Vous êtes inscrits sur PRD ? Alors passez de temps en temps dans la FICHE DU FORUM pour y laisser un petit mot !
N'oubliez pas, toutes les 2h un clic sur les top sites en page d'accueil. C'est important pour faire grandir le forum !

Partagez | 
 

 Hamptons || PV Mer - TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 839
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: Hamptons || PV Mer - TERMINE   Dim 6 Sep - 0:40




Meredith & Bennet
Holidays

Voilà. Ils allaient s'expliquer. Entre autre sur l'avortement. Meredith n'était pas bien certaine de ce qu'elle attendait de la part de Bennet à ce sujet, d'ailleurs ; quand elle y réfléchissait, elle se disait que le sujet était clôt, tout simplement. Elle avait avorté, ça s'était bien passé, ils s'étaient retrouvés et "cerise sur le gâteau" son gynéco lui avait fourni une contraception qui ne nécessiterait plus qu'elle s'en préoccupe, et lui garantirait de ne jamais retomber enceinte. Pas involontairement, en tout cas. Alors, pourquoi vouloir en parler avec lui ? Elle ne le savait pas. Elle ressentait simplement une sorte de besoin de le faire, comme si quelque part en elle se cachait un vide qu'elle ne comblerait que comme ça.
Mais débuter les hostilités sur ce sujet n'était pas possible. Trop difficile. Ce n'était pas plus agréable de demander des explications à Bennet sur son mariage prétendument forcé, mais au moins, cela ne la concernait pas directement. Evidemment, il ne voyait pas les choses de la même manière ; elle comprenait sa surprise.
- Non. Mais je préfère commencer par là.
La suite, ce serait l'avortement. Dans la mesure où, en plus, elle ignorait comment aborder le sujet, débuter par Charlotte lui semblait plus simple. Elle escomptait que dans la discussion, elle finirait pas trouver de quoi rebondir.
Bennet s'était un peu fermé, comme il le faisait à chaque que le sujet de son mariage venait à être évoqué ; elle s'en voulait un peu, de le lancer là-dessus, mais elle ne pouvait pas passer à côté de l'information qu'elle avait malencontreusement glanée. C'était donc un mariage forcé, sans l'être. Un mariage comme il s'en pratiquait beaucoup dans leur monde, en fait. Une coutume à laquelle elle avait, à la surprise générale, échappé. Quiconque connaissait suffisamment les Carmichaël savait pourquoi, en revanche.
- Ce sont des histoires de femmes, Bennet. Je vous ai déjà dit que ma mère n'avait pas le moindre intérêt pour moi, pas même sur ce sujet.
Elle ne l'avait pas rabroué, en disant cela. Il n'y avait même pas d'amertume dans sa voix ; elle était contente d'avoir échappé au défilé de prétendants. Catherine ne s'intéressait jamais à Meredith, sauf si celle-ci la mettait dans l'embarras. C'est ainsi qu'elle avait soutenu la décision de son mari de couper les vivres à leur fille quand Meredith avait raté son premier semestre de fac ; c'était sans doute la seule décision d'éducation qu'elle ait jamais prise. A force, l'héritière en avait l'habitude, et avait appris à voir le bon côté des choses : sa mère ne l’ennuyait jamais.
Tout cela ne lui expliquait toujours pas, en revanche, comment Bennet, avec son caractère bien trempé et son indépendance financière, s'était retrouvé embarqué là-dedans. Et dans les explications classiques qu'il lui donnait, il n'y avait rien à apprendre.
- Si. Evidemment je suis étonnée. Vous n'avez pas le caractère d'une personne qu'on peut facilement pousser dans un sens qu'elle n'a pas choisi.
Mais peut-être n'avait-il pas toujours eu ce caractère ... Si, pourtant. Elle le tenait de Peter, et de tous les amis de la famille qu'ils avaient croisés la veille, et avec qui ils en avaient discuté. Bennet avait toujours eu un caractère bien trempé, mais là, il s'était laissé faire. Il s'était laissé enfermer dans une union dans laquelle il ne s'était jamais investi. Elle n'était pas curieuse au point d'être allée chercher comment Charlotte et lui s'étaient connus, ni comment ils en étaient arrivés à se marier, en revanche, elle savait qu'il l'avait trompée presque immédiatement. En avouant sa surprise, elle espérait en savoir un peu plus sans avoir à poser la question ; Bennet ne semblait pas prêt à répondre à une question de plus sur le sujet. Peut-être le moment de parler de l'avortement était-il quand même arrivé, en dépit de ses craintes ?
- Encore une oui ... Quand vous avez appris que j'avais avorté, vous n'avez rien dit. C'était à cause de Charles, ou de la grossesse ?
Elle espérait, en attaquant la situation sous cet angle, finir par apprendre ce qu'il avait ressenti en sachant qu'elle était tombée enceinte. Peut-être était-cela, qui la taraudait. Elle enchaîna, presque plus pour elle-même que pour lui.
- Votre grand-mère doit avoir une piètre opinion de moi, maintenant ...
Cette perspective la laissait rêveuse, mais le songe n'était guère agréable. Elle n'avait pas besoin de l'approbation d'un Monaghan pour sortir avec Bennet. L'approbation de son architecte lui suffisait. En revanche, elle ne voulait pas plonger du jour au lendemain dans un environ hostile à cause de ce qu'elle avait fait.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 607
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: Hamptons || PV Mer - TERMINE   Dim 6 Sep - 16:05


...
Bennet et Mer
Comme il s’en doutait, Meredith n’avait pas retenu uniquement cette histoire de mariage mais elle préférait commencé par cela. Très bien. Il préférait également étant donné que cette histoire d’avortement lui laissait toujours un goût amer dans la bouche. Il avait une espèce de blocage et par conséquent, aucune envie d’en parler. Il allait pourtant devoir le faire.

_ « Ma famille est géré par une femme. Ça vous aide à comprendre ? – Vous avez de la chance que l’on ne vous ai pas forcée à rencontrer une ribambelle de prétendants. » Et lui aussi parce qu’à l’heure qu’il est, elle ne serait peut-être pas avec lui.
C’est vrai qu’elle lui avait déjà dit que sa mère ne s’occupait pas d’elle. Il l’avait également constaté à N.Y. C’était étrange pour lui de voir une mère agir ainsi mais ce n’était pas surprenant. Beaucoup de parents de la haute société agissaient ainsi. Bien trop occupés à gérer leur fortune et les galas de charité que la vie de leur progéniture. Progéniture dont ils voyaient finalement l’intérêt quand ceux-ci étaient en âge de faire un bon mariage... Sa famille avait toujours été là pour lui, mais il n’avait pas été épargné par cette course effrénée à « l’union qui rapporte ».

Il lui sourit, très flatté, quand elle lui parla de son caractère. Non, elle avait raison, il n’était pas le genre que l’on pousse à faire quelque chose dont il n’avait pas envie. Personne ne le pouvait réellement, excepté Georgiana Monaghan, d’une certaine façon.
Il allait devoir lui expliquer le pourquoi du comment, de façon assez claire. C’était un peu comme parler de l’avortement, en pire en fait. C’était se révéler encore un peu plus et c’était à lui de le faire.
Il plaça ses mains sur les côtés de ses hanches, au niveau des fesses et la tapota doucement en réfléchissant à comment il formulerait les choses. Il prit une grande inspiration avant de se lancer.

_ « La famille est ce que j’ai de plus précieux. Si je peux, je fais ce qu’il faut pour ... Les contenter. J’étais plus jeune et au moment de ma rencontre avec Charlotte, je l’appréciais. Quand nos familles ont commencé à parler mariage je n’ai pas vu le problème. » En fait, il la trompait déjà avant qu’ils se marient, il s’imaginait donc que cela ne changerait pas grand-chose après. Il était naïf. Il n’avait pas réfléchi. Tout ce qu’il voyait était ces couples obligés de se marier et qui le vivaient finalement bien car chacun avait sa vie de son côté. Les choses n’avaient pas fonctionné ainsi entre eux. Fallait-il qu’il en dise plus ? C’était gênant.

_ « On ne m’y reprendra pas. » Allez, maintenant, on changeait de sujet. Il avait l’impression de se livrer tellement qu’il était presque à nu face à elle. Peut-être qu’elle ne voyait pas les choses sous cet angle mais pour lui c’était très compliqué.
En parlant, il ne l’avait jamais regardée. Maintenant qu’il avait terminé il finit par tourner la tête et la posa à peine une seconde dans son décolleté. Il la redressa ensuite et regarda Meredith. Elle n’obtiendrait pas plus de sa part et il était préférable qu’elle n’insiste pas.
Remarquez que la suite n’était pas plus réjouissante. L’avortement.
A nouveau son regard se fit fuyant. Il grimaça et soupira légèrement. Qu’avait-il ressenti quand elle avait avorté ?

_ « A cause de Charles. » Evidemment, car il était furieux d’avoir été abandonné alors qu’il n’avait qu’une envie, être avec elle.
Ce qu’il avait également ressenti, hors cette colère dû à l’abandon, avait été une certaine impuissance. Elle ne lui en avait pas parlé, sa faute à lui, dans les faits, oui, mais il s’était senti exclu. Quand il avait appris l’avortement il avait également appris la grossesse et dans sa tête, une fraction de seconde, il avait imaginé ce bébé. Blond, les yeux bleus. Beau. C’était idiot et cette vision avait été unique et d’une rapidité incroyable, pourtant, cela lui avait pincé le cœur. Il se détestait pour cela d’ailleurs. Quelle preuve de faiblesse !
Meredith avait été très seule, il ne le niait pas. Lui aussi c’était senti un peu seul.
La décision qu’avait prise Meredith avait été la meilleure. Elle avait fait exactement ce qu’il fallait et même s’il voulait se convaincre du contraire, il aurait voulu pouvoir donner son avis et faire partie de ça. A l’époque il aurait dit le contraire et agit comme un abruti, c’était certain, mais il aurait participé. Si les circonstances avaient été autres, s’ils ne s’étaient pas quittés en aussi mauvais termes à NY, il aurait également fait un scandale mais il l’aurait accompagnée. Pour elle il l’aurait fait. En était-il conscient ? Pas vraiment, il s’agissait toujours du même homme après tout. Un con prétentieux sans cœur... Qui y croyait encore vraiment ? Même lui se sentait ramollir.

_ « Ma grand-mère pense que je vous ai mis un couteau sous la gorge pour vous obliger à mettre fin à tout cela. Elle n'a rien contre vous. » Elle le connaissait, il en était capable.
Une chance que l’avortement de Charlotte n’ai jamais fuité ! De toute façon, c’était sa vie ! Merde !
Il se leva et prit Meredith plus fermement afin de la coller à lui.
Il aurait pu lui dire que, la prochaine fois, il serait là mais en même temps, il était tout à fait hors de question qu’il y ait une prochaine fois !

_ « Je suis là maintenant. » Allez, stop avec les révélations, les ouvertures de cœur et toutes ces conneries. Fini de le faire parler, être mignon et romantique et guimauve ! Il était là. Il lui avait déjà fait cette promesse à St Barth, à NY... A NY il ne l’avait pas tenue... Il ne fallait pas lui en tenir rigueur ! Maintenant il était là et plus qu’à NY, il voulait être là. Il n’y avait qu’à voir la façon dont il la regardait, dont il la touchait. C’était évident. D’ailleurs, Sasha entra tout à coup dans la pièce et les salua avec son accent russe dont elle était si fière.

_ « Bonjour les amoureux ! Je croyais que vous alliez faire du bateau aujourd’hui. » Elle était déjà si énergique !
« Les amoureux »... C’était exactement ce à quoi ils ressemblaient alors qu’elle était entrée dans la pièce oui. Il ne lâcha pas pour autant Meredith mais les fit se mettre en marche pour qu’ils puissent rejoindre la voiture.

_ « Nous y allons justement ! » Maintenant il pouvait sourire à Meredith. Il lui prit la main direction la voiture. C’était parti pour le port de plaisance !


electric bird.

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 839
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: Hamptons || PV Mer - TERMINE   Lun 7 Sep - 23:28




Meredith & Bennet
Holidays

La raison pour laquelle elle n'était pas mariée à 26 ans était donc celle pour laquelle Bennet, lui, avait contracté une union arrangée. Soit. Meredith restait pourtant toujours un peu sur sa faim. Cela ne correspondait pas au caractère de Bennet, et il ne pourrait se contenter d'invoquer l'influence de samère et sa grand-mère pour justifier son mariage. Il est certain, en revanche, qu'il avait toujours plus parlé d'elles que de son père, à tel point que les premiers temps, Meredith avait imaginé qu'il pouvait être décédé. Jusqu'à ce qu'elle finisse par se renseigner un minimum sur la famille de son architecte. Elle n'avait toutefois pas cherché à trop en savoir, pas vraiment curieuse de ce qu'elle n'apprendrait pas par lui.
Elle partagea un sourire complice avec lui quand il évoqua des prétendants. Elle se satisfaisait effectivement de ne pas avoir eu à subir ça. Se marier ne l'avait finalement jamais vraiment fait rêver, et maintenant qu'elle était avec Bennet, c'était encore moins le cas. Elle ne voulait rien d'autre que ce qu'ils avaient partagé ces derniers jours, depuis leur altercation à St Barth.
Puis, très rapidement, elle redevint sérieuse ; elle qui avait estimé que Bennet ne pourrait pas se contenter de mettre toute la faute de son mariage sur le dos de ses parentes, et effectivement. Il répondait à ses doutes quant à son caractère. Qu'il soit "famille" était à la fois surprenant de la part de quelqu'un comme lui, dont on avait du mal à lui imaginer des attaches au premier abord et, en même temps, c'était très cohérent avec ce qu'elle avait découvert de lui. Imaginer qu'il avait été jeune, en revanche ... elle oubliait souvent leur différence d'âge, qui ne se voyait pas vraiment. Aujourd'hui, vraisemblablement, il considérait le mariage comme une erreur ; elle n'avait pas d'avis sur la question. Certains fonctionnaient, d'autres pas. Elle espérait que si un jour elle se mariait, les choses se passeraient bien, c'est tout.
- Vous êtes un homme droit. Mais vous ne leur devez plus rien.
Il n'avait pas besoin qu'elle le lui dise, et pourtant, c'était sa manière de lui exprimer son soutien sans tomber dans le mélo. Ce n'était pas leur registre.
D'ailleurs, quand il avoua ne pas l'avoir recontactée à cause de Charles, elle fit de son mieux pour ne pas montrer son regret. Ce simple quiproquos avait été à l'origine de tout le mal qu'ils s'étaient fait ces dernières semaines ; si seulement il lui avait parlé, elle lui aurait expliqué qu'il n'avait rien à craindre de Chaz. Elle aurait pu compter sur lui. L'aurait-elle pu ? Il aurait été furieux tout de même. Elle ne répondit rien à son aveu mais, l'espace d'un instant, ses mains se crispèrent sur les cuisses de Bennet.
- Je présume que c'est mieux ainsi. Elle vous pardonnera.
Ou pas ... Elle ne connaissait pas assez Georgiana. Hier, la vieille femme lui avait paru étonnamment ouverte d'esprit, aujourd'hui, beaucoup moins. C'était finalement logique, compte tenu de son âge. Bennet n'avait pas de comptes à lui rendre, il s'était retrouvé marié une fois, et Meredith estimait qu'il avait fait sa part pour contenter sa famille, comme il le disait. S'il ne voulait pas avoir d'enfants, il n'en aurait pas. Il lui avait semblé moins opposé à l'idée qu'elle aurait cru, dans la discussion qu'il avait eue avec sa grand-mère, mais cela le regardait. Dans la mesure où ce n'était pas ce qu'elle attendait de lui, elle préférait s'en désintéresser et se concentrer sur le moment présent. Elle, et lui. Et l'espèce de soulagement qu'elle ressentait chaque fois qu'il lui disait qu'elle pourrait compter sur lui.
Si Sasha n'était pas arrivée brusquement, elle en aurait peut-être trop dit. Au lieu de ça, elle se contenta de pouffer légèrement, l'air de prendre ça à la plaisanterie. Ils ressemblaient peut-être à un couple, peut-être même en devenaient-ils effectivement un, mais l'amour ... c'était autre chose. Qu'importe. Quand Bennet lui attrapa la main pour l'emmener, elle fit signe à Sasha, et n'y pensa plus. Direction, donc, le port de plaisance. Elle était impatiente, mais peut-être un tout petit peu angoissée aussi.
- Qu'est-ce que vous entendiez exactement par "naviguer" ?
Mis à part les bateaux à moteur qu'ils louaient, parfois, avec Charles, à St Barth, elle ne prenait que rarement le bateau. Le yacht des Arpel, quand elle s'entendait encore bien avec Aly, mais on pouvait tout juste considérer ça comme un bateau. C'aurait été comme appeler un camion une voiture.
- Nous ne sommes pas très "bateaux" dans la famille.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 607
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: Hamptons || PV Mer - TERMINE   Mar 8 Sep - 13:09


...
Bennet et Mer
Comment ça il ne devait plus rien à sa famille ?!
D’abord, le fait qu’elle lui dise qu’il était un homme « droit ». Bah ça alors ! Venant d’elle à qui il avait fait tant de misères c’était un formidable compliment. Un conseil, ne pas trop flatter son égo déjà surdimensionné !
La famille donc. Il ne put s’empêcher de froncer les sourcils. Il ne comprenait pas. Il leur devait la vie. Et puis... Il leur devait tout. Bien sûr, aujourd’hui et maintenant depuis quelques temps déjà il s’assumait et n’avait besoin de personne pour trouver du boulot ou avoir un toit sur la tête, se nourrir... Pourtant, il leur devait pas exemple les vacances dans les Hamptons, le voilier qu’ils allaient prendre aujourd’hui, ses études qui faisaient qu’il avait réalisé son rêve de devenir architecte d’intérieur, il leur devait la maison à Boston... Sa beauté ! La confiance qu’il avait en lui. Son nom. Monaghan. Pas forcément très connu des petites gens mais dans le monde des bateaux et des affaires ainsi que de l’architecture, ils n’étaient pas n’importe qui. Ce n’était pas Carmichael, non, évidemment que non, mais quand même. Monaghan ! Quelle fierté pour lui de porter ce nom et de faire partie de ce « clan ».
Il ne répondit rien à Meredith, préférant ne pas lui en révéler plus sur son attachement au sien, sa faiblesse. Ne voulant pas non plus entrer dans une discussion à rallonge afin de lui expliquer un point de vue qu’elle ne comprendrait peut-être pas. Elle ne s’entendait pas aussi bien avec ses parents que Bennet le faisait. Elle appréciait surement son nom et ce qui allait avec, mais n’était-ce pas plus matériel que sentimental ?

C’était évident à le regarder qu’il n’était pas d’accord avec elle, mais qu’il prenait sur lui pour ne pas faire enfler la polémique.
La suite concernait Georgiana. Effectivement, elle pardonnerait à son petit-fils préféré de n’avoir pas voulu d’enfant avec une jeune personne avec laquelle il venait à peine de commencer une relation. Elle comprendrait. Elle en parlerait avec la mère de Bennet, son père... Ils lui feraient entendre raison. Georgiana n’en voulait jamais trop longtemps à Bennet.

_ « Pas de doute là-dessus. » Etait-ce nécessaire de dire à Meredith quel statut particulier Bennet occupait dans le cœur de sa grand-mère ? Elle s’en rendrait compte bien assez tôt. Bon, il savait qu’il y avait des limites à ne pas dépasser, c’était d’ailleurs pour cette raison qu’il ne voulait absolument pas qu’elle soit au courant de l’avortement de Charlotte. Si elle pouvait comprendre qu’ils n’aient pas gardé l’enfant avec Meredith, elle aurait plus de mal à le faire concernant Charlotte. Tous les deux étaient mariés « pour le meilleur et pour le pire ». Ils étaient dans le pire et selon elle il suffisait de travailler ensemble pour atteindre à nouveau le meilleur. Elle n’était pas vraiment pour le divorce estimant que les nouvelles générations divorçaient aussi rapidement qu’ils commandaient chez pizza hut. En soi, elle n’avait pas tort mais concernant Bennet et Charlotte, le meilleur ne serait jamais arrivé puisqu’en réalité, il n’avait même jamais été atteint.

Concernant l’envie ou non de Bennet d’avoir un jour un enfant... Non, il n’en voulait pas. Il ne voulait pas non plus se remarier. Avoir une relation exclusive. Il ne voulait s’attacher à personne. Ne voulait surtout pas tomber amoureux. Jamais ! Rien qui ne puisse changer donc. S’attacher, c’était fait avec Meredith. Avoir une relation également. Tomber amoureux... Nous n’en étions pas loin. Pour le reste, c’était encore trop futuriste.
Gêner par cette conversation il ne fut pas mécontent de voir Sasha arriver. Ce fut grâce à elle qu’ils purent filer. Meredith semblait presque inquiète. C’était sympa.

_ « Vous verrez. » Oh, ce que c’était plaisant de pouvoir la faire un peu marcher et surtout, lui faire une surprise. Cela plaisait beaucoup à Bennet.
Il venait de consulter son portable et la journée serait l’une des plus chaudes de la semaine. I ferait une chaleur à crever sur la terre ferme mais pas en mer. Génial ! L’eau serait bonne, cette année, la température n’avait jamais été sous les 20 degrés. Il ne fallait pas être frileux mais pour lui c’était très bien.
Il était tout sourire alors que Meredith continuait d’essayer de lui tirer les vers du nez.

_ « Nous avons à bord, de jolis petit gilets de sauvetage orange... Si cela peut vous rassurer. » C’était jouissif !
Il lui embrassa la main qu’il n’avait pas lâchée depuis leur sortie de la salle à manger et la regarda en souriant avec un air provocateur gentil.
Le trajet ne fut pas très long. Ils devaient aller à Montauk. A l’extrémité des Hamptons mais la marina était parfaite. Durant le trajet Bennet et Meredith papotèrent légèrement et il continua à la faire marcher. Le chauffeur avait relevé la vitre qui le séparait des passagers et Bennet pu à sa guise tripote Meredith comme il en avait envie. Rien de sexuel mais des caresses mignonnes. Le genre de choses qu’il ne se permettait absolument pas en public. Ils jouaient en s’amusant. Il voulait que la journée soit sous le signe de la légèreté. Après leur discussion, ils le méritaient bien.
La voiture stoppa et ils purent rejoindre le ponton où se trouvait le voilier de son père. Ce n’était pas le plus impressionnant dans le port, mais il avait taille humaine. Ils en avaient un peu grand, mais Bennet ne l’aimait pas et puis, il aurait eu besoin d’un équipage complet... C’était contraignant. Là, le voilier faisait un peu plus de 17m et tout ce dont il avait besoin, c’était d’un skipper. Skipper qui les accueillit à leur arrivée.
Bennet savait naviguer mais il avait eu envie de pouvoir s’occuper de Meredith comme il en avait envie. Ils seraient donc tous les trois et cela permettrait au couple de se détendre tranquillement sans avoir à s’inquiéter de rien, pas même du repas puisque le skipper était polyvalent (ce n’était pas non plus compliqué de sortir un piquenique et ouvrir une bouteille de vin ou deux. Bennet s’épargnait le plus possible ce genre de tâches !)

_ « Meredith je vous présente Jason, il sera notre skipper aujourd’hui. » Jason la salua comme il le fallait. Il ne fallait pas non plus que ce soit trop formel. Pas de formel aujourd’hui, juste eux deux en vacances en « amoureux ». C’était ce dont il avait envie, de la simplicité et un peu de tendresse.
20 minutes à peine après leur embarquement, ils étaient partis. La visite du bateau avait été faite. Ils avaient laissé leurs affaires dans la cabine qu’ils utiliseraient... Ou non.
Les deux hommes étaient désormais à la barre. Il y en avait deux. Bennet tendit la main à Meredith qui était assise derrière pour qu’elle le rejoigne. Il la plaça devant lui pour qu’elle puisse, elle aussi, tenir la barre, et le cap, si possible ! Il l’embrassa dans le cou et posa ses mains sur ses hanches.

_ « Cela vous plait ? » Ils n’allaient pas encore très vite et le bateau ne montrerait d’ailleurs peut-être pas toutes ses qualités mais le vent, la mer... Tout cela était grisant.


electric bird.


Spoiler:
 

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 839
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: Hamptons || PV Mer - TERMINE   Mer 9 Sep - 13:49




Meredith & Bennet
Holidays

Vous verrez ? C'était tout ce qu'il comptait lui dire ? Mais elle voulait en savoir plus ! D'une part, parce qu'elle était impatiente ; Bennet savait la surprendre, Bennet était un épicurien qui, à ses yeux à elle, profitait formidablement de la vie et de ce que l'argent leur permettait de faire. Bref, elle passait du bon temps avec Bennet, et pas uniquement au lit ou en soirées. Elle voulait donc connaître ce qu'il avait préparer. Naviguer, à fortiori pour elle qui ne le faisait pour ainsi dire pas, était très vague, sans jeu de mots. Il est vrai également que compte tenu de sa faible expérience en bateau, elle appréhendait un peu. Elle avait confiance en lui, d'ailleurs, mais elle ne savait pas ce qui l'attendait. Le pire, c'est qu'il semblait s'en amuser. Et donc, qu'elle pouvait toujours rêver pour apprendre quoi que ce soit de la bouche de son architecte.
- Vous devriez avoir honte de vous moquer ainsi.
En plus, elle n'aurait pas besoin de mettre une de ces mochetés de gilet, non ? Si ? C'était frustrant, de ne pas savoir, et même si au final tous les deux se cherchaient, plutôt, comme ça, elle passa tout le trajet à essayer d'avoir des infos, prête même à monnayer ses baisers. Bennet restait intraitable, l'embrassait quand même ... Elle ne vit pas passer le trajet jusqu'au port.
Quand elle descendit de la voiture, elle regarda partout autour d'elle. Ils étaient arrivés dans une marina, et des bateaux à moteur disputaient la place à des voiliers. Pas de yacht aux alentours, en revanche. Ils n'avaient pas cessé de discuter tout le long du trajet, elle principalement, pour tenter de lui soutirer des informations, mais quand il l'entraîna sur un ponton, elle ne dit plus rien. De toute manière, elle saurait bientôt. Voilà. Elle savait. Ils étaient devant un grand voilier. Pas le plus grand de la marina, mais elle, le trouvait déjà beaucoup plus gros que les bateaux qu'elle prenait parfois avec Charles à St Barth. Et c'était un voilier. Elle n'en avait jamais fait.
Un peu intimidée quand même, elle suivit Bennet à bord, lui serrant la main. L'impatience le disputait à l'appréhension, en elle. L'impatience dominait, d'ailleurs. Maintenant qu'elle savait qu'ils iraient naviguer sur un voilier, elle avait hâte qu'ils partent.
Un homme les attendait sur le pont, que Bennet lui présenta comme le skipper. Elle le salua en souriant ; quelque part, cela lui convenait bien qu'un professionnel soit présent. Peut-être que Bennet ne savait pas naviguer lui-même, d'ailleurs ?
Ah, si ... son architecte venait de lui faire visiter rapidement le bateau, tandis que le skipper les sortait du port, et maintenant, remonté à l'extérieur, Bennet venait de prendre la barre. Elle l'observa un moment, rêveuse : elle le trouvait particulièrement beau, en cet instant. Diriger un bateau, comme il le faisait là, lui allait bien. Quand il lui tendit la main, elle le rejoignit sans se faire prier, et, selon ses indications, elle posa ses mains sur la barre. Voilà, c'était elle qui dirigeait. Avec le skipper installé à l'autre barre, certes, mais tout de même. Le vent qui soufflait lui donnait l'impression qu'ils allaient vite. Et qu'ils étaient libres. Elle trouvait la sensation enivrante.
- Oui. Terriblement.
Bon, elle avait du mal à vraiment maintenir la barre ; cela demandait plus d'énergie qu'elle l'aurait imaginé. Mais c'était génial, vraiment. Elle espérait qu'ils laisseraient derrière eux les autres bateaux, la côte. La civilisation. Et qu'ils allaient s'aventurer au loin, vers l'horizon. Pourquoi n'avait-elle jamais fait ça avant ? Plus que tout, la sensation du vent la caressant, faisant voler ses cheveux, la ravissait, et lui donnait envie de rire, pour rien. Jusque parce qu'elle était parfaitement bien.
- Vous serez mon matelot, aujourd'hui. Appelez-moi capitaine !
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 607
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: Hamptons || PV Mer - TERMINE   Jeu 10 Sep - 13:50


...
Bennet et Mer
Se moquer d’elle de façon si légère était particulièrement agréable. Bien plus agréable que toutes les fois où il l’avait fait méchamment. « Espèce d’idiote ». « Gamine ». Tout cela était bien loin. Maintenant c’était : « Vous êtes parfaite ». « Magnifique ». Les compliments ne pleuvaient pas, mais quand ils apparaissaient, c’était toujours les meilleurs.
Il était également heureux de pouvoir lui faire découvrir une nouvelle activité, à savoir, la voile. Il en faisait depuis sa plus tendre enfance. Il n’avait pas 1 an qu’il était déjà en mer avec son père. C’était ainsi chez eux. On nageait et on faisait de la voile. La mer... C’était leur élément, ce n’est pas pour rien qu’ils avaient tout misé dans le milieu des bateaux. Si on revenait à seulement quelques générations antérieures, les Monaghan n’étaient que des pêcheurs. Patrons de pêche mais pêcheurs tout de même.
Contrairement à ses ancêtres, Bennet ne pêchait pas. La voile était un réel sport pour lui. Une activité qui lui permettait de se détendre, comme aujourd’hui, mais aussi de se vider la tête. De s’évader. Il ne le faisait pas assez souvent à son goût et maintenant qu’il était à Whistler, c’était encore pire.
Pouvoir faire découvrir à Meredith l’une de ses passions lui donnait plus de satisfaction qu’il aurait pu l’imaginer avant de monter à bord. Voir le grand sourire qui ne la quittait plus lui faisait chaud au cœur. Il se sentait fier. C’était assez étrange d’ailleurs comme sensation. Pourquoi était-il si heureux de la voir ainsi ? Surement parce que quand elle souriait elle était encore plus belle. Quelque chose comme ça. Ce devait être une histoire d’avoir envie d’elle non ? Quoi d’autre ? Certainement pas de l’amour !

Lui aussi souriait. Depuis leur arrivée à la marina et même encore en voiture, il n’avait cessé de lui sourire. C’était parfois difficile quand il l’embrassait mais au moins quand il souriait, il n’avait pas, tout de suite, envie d’elle. Réussir à l’embrasser sans avoir immédiatement envie de plus était également nouveau. Il n’avait pas perdu son attirance pour elle, absolument pas, mais il acceptait chaque câlin et chaque baiser sans forcément en demander plus. A nouveau, pourquoi ? Surement parce qu’elle embrassait bien. Quoi d’autre ? Certainement pas de l’amour !

Elle venait de le rejoindre à la barre et de lui avouer son contentement. Il l’embrassait dans le cou. Tous les deux passaient un excellent moment. Pour preuve, il venait de rire. L’avait-elle déjà réellement entendu rire, pour de vrai, pas dans le cadre du boulot et de la séduction de clients ? Il s’était surpris à rire.

_ « Ohhhh, très bien Capitaine Carmichael ! Menez nous où bon vous semblera ! » Pas réellement évidemment ! D’ailleurs, il faisait cap sur une petite île non habitée qui se trouvait au large. Ils y feraient une petite pause. Ils pourraient s’y amuser et si les fonds le permettaient, peut-être même qu’ils pourraient y aller à la nage. Pas dit mais l’annexe était là.
Au bout d’une demi-heure peut-être Bennet en eut assez d’être debout et laissa Meredith à la barre (toujours avec le skipper de son côté). Ils avaient hissé la voile etc... Ainsi Meredith avait pu constater de la forme physique de son cher architecte. Maintenant, donc, il était assis juste à côté d’elle, contemplant les deux mers. La brune et la bleue. Pris d’ennui et de solitude après seulement quelques courtes minutes, il lui attrapa d’abord de bas du short pour capter son attention, puis sa main, pour la faire venir à lui et s’installer à ses côtés. Il les fit se reculer au fond de la banquette et la fit s’asseoir entre ses jambes (dos à lui donc) et la serra ainsi dans ses bras.

_ « Je suis content que cela vous plaise capitaine. » Encore, et toujours, il l’embrassa dans le cou. Là tout de suite, il aurait aimé plus mais, c’était elle le capitaine après tout. L’avoir dans ses bras était déjà très bien.

_ « Vous voyez la petite étendue de sable là-bas, avec les rochers ? » Il lui désigna au loin ce dont il parlait. A marée basse, c’était presque le cas, l’île était complètement découverte et c’était l’occasion d’y pique-niquer, c’était ce qu’ils feraient d’ailleurs, plutôt que de rester à bord.

_ « C’est une petite île qui se découvre à marée basse. Nous allons y déjeuner. Jason s’occupera de tout installer et nous irons soit avec lui à bord du zodiac soit à la nage. Comme vous voulez. » Bisous, caresses... Meredith Carmichael était-elle devenue le doudou de Bennet Monaghan ? Hum... Quelque chose comme cela oui.
D’ailleurs, était-elle efficace à la nage ? Lui oui, cela avait déjà été vu à St Barth, mais elle ? Sportive ? Bon, sincèrement et sans vouloir être mauvaise langue, il en doutait ! Le plus important pour lui étant qu’elle pratique suffisamment bien le sport en chambre. C’était le cas !


electric bird.

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 839
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: Hamptons || PV Mer - TERMINE   Sam 19 Sep - 0:21




Meredith & Bennet
Holidays

"Capitaine Carmichaël". Cela sonnait bien, non ? Il lui manquait la casquette de marin, pour avoir l'air totalement dans le ton, mais finalement, son pull rayé, bien que ne faisant pas partie des pièces favorites de sa garde-robe, convenait parfaitement à l'occasion. Seul inconvénient, la maille était ultra-fine, et si le soleil venait à tomber, ou le vent à forcir, elle mourrait probablement de froid. Ou Bennet la réchaufferait ... c'était quelque chose qu'il savait faire comme personne. Pour l'instant, elle constata qu'il faisait surtout quelque chose de très inhabituel, pour lui : il venait de rire. Elle s'abstint surtout de faire la moindre remarque à ce sujet, comme au sujet de l'énorme élan de tendresse qu'elle avait ressenti envers lui à ce moment là, parce qu'il restait Bennet, et qu'elle marcherait sans doute toujours un peu sur des oeufs avec lui, il n'empêche. Par cette réaction normalement tellement banale, il venait d'ajouter encore à son bonheur.
- Où je veux ? Au bout du monde, alors !
Possible ? Avec un bateau de cette taille, elle en doutait. Ce n'était pas le niveau de confort qu'elle attendrait pour un long voyage. Et l'avion serait toujours plus rapide. Mais il y avait quelque chose de presque poétique à s'imaginer partir loin, seule avec Bennet. Quelque chose d'excitant aussi, un parfum d'aventure ; c'était pour ça, aussi, qu'elle appréciait particulièrement ce moment. La majeure partie du temps, être Meredith Carmichaël lui convenait ; mais, de temps en temps, se trouver quelque part où il n'y avait pas de conventions faisait du bien. Ici, en l'occurrence, elle relâchait la pression de la veille, de sa venue dans la famille de Bennet. Et qu'importe qu'ils ne soient pas tout à fait seul ; le skipper se faisait relativement bien oublier.
Pendant un bon moment, elle resta là, à la barre, dirigeant même seule le voilier - autrement dit, maintenant le cap - quand Bennet et le skipper s'étaient occupés des voiles. Ils avaient gagné de la vitesse, après ça, et tenir la barre était devenu difficile : elle commençait à avoir mal aux bras. Bennet n'était plus près d'elle - pas très loin, certes, mais ce n'était pas pareil - aussi, quand il l'attira à lui, délaissa-t-elle volontiers la barre pour se réfugier entre ses bras. Avec la vitesse, de plus, elle avait presque un peu froid.
- Merci de me faire découvrir ça.
A 26 ans, de par sa position, son nom, elle avait déjà eu beaucoup plus d'expériences hors du commun que la majorité des gens, visité beaucoup plus de pays. Elle avait vu des lieux uniques, que beaucoup ne verraient jamais, avait accédé aux coulisses de tout ce qui fait rêver, des événements sportifs - vraiment pas sa passion, pour le coup - aux défilés de mode en passant même par les collections de certains musées qui n'étaient pas montrées au grand public. Rien de tout cela n'avait le sel des moments qu'elle partageait avec Bennet ; c'était dû à sa présence, elle en avait conscience. Mais elle s'en étonnait toujours, et ne voulait pas s'avouer pourquoi tout était différent avec lui. C'était trop tôt. Elle avait aussi encore en tête certaines réactions, des craintes ... Elle se colla encore un peu plus contre lui, comme pour mieux s'ancrer dans le moment, et se dire que les choses iraient bien, et acquiesça de la tête quand il lui montra une bande de terre, au loin.
- A la nage ?
Elle avait l'habitude de nager en piscine, dans des bassins à contre-courant ; à St Barth, la maison était équipée d'un couloir de natation en plus de la piscine, dans lequel elle avait passé pas mal de temps avant l'arrivée de Rachel et Charles, mais en pleine mer ... C'était autre chose. Il y avait les vagues, et l'eau était sans doute froide. L'eau n'était jamais froide, à St Barth.
- Je ne serais pas digne d'être capitaine, si je ne relevais pas le défi.
Oui, bon, elle s'était peut-être engagée un peu vite, et elle espérait que le bateau s'arrêterait suffisamment proche de l'île. Elle aurait l'air maligne, si elle se trouvait en difficulté au milieu de rien ...
Elle tourna la tête vers lui, et l'embrassa à son tour dans le cou, respirant au passage son odeur. Le parfum de Bennet était léger, presque imperceptible à quiconque ne s'approchait pas suffisamment de lui, un peu comme s'il n'était destiné qu'à elle. Elle aimait beaucoup cette idée.
- Serrez moi plus fort. J'ai froid.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 607
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: Hamptons || PV Mer - TERMINE   Lun 21 Sep - 10:46


...
Bennet et Mer
Au bout du monde, bah tiens... Il aurait été un peu romantique et surtout, près à l’être, il aurait trouvé cela merveilleux, peut-être même qu’il se serait dit qu’il y avait plus entre eux qu’ils voulaient bien l’admettre. Plutôt que de réfléchir à cela, il se contenta de sourire, encore et toujours, et de l’embrasser.
Elle avait de la chance qu’il ne soit pas non plus du genre aventurier, à tout envoyer valser pour « partir au bout du monde » avec sa belle. Imaginez les gros titres : L’héritière Carmichael plaque tout et part faire un tour du monde avec son architecte ! Ce serait du beau !
Il appréciait cependant ce côté léger qu’ils avaient décidé d’adopter aujourd’hui. Comme si plus rien n’avait vraiment d’importance. Pas de boulot, de famille, d’obligation, de question. Il se refusait à se poser des questions sur leur relation, le tour qu’elle prendrait, ce qu’il ressentait, ou non. Il profitait juste, comme il était capable de le faire parfois.

_ « Cap sur le bout du monde Capitaine. » Cap sur son cou qu’il recouvrit de baisers.
Quand elle le remercia, il ne répondit rien et se contenta de garder son sourire aux lèvres. Il ne connaissait effectivement que peu de jeunes femmes qui naviguaient. Yacht, ou voiliers monumentaux étaient monnaie courante chez eux mais les voiliers comme celui sur lequel ils se trouvaient, un peu moins. Trop « petit ». Pas assez confortable, spacieux. Il ne fallait pas non plus oublier qu’il leur fallait tout faire à la force des bras... Compliqué donc ! Pour lui, c’était un réel plaisir. D’ailleurs il préférait ce genre de sortie à celles en paquebots !
Meredith devrait s’habituer à tout cela car s’ils continuaient à se fréquenter, elle verrait vite qu’il s’agissait d’une réelle passion pour son architecte.

_ « A la nage oui, mais ce n’est pas une obligation. Si vous ne vous sentez pas de le faire, ne le faites pas. » Il n’avait pas envie qu’elle ait une crampe ou trop froid ou allez savoir quoi d’autre et qu’elle se blesse ou qu’ils doivent la sauver en urgence... Lui le savait, il pouvait nager dans toutes sortes d’eau ! Georgiana avait veillé à ce que tous ses petits-enfants sachent nager tels des poissons. Il détestait d’ailleurs ses cours de natation quotidien dans les Hamptons quand il était ado. Il fallait se lever tôt et le port de la combinaison leur était interdit ! Ils se pelaient les miches ! Néanmoins, cela avait été plutôt bénéfique puisque tous étaient capables de nager sur de grandes distances et ce, par tous les temps. Presque tous les temps, évidemment. Avec des grosses vagues, cela devenait tout de suite plus difficile !

Le vent s’était un peu levé et il faisait effectivement plus frais, il serra donc Meredith dans ses bras et la garda ainsi près de lui le temps qu’ils atteignent la petite île. Là, il se rendit compte qu’il y avait des méduses... Tant pis pour la nage, d’ailleurs, il préférait. Etrangement, il avait peur pour Meredith. Il lui avait proposé cette activité et trouvait maintenant qu’il lui en demandait peut-être trop.
Ils partirent en zodiac puis Jason les laissa tranquilles. Le pique-nique et surtout la bouteille de vin furent engloutis avant qu’ils aillent faire le tour de l’îlot.
Loin du regard peut-être indiscret de leur skipper, Bennet en profita pour l’embrasser autre part que dans le cou. Le temps passa lentement et il en profita même pour faire une micro sieste. La tête posée sur Meredith qui lui caressait les cheveux, il n’eut d’autre chose à faire que de fermer les yeux.

Ils rentrèrent au port à la nuit tombée. Jason fut renvoyé et Bennet décida que passer la nuit à bord pourrait être agréable. Ce le fut, effectivement, tout comme le séjour de Meredith aux Hamptons. Tout se passa à la perfection et Bennet s’amusa même. Ils firent du sport à deux, à quatre, des matches de tennis avec Peter et Sasha. Un peu de golf, se prélassèrent au bord de la piscine... Meredith l’aida même à choisir les fleurs pour la maison. A force de le voir le faire chaque matin, elle avait pris le pli.

Bientôt ce fut l’heure du départ, chacun de leur côté. Il ne le montra pas mais la séparation lui fit mal. D’ailleurs, il avait été ronchon toute la matinée précédent le départ de sa belle. Ses baisers s’étaient faits différents. Plus « forts » un peu comme s’il prenait tout ce qu’il pouvait avant qu’elle ne s’en aille. Heureusement, ils se retrouveraient vite.
Ces vacances furent les meilleurs qu’il passa depuis des années.


electric bird.


_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hamptons || PV Mer - TERMINE   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hamptons || PV Mer - TERMINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» [THEME] Baiser volé [TERMINE]
» Les histoires d'amour finissent mal, en géneral...[FB 1753] [TERMINE]
» {TERMINE} Olaf le bonhomme de neige qui aime l'été
» Un vent d'aventure (termine)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blackcomb Scandals :: 
Et pour se distraire
 :: 
Les archives rpgiques
-
Sauter vers: