savait très bien que Meredith avait partagé quelque chose avec Riley. Est-ce qu’elle éprouvait de quelconques sentiments envers lui ? Surement pas mais, il était un « gentil petit bonhomme », le genre que l’on peut avoir envie de couver.
Il n’était pas jaloux. Riley ne serait jamais à sa hauteur, la preuve, c’était Bennet que Meredith avait choisi. Ils n’en avaient simplement jamais parlé et il avait besoin de se détendre après sa déconvenue ridicule.

_ « C’est lui que vous attendiez le soir où je vous ai surprise n’est-ce pas ? J’avoue avoir du mal à imaginer une jeune femme comme vous avec quelqu’un comme lui. » Pas mauvais les croissants.
Il n’était pas condescendant. Pas désagréable non plus. Il faisait juste la conversation normalement. Il redevenait lui-même, tout simplement. En fait, il lui faisait même un compliment façon Bennet. Elle valait bien mieux qu’un Riley, voilà ce que tout cela voulait dire.


electric bird.

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 839
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: First time ever [PV Bennet] - TERMINE   Mer 17 Juin - 22:25




Meredith & Bennet
Missed you, kinda

Dans la cuisine, elle n'eut qu'à appuyer sur le bouton de la cafetière pour lancer le café. Une corbeille de fruits et des croissants encore tous chauds attendaient sur la table ; elle en avait fait la demande à la gouvernante qui s'occupait de son ménage, et de remplir son frigo. Meredith la "partageait" avec les Parker à la suite d'une discussion inopinée avec Elizabeth ; depuis, la gouvernante passait deux fois par jour, dont le matin de bonne heure.
Elle sortit deux tasses d'un placard, petites cuillères, sucre, tout ce qu'il fallait, et venait de s'asseoir quand Bennet la rejoignit, habillé. N'eut été sa chemise restée ouverte. Sans rien dire, elle attrapa une fraise. Le café n'avait pas fini de couler, et après cette mise au point avec Bennet, elle n'imaginait pas être la première à reprendre la parole. Ce n'est que quand elle leur eut servi chacun une grande tasse d'arabica que son architecte consentit à reprendre la parole. Meredith leva les yeux vers lui, alors qu'elle venait d'attraper une autre fraise ; son geste resta suspendu dans le vide, et elle l'observa quelques minutes, le regard indéfinissable.
Elle était surprise qu'il parle de Riley, surprise qu'il cancane au sujet d'Harper, mais pas mécontente qu'il se montre plus détendu. Elle ne comprenait pas, en revanche, pourquoi il en voulait tant à son assistante. Elle se fit la réflexion que celle-ci avait intérêt à ne pas rater son entrée, qui ne saurait tarder. Si elle faisait la moindre réflexion, si son regard s'attardait sur eux, Bennet ne lui ferait pas de cadeau. Et Meredith n'était pas certaine d'avoir envie de s'engueuler avec lui à ce sujet, en soutenant Harper. L'urgence, néanmoins, était de déterminer ce qu'elle devait - et pouvait - lui répondre. Pourquoi avait-elle couché avec Riley ? C'était ça, ce qu'il voulait savoir. Elle lisait parfaitement entre les lignes.
- Riley est beau garçon, cela ne peut-il suffire ?
Cela suffisait rarement à quelqu'un comme elle, mais pourquoi pas ? Elle avait bien couché avec AJ Harrington sur la base du simple fait qu'il présentait bien, et qu'il était suffisamment mignon à ses yeux. Et puis, Riley était loin d'être un inculte complet ; en matière d'architecture, sa culture était impressionnante. Pour le reste ... Elle attrapa sa tasse de café, qu'elle remua distraitement un moment. Bennet voulait-il entendre le reste ? C'était une chose que le demander, une autre que de l'entendre. Pourtant ...
- Il s'est montré gentil. Même les femmes comme moi en ont parfois besoin.
Elle avait pris le ton le plus détaché possible pour le lui dire. Y avait-il un reproche caché là-dedans ? Même pas ... Bennet avait été odieux avec elle, mais elle n'espérait pas qu'il s'en rende un jour compte ; il était plus probablement persuadé de lui avoir rendu service. Elle ne voulait pas perdre son temps à le détromper, mais puisqu'il avait voulu aborder le sujet, autant répondre franchement.
L'interruption générée par l'arrivée d'Harper fut néanmoins la bienvenue. Elle n'avait pas envie que la discussion se prolonge dans ce sens. Meredith faisait pratiquement face à l'ascenseur, depuis la cuisine, là où Bennet tournait le dos à la double porte. D'un très léger signe de tête, Meredith fit comprendre à son assistante qu'elle devait filer dans le bureau, sans un mot. Harper eut la bonne idée de comprendre instantanément, dégageant sa patronne d'une discussion délicate à laquelle elle n'avait pas envie d'assister.
- Mais vous savez que nous ne nous voyons plus ...
Alors, pourquoi chercher à en savoir plus sur quelque chose qui n'avait rien été d'autre qu'une passade ? Parce qu'elle mettait sa relation avec Bennet sur le plan ? Elle n'en attendait pas plus de lui que de Riley, après tout.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 607
ζ Âge du personnage : 39

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: First time ever [PV Bennet] - TERMINE   Jeu 18 Juin - 13:04


He's weak
Bennet et Mer
Voir Meredith préparer, « préparer » le petit-déjeuner n’avait pas de prix. Ce n’était en soi pas compliqué mais chez eux cela ne se faisait pas. Il n’avait jamais vu Charlotte toucher à quoi que ce soit chez eux. Ils se levaient le matin et tout était prêt. Il n’avait d’ailleurs aucune idée d’où pouvait se trouver le sucre ou le café ou l’huile. Les tasses oui, les verres aussi, le reste... Tiens, est-ce que Meredith cuisinait ? Peu probable. Que faisait-elle dans une maison ? En même temps il s’en fichait. Il avait essayé d’avoir une femme une fois et cela l’avait gonflé, pas la peine d’imaginer comment ses congénères pouvaient se comporter chez elles. Pourtant, il avait tendance à les comparer. Toutes deux venaient du même monde. Toutes deux étaient si différentes. Il avait cru que Meredith était aussi une fille sans personnalité, fragile, inutile. Elle l’avait fait mentir. Elle était en réalité bien plus que cela et il aimait à penser qu’il y était pour quelque chose. Il l’avait secouée. Il préférait cependant la façon dont il la secouait maintenant... !

Ils parlaient de Riley. Meredith avait eu une réaction qui le fit sourire. Elle était devenue tout à coup immobile. Donc, il l’avait surprise, c’était un peu le but. Bien qu’il ne veuille absolument pas lui demander des comptes il avait envie d’aborder le sujet. Savoir, par curiosité et parce qu’il était encore un peu dans ses petits souliers. Cette situation ne l’enchantait guère. Prendre son café si tôt avec une jeune femme. Se réveiller avec elle... Tout cela était encore perturbant. En fait, c’était surtout le bien être ressenti en se réveillant à ses côtés qui le laissait perplexe.

_ « Je ne sais pas, à vous de me le dire. » Elle se semblait pas convaincue et très sincèrement lui non plus. Si elle se mettait à sauter sur tout ce qui était un beau garçon elle allait finir par avoir une sacrée mauvaise réputation. Il n’y croyait donc pas.
Il sourit à la suite. Pour lui il y avait deux Meredith, celle avec laquelle il couchait et celle d’avant. La femme et la petite fille. La petite fille avait besoin de gentillesse et de douceur. La femme... C’était différent. Elle avait besoin de respect, d’attention mais pas de mièvrerie.
Ce qu’il comprenait dans la réponse de Meredith c’était surtout qu’elle s’était sentie seule. Cela arrivait, à lui aussi sinon pourquoi prendre une nouvelle fille chaque soir ?
Il remarqua son regard et entendit du bruit derrière. L’assistante était donc arrivée. Il ne prit pas la peine de se retourner pour la saluer. Il ne la sentait pas, point.

_ « Ce n’était pas le but de ma question, savoir si oui ou non vous le fréquentiez encore. Je n’en doutais d’ailleurs pas. » A ce moment-là son téléphone sonna. Son chauffeur était là et il montait. Déjà ?! Au top ce type ! Il aurait une augmentation !
Bennet se leva pour aller l’accueillir et continua en même temps sa conversation avec Meredith, comme si de rien n’était.

_ « Il n’y a que vous de mon côté également. » Il n’avait envie de personne d’autre. Les filles qu’ils croisaient et lui faisaient les yeux doux l’ennuyaient rien qu’avec leur sourire. Aucune n’avait la classe de Meredith. Pour le moment il avait besoin de se retrouver avec des personnes de son monde, Mlle Carmichael donc. Dans un autre contexte, à N.Y, peut-être aurait-il eu besoin de filles légères. Ici, il n’y avait que des filles légères, c’était désolant.
Son chauffeur arriva et il put enfin aller se changer.


electric bird.

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 839
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: First time ever [PV Bennet] - TERMINE   Jeu 18 Juin - 18:57




Meredith & Bennet
Missed you, kinda

Il aurait légitimement pu soupçonner qu'elle ait vu Riley en parallèle de le voir lui ; c'était ce qu'elle avait fait, en fait. Elle n'en tirait pas forcément de fierté, pas plus qu'elle ne l'avait fait exprès. C'était juste arrivé, parce que son histoire avec Bennet avait été totalement imprévue et l'avait prise par surprise, et qu'elle n'avait pas voulu laisser Riley trop froidement. Il avait été gentil avec elle, elle se serait mal vue se comporter en garde de son côté. Cela étant, tout était clair maintenant, et elle n'avait pas besoin que Bennet sache qu'elle avait joué la carte du double jeu. Que les choses aillent bien entre eux lui apportait une tranquillité d'esprit à laquelle elle ne voulait pas renoncer.
Elle s'attendait à ce que la conversation s'éteigne naturellement quand le chauffeur de Bennet fit connaître sa présence en bas de l'immeuble, et eut la surprise d'entendre son architecte ne pas abandonner le sujet, bien au contraire. Pourquoi avait-il éprouvé le besoin de lui dire que lui non plus ne voyait personne d'autre ? Elle préférait, évidemment. Elle n'avait aucune envie qu'il lui file un truc refilé par une pétasse. C'était la raison cartésienne qu'elle se donnait pour garder la face, mais au fond de son coeur, elle était surtout soulagée de ne pas le partager. Elle n'en avait pas envie. Tout en n'ayant pas non plus envie de construire quelque chose avec lui. Juste, de profiter de leurs exploits au lit ou ailleurs, et des discussions stimulantes qu'ils partageaient.
- Je ne vous demande rien, Bennet.
Sa voix était douce, presque plus destinée à le rassurer qu'autre chose. La gêne qu'il avait montrée après être resté dormir cette nuit ne devait pas être la porte ouverte à un éloignement. Elle ne le voulait pas. Qu'il aille s'imaginer qu'elle attendait de lui plus qu'il ne voulait donner, ou une connerie de ce genre. Les clichés dont on pare généralement les femmes, et qui ne s'appliquaient en aucun cas à elle.

Quand il la laissa pour aller s'habiller, elle rejoignit Harper dans le bureau. Son assistante était occupée à débroussailler le nombreux courrier qu'elle avait reçu la veille. C'était un peu comme si son adresse était maintenant connue de tout New York, à moins que sa mère n'ait fait suivre son courrier. Quoiqu'il en soit, elle recevait des dizaines de lettres par jour, dont elle ne se serait jamais sortie toute seule. Elle n'était pourtant pas là pour contrôler ce que faisait Harper, qui en règle générale s'en sortait très bien.
- Bonjour Harper. Avez-vous prévenu Riley qu'il devait être ici à 11h30 ? Michel passe chercher Père au Four Season avant de nous emmener tous au restaurant, il est hors de question qu'il ait à attendre. Appelez Riley, et rappelez-le lui.
Les paroles de Bennet faisaient écho dans son esprit, et il imagina un instant son assistante et son jeune architecte ensemble. Ca ne matchait pas. Elle non plus ne matchait pas avec Riley, d'ailleurs, quand elle y pensait. Avec Bennet, en revanche ... C'était un peu effrayant.
Sans plus un mot, elle quitta le bureau pour retourner vers la cuisine et se servir un deuxième café. Elle risquait d'être sur les nerfs à midi. Son père n'avait fait aucune allusion à Bennet en dehors des aspects professionnels, mais elle était certaine qu'il était au courant. Elle ne savait pas comment se positionner. Faire comme si de rien n'était, au risque que son père la prenne pour une fille un peu facile qui s'envoie un de ses employés ? Ou laisser supposer quelque chose qui n'existait pas entre Bennet et elle, quitte à générer des attentes qui n'aboutiraient jamais à rien ? Heureusement que Riley et Harper étaient également conviés.
Bennet venait de revenir ; elle l'avait observé depuis l'escalier qui menait à sa chambre.
- Vous êtes très élégant, comme toujours.
En fait non, pas comme toujours. Elle le trouvait plus beau que d'habitude. Elle soupçonnait qu'il ait fait un effort particulier pour son père, donc indirectement pour elle. La gentillesse qu'elle avait cherchée et trouvée chez Riley pouvait-elle exister chez Bennet ?
- Nous devrions nous mettre au travail, mais j'ai peur de ne pas en avoir très envie.
C'était comme ça quand son père venait. Elle se sentait lessivée par le stress, sans compter le coup de cravache qu'elle mettait dix jours avant sa venue pour que tout soit parfait ...
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 607
ζ Âge du personnage : 39

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: First time ever [PV Bennet] - TERMINE   Jeu 18 Juin - 22:00


Repris en main
Bennet et Mer
Il s’était levé pour accueillir ses affaires ainsi que son chauffeur mais pour lui la conversation ne se terminerait qu’une fois sortie de la pièce. Voilà pourquoi même en se levant il avait continué sur le sujet.
Quand Meredith lui répondit il se retourna pour la regarder. Non, elle ne lui demandait rien, oui, il le lui avait dit ou confirmé, comme vous voulez. Il se rendait compte qu’aujourd’hui, tout avait mal commencé pour lui. D’abord il avait flippé et maintenant il lui disait qu’il n’y avait qu’elle. Bon sang Bennet ! Il la regarda donc comme il le faisait avant de coucher avec elle. Pas méchamment pour autant. Bien que son regard soit accompagné d’un sourire, cela ne l’adoucissait pas pour autant. Allait-il devenir pathétique ? Au final, son regard qu’il aurait voulu dur n’était-il pas tout simplement perdu ?  Il détestait le fait de s’être endormi et de se montrer maintenant si faible. Elle s’en fichait, très bien mais le problème venait surtout du fait que son opinion lui importait ! Ce qu’il voulait, lui, c’était qu’elle soit à ses pieds. Ni plus ni moins. En étant resté chez elle, dans son univers bien qu’il soit à l’origine de cette merveille qu’était son appartement, il était à sa merci !
Bien entendu qu’il exagérait mais la surprise du réveil l’avait déstabilisé. Il partit donc se changer et se calma. Comme l’avait dit Meredith il n’y avait pas mort d’homme à son endormissement. Ils avaient beaucoup travaillé, il était crevé, c’était arrivé. Pour sa petite révélation, s’il se reprenait ce serait vite oublié.
Ce n’était pas pour autant qu’il allait dès le soir même se chercher une armée de pouffes pour s’envoyer en l’air. Meredith lui suffisait amplement. Il arrêterait juste de dire des choses gentilles. Ce n’était pas lui après tout.
Le temps de s’habiller il appela Julia pour la mettre au courant de son entretien téléphonique avec son client de la veille. Il lui passa un savon qu’elle prit plus comme une savonnette qu’autre chose (Elle ne tremblait que quand Bennet se mettait à jurer fort, très fort... !) mais cela permit à Bennet de se remettre en jambes.
Il revint assez rapidement, beau comme un dieu. Il avait choisi un costume trois pièces, comme à son habitude. Des souliers à boucles plutôt qu’à lacets. Il adorait ce costume. Maintenant parfaitement habillé, il se sentait bien moins vulnérable !
Quand Meredith le complimenta il lui sourit simplement.

_ « Je sais. » En gros, passons à autre chose.
Le travail. Il avait surtout envie de se tirer d’ici à vrai dire. Il commençait à bien trop connaître l’appartement de sa boss. C’était toujours ici qu’ils s’envoyaient en l’air puisque lui occupait une suite au Four Seasons et puis, s’ils avaient fait ça chez lui, comment aurait-il viré Meredith ? Elle ne voulait rien partager de plus que lui mais s’ils s’étaient endormis une fois, cela pourrait encore arriver. Enfin, tout cela pour dire qu’il aurait aimé partir.

_ « J’ai une affaire à régler avec mon client d’hier soir si vous n’avez pas besoin de moi j’aimerai m’en occuper assez rapidement. Je suis de toute façon prêt pour votre père, il n’y aura pas de souci. » Il s’était aussi resservit un café. Il laissait à nouveau à Meredith le soin de choisir pour lui mais uniquement parce qu’il savait qu’elle était stressée et qu’elle aurait peut-être quelque chose de précis à faire concernant l’hôtel.  Le business était plus important que le reste. S’il fallait qu’il reste bosser, il resterait bosser mais vu le ton de Meredith il semblait qu’elle n’en ait pas spécialement envie et lui, il n’avait pas le temps de se la couler douce là tout de suite. Il risquait gros avec son autre client et il était hors de question que quiconque puisse dire qu’il n’était pas satisfait de Bennet Monaghan !


electric bird.

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 839
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: First time ever [PV Bennet] - TERMINE   Ven 19 Juin - 23:41




Meredith & Bennet
Why ?

Oh ... son ton n'était plus aussi sympathique quand il était revenu de sa chambre, changé. Pas agressif mais ... moins doux. Plus Bennet telle qu'elle l'avait connu depuis leur rencontre. Juste après un compliment de sa part, c'était désarmant. Cela lui fit immédiatement penser au regard qu'elle avait surpris après lui avoir dit qu'elle n'attendait rien de lui. Sur le coup, elle n'avait pas bien su comment l'interpréter, mais combiné à ce changement de ton, elle comprenait que d'une manière ou d'une autre, quelque chose venait de se passer. Avait-elle mis les pieds dans le plat, en l'autorisant à faire ce qu'il voulait ? C'était à n'y rien comprendre. Il lui avait toujours semblait clair que tout ça, ce n'était que du sexe ; certes, ils avaient un peu brouillé les pistes avec leurs gestes tendres, mais ce n'était pas non plus la mort. Quant à cette nuit ... elle n'arrivait pas à lui donner une signification quelconque. Il était fatigué, c'était tout ce qu'elle persistait à y voir. Ca n'avait pas vocation à officialiser quoi que ce soit. Si elle n'avait pas été certaine que Bennet ne voulait pas être en couple, elle aurait été tentée de penser qu'il était vexé qu'elle ne veuille pas s'attacher. Là ... Il n'espérait quand même pas qu'elle tombe à ses pieds ? Ca ne fonctionnait pas comme ça. Et puis franchement, même en étant égocentrique, qu'est-ce qu'il y aurait gagné ?
Il n'empêche ... Elle se sentit désappointée de ce changement. Pas vraiment déçue, simplement ... oui, désappointée. C'était un peu trop soudain. Elle fit néanmoins comme si de rien n'était. N'était-elle pas la première à jouer la carte de la désinvolture avec lui ? Au contraire, elle prit le ton le plus libéré qui soit quand il lui exprima son besoin de traiter avec un autre client.
- Votre PC est ici, non ? Je peux demander à Harper de vous laisser le bureau si vous le souhaitez.
Comme s'il pouvait y avoir photo entre son assistante, et Bennet, pour qui profiterait du bureau pour travailler au calme. Harper se débrouillerait autrement. Elle était bien payée pour ce qu'elle faisait, qu'elle s'adapte.
Devant le refus de Bennet, néanmoins, elle s'inclina, cette fois un peu déçue qu'il ne reste pas. Pourquoi ? Qu'avait-elle espéré ? Peut-être simplement une matinée de repos, mais pas seule ? Bennet n'avait peut-être pas tort de reprendre une attitude plus neutre, peut-être aurait-elle eu raison de s'en inspirer. Ce qu'elle fit, quand elle reprit la parole.
- Michel était sensé prendre Père à 11h30 pour le conduire jusqu'ici, avant d'aller déjeuner. Vous partirez avec lui.
Bennet et son père, seuls dans la même voiture. Heureusement qu'il n'y aurait pas beaucoup de trajet ... Quant à elle, elle allait mettre à profit cette matinée à faire exactement ce qu'elle avait prévu, c'est-à-dire pas grand-chose. Elle aurait le temps de se remettre au travail le lendemain, la journée serait bien assez longue.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: First time ever [PV Bennet] - TERMINE   

Revenir en haut Aller en bas
 
First time ever [PV Bennet] - TERMINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blackcomb Scandals :: 
Et pour se distraire
 :: 
Les archives rpgiques
-
Sauter vers: