Vous êtes inscrits sur PRD ? Alors passez de temps en temps dans la FICHE DU FORUM pour y laisser un petit mot !
N'oubliez pas, toutes les 2h un clic sur les top sites en page d'accueil. C'est important pour faire grandir le forum !

Partagez | 
 

 Back - part II [PV Bennet] - TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 836
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Back - part II [PV Bennet] - TERMINE   Sam 7 Nov - 9:23




Meredith & Bennet
Now or never

Robe en cuir courte et moulante. Escarpins noirs à talons particulièrement vertigineux. Les bijoux offerts par Bennet.
Sa coloriste avait fait des merveilles avec son nouveau roux, ultra-brillant et chaud. son esthéticienne était venue s'occuper de ses ongles - le Rouge noir de Chanel, un classique - et lui avait posé des faux-cils discrets mais qui apportaient à son regard juste ce qu'il fallait d'intensité supplémentaire.
Elle ne faisait pas dans la dentelle mais, pour la première fois depuis des semaines, debout devant les grandes glaces de sa chambre, elle avait l'impression de se retrouver un peu. Il faudrait simplement que la confiance suive.
Bennet lui avait dit qu'il serait là à 19h, soit incessamment sous peu. Elle se remit un nuage de parfum, rapidement, et descendit dans le grand salon-séjour de son appartement. La table était posée pour un dîner aux chandelles - pas par elle, évidemment, mais par la gouvernante - et elle rejoignit la cuisine. Elle avait à peu près son plan en tête, au moins concernant le début de la soirée. Elle attrapa deux verres bas, et la bouteille de Single Malt - un Highland Park 20 ans d'âge, une rareté - achetée pour Bennet, et les posa sur l'îlot central, à portée de main. Maintenant, elle n'avait plus qu'à attendre, alors que les derniers événements lui revenaient en tête.

Après l'enlèvement, elle n'avait plus été la jeune héritière sûre d'elle à qui tout réussit, et son couple avait subi le changement de plein fouet. Elle se refusait à en faire le reproche à Bennet, en dépit du manque de patience qu'il avait affiché. Parallèlement à son agacement, il l'avait aussi soutenue jusqu'à ce déplacement à Vancouver, lundi. Pour une raison qu'elle ne s'expliquait pas, ce voyage leur avait fait plus de mal que tout le reste. Elle n'avait plus vraiment connu la sérénité depuis, craignant de perdre Bennet. Elle avait conscience qu'il lui fallait réagir, mais c'était difficile. Elle ne savait pas comment faire alors même qu'elle n'avait envie de rien. C'était comme s'il lui fallait se battre contre elle-même, et elle n'avait personne à qui en parler.
Le psy conseillé par la police ... elle ne l'aimait pas, c'était comme ça. Son cercle rapproché ne convenait pas. Outre le fait qu'elle se voyait mal se plaindre à Rachel, elle savait que celle-ci désapprouverait l'attitude de Bennet, faute de l'apprécier de façon générale. Charles se montrait trop prévenant pour vraiment l'aider à remonter la pente ; sans le vouloir, il la maintenait dans son apathie. AJ n'était pas assez proche. Elinor non plus, évidemment. Quant à Aly ... Autrefois, c'était à elle que Meredith aurait tout raconté, mais aujourd'hui, l'idée même de la contacter était grotesque.
Elle avait passé deux jours à ruminer la situation - ce qui, bien évidemment, n'avait pas arrangé les choses - avant de finalement se tourner vers quelqu'un à qui elle n'aurait jamais pensé si elle n'avait pas senti Bennet au bord de craquer : Julia.
Pour Meredith, parler à Julia revenait presque à parler à Bennet et, au nom de ça, elle avait fait jurer silence à l'assistante de son compagnon. L'absence de changement notable dans l'attitude de son architecte lui laissait espérer que Julia avait tenu sa promesse. Il avait fallu du temps, dans leur conversation téléphonique, pour que Meredith s'ouvre réellement et n'avoue leurs problèmes - ses problèmes - à l'assistante. Tout ce qu'elle ressentait. Le vide en elle. L'abattement qu'elle ne parvenait à surmonter. Et même la honte à chaque fois que Bennet la déshabillait, et qu'elle repensait à l'état dans laquelle il l'avait vue, l'avait trouvée, quand elle avait été ramenée chez elle.
Après cette discussion presque un peu trop franche pour que l'héritière ait envie de la réitérer un jour, elle avait mis son plan en branle. Sincèrement ? Avoir appelé Julia l'avait un peu aidée. Le reste viendrait en se forçant, il le fallait.

A 19h très précises, Bennet sortit de l'ascenseur. Meredith, assise sur un tabouret haut de cuisine, croisa les jambes, s'arrangeant pour faire remonter sa robe déjà passablement courte sur ses jambes. Tout de suite, elle repéra la surprise dans les yeux Bennet, alors qu'il venait de la repérer. Elle le regarda sans vraiment lui sourire, mais sans faire la moue non plus, alors qu'il la rejoignait. Quand il fut arrivé à elle, elle le laissa l'observer quelques secondes, avant de descendre gracieusement de son perchoir pour l'embrasser. L'effet des décontractants qu'elle avait pris plus tôt dans l'après-midi se faisait sentir, et elle planait un tout petit peu. Juste ce qu'il fallait. Elle était moins crispée qu'elle l'aurait été sans les cachets et, même, elle ressentit un certain frémissement quand elle prit les devants pour embrasser Bennet.
Sans lui laisser le temps de rien ni rien faire, elle glissa ses mains sous la veste de costume de son architecte, tout en approfondissant son baiser. La veste tomba au sol. Elle s'attaqua ensuite à son gilet, qu'elle déboutonnait alors qu'elle avait délaissé ses lèvres pour son cou. Sa cravate. Elle poursuivit avec sa chemise, semant des baisers sur le haut de son torse à chaque fois qu'elle défaisait un bouton.
Quand elle sentit les mains de Bennet dans son dos, prêtes à baisser la fermeture de sa robe, elle s'interrompit, recula, et attrapa les bras de son amant pour les replacer le long de son corps. Elle leur servit à chacun un verre de whisky, mais ne toucha pas au sien. L'autre, elle le donna à Bennet, avant de murmurer à son oreille.
- Pas maintenant. Laissez vous faire, M.Monaghan.
Le vouvoiement, son nom de famille ... elle savait qu'il apprécierait. A la suite de quoi, elle reprit ce qu'elle était en train de faire auparavant, explorant encore le cou et les lèvres de Bennet alors qu'elle que ses doigts s'activaient à le débarrasser de son pantalon et de son boxer. Là, ses baisers descendirent sur son ventre, puis plus bas. S'agenouiller pour lui était un cadeau qu'elle lui faisait, une manière de lui rendre la patience dont il avait fait preuve dans les faits, en dépit de son agacement en paroles. Elle voulait reconquérir la part de lui qu'elle avait perdue après l'enlèvement.
BY .TITANIUMWAY



Spoiler:
 

_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 607
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: Back - part II [PV Bennet] - TERMINE   Lun 9 Nov - 8:55


...
Bennet et Mer
Le retour de Vancouver n’avait pas &t& particulièrement formidable pour le couple. Trop perturbé par le fait que Meredith ait pu lui dire qu’elle n’avait plus envie de lui et qu’en plus de cela, un homme avait tenté d’abuser d’elle, Bennet n’avait plus insisté. L’architecte se disait que les choses devaient venir d’elle. En réalité, il n’avait surtout pas envie d’être celui qui la forcerait. L’idée le dégoutait.
Si Linoy n’avait pas mis de mots crus et même parfois médicaux sur ce qu’un tel abus pouvait faire sur le corps et le mental d’une femme, il aurait peut-être continué à gratter, mais plus maintenant. En fait, il avait même « peur » de toucher sa compagne et finalement de l’indisposer. Par conséquent, tous les deux se trouvaient dans une espèce de cercle vicieux où on n’ose plus grand-chose pour aller vers l’autre. L’architecte tentait cependant de rester doux et tendre... Les rares moments où ils étaient ensemble.
Depuis Vancouver Bennet était resté aux côtés de sa belle mais il s’arrangeait pour rentrer plus tard de le soir en allant au sport par exemple. Ensuite, il mangeait un petit quelque chose devant la télé dans le salon et s’endormait dans le canapé. Jogging, travail, sport, voilà en gros son planning depuis leur retour. Il mangeait à peine et de posait énormément de questions sans trouver les réponses. Cette situation ne pesait à point que Meredith ne soupçonnait surement pas. D’un côté il y avait cet amour fort et vrai qu’il ressentait pour elle et de l’autre cette frustration incroyable. Il avait beau en parler avec Julia et Linoy, il n’était jamais persuadé qu’il prenait la bonne décision et agissait comme il le devait. L’éviter lui semblait plus ou moins une bonne idée.
Au travail, ce n’était plus pareil non plus. Lui qui avait laissé Felicity lui faire ouvertement du rentre dedans depuis son arrivée ne le supportait plus. Il s’était refermé comme une huitre et seule Meredith arrivait encore à lui décrocher des sourires. Dire que cela était plutôt bon signe serait mentir. Le fait qu’il repousse Felicity ne signifiait pas qu’il ne tromperait jamais Meredith, mais plutôt que s’il devait le faire il en prendrait une qui ne soit pas sous son nez. C’était ainsi qu’il avait procédé avec Charlotte, au début car ensuite il n’en avait plus rien eu à faire qu’elle sache ce qu’il fabriquait ou non.
Son envie de tromper sa compagne était néanmoins à un niveau très bas, 0.5 sur l’échelle Monaghan, pourtant, il n’agissait pas comme celui qu’il était vraiment à l’intérieur. Son cœur battait pour elle mais sa tête l’embrouillait complètement.

Ce soir néanmoins, ni sport, ni footing, ni travail. Meredith avait laissé entendre qu’il fallait qu’il soit là à 19h. Il avait bien tenté de trouver un excuse mais la fatigue et la lassitude l’en avait empêché. C’est donc d’un pas trainant qu’il avait rejoint le penthouse de Meredith, ne sachant pas à quoi s’attendre et pire que tout, n’attendant rien.
En sortant le de l’ascenseur, il posa sa serviette à l’entrée et commença à desserrer sa cravate en ouvrant le premier bouton. Il s’arrêta net en voyant Meredith. « Whahooooooo ». Il resta muait et le visage fermé en la rejoignant près du bar. Forcément, il la détailla des pieds à la tête. Cette robe... Courte et si sage par le haut. Une petite merveille. En cuir... Il ne lui manquait qu’une cravache. Maintenant, il avait presque envie de sourire. C’était elle sa « femme ». Elle était là. De retour ! La femme qu’il aimait était à nouveau devant lui et elle le touchait et l’embrassait comme avant. Lui aussi voulait la toucher. Pas le droit !
Le ton sur lequel elle lui avait parlé et le choix de ses mots finirent de l’embraser complètement. Il but cul sec le verre de whisky qu’elle lui tendit. Cela l’aiderait à arrêter de réfléchir, puis il se laissa faire. Rapidement il se retrouva à poil devant elle, tirée à quatre épingle, mais pas touche, c’était ce qu’elle voulait. Il n’avait pas l’habitude qu’on le commande mais il fallait avouer que ce n’était pas désagréable. La suite... Elle ne lui avait fait qu’une seule fois depuis qu’ils se fréquentaient et il savait qu’une jeune personne comme elle ne descendait pas beaucoup dès qu’il s’agissait d’embrasser.
Sans trop comprendre comment il se retrouva au septième ciel en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Ils n’avaient pas partagé de tel moment depuis... Il ne savait même plus. Une fois le travail de Meredith terminé, elle se releva et il lui fit boire une petite gorgée du second verre qu’elle avait servi et il finit le reste à nouveau cul sec, ensuite, il la souleva pour l’asseoir sur le comptoir et il vint se placer entre ses jambes. Il ressentait un terrible besoin de l’embrasser. Il plaça sa main derrière sa nuque et la tint de cette manière, sans forcer, pour pouvoir la dévorer de baisers. La bouche, le cou, tandis que son autre main, incapable de rester immobile, se baladait toujours de plus en plus haut sur sa jambe.


electric bird.


HJ :
Spoiler:
 

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 836
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: Back - part II [PV Bennet] - TERMINE   Mer 11 Nov - 23:46




Meredith & Bennet
Now or never

Pour l'instant, tout se passait comme elle l'avait prévu ; elle avait surpris Bennet, et, évidemment, dans le bon sens du terme. Elle ne regretta qu'une chose : qu'il ne lui accorde le verre de whisky entier qu'elle avait prévu pour elle. Elle n'aurait pas craché dessus pour l'aider à se détendre complètement. C'était une chose de faire ce qu'elle voulait de lui sans l'autoriser à la toucher, mais ce n'était pas ce qu'elle appréhendait le plus. Maintenant qu'il avait installée sur le comptoir pour l'embrasser, elle se sentait un peu plus crispée. Ce fut le cas, en réalité, dans les premières secondes. Bennet se montrait doux, ne la pressait de rien - jamais il ne l'avait fait ni ne l'aurait fait, d'ailleurs - et, petit à petit, elle se détendait. Elle passa les bras autour de son coup, l'amenant à se rapprocher d'elle plus encore. Elle ne ressentait pas le même désir immédiat et profond de lui qu'elle ressentait avant tout ce qui s'était passé, mais elle aurait menti de dire que la main de Bennet remontant sur sa cuisse ne la troublait pas. Tout était juste plus lent. Elle pencha la tête sur le côté pour laisser à son compagnon le plein accès à son cou et ferma les yeux, se forçant à inspirer et expirer aussi régulièrement que possible pour ne pas laisser les angoisses prendre une place qu'elle ne voulait pas leur accorder.
Alors que la main de Bennet était sur le point de se glisser sous sa robe, la sonnerie de l'interphone se fit entendre. Meredith, par réflexe, jeta un oeil à la pendule au mur. 19h30. Pile à l'heure. Elle repoussa doucement Bennet, son sourire trahissant la satisfaction de voir son plan se dérouler jusque-là comme elle l'avait prévu. Elle avait regagné l'attention de Bennet. La suite consisterait à s'occuper de lui par un moyen détourné. Et ensuite ... elle ne savait pas bien, à vrai dire. Ensuite, elle arriverait aux limites de son plan.
Sautant en bas du comptoir, elle lissa sa robe, puis ses cheveux ; elle avait une image à maintenir, après tout. Elle regarda des pieds à la tête son compagnon, toujours à moitié dévêtu, et son sourire s'élargit encore. Sans rien dire dans un premier temps, elle se servit ce verre de whisky sur lequel elle comptait, et l'avala cul sec, comme Bennet l'avait fait un peu plus tôt. Puis, elle prit la parole sur un ton presque moqueur.
- Vous devriez peut-être vous rhabiller. J'ai fait venir un chef de Vancouver pour notre dîner de ce soir. Ensuite ... que diriez-vous de disposer de moi ?
Comme à Miami. Elle n'avait finalement pas eu besoin de beaucoup y réfléchir. Bennet - tout comme elle - gardait un souvenir mémorable de cette soirée où elle avait accepté d'être toute à lui. Il apprécierait forcément. Accessoirement, pour elle qui n'était pas certaine de pouvoir compter sur sa libido, laisser les commandes à Bennet était une forme de sécurité. Ce soir, elle ne voulait pas laisser placer à l'improvisation, quitte à faire preuve de trop de pragmatisme.
Elle se dirigea vers l'entrée pour faire monter le chef quand, se ravisant dans un geste qu'elle voulait naturel tout en étant parfaitement calculé, elle retourna à Bennet pour lui glisser quelques mots à l'oreille.
- J'allais oublier ... Je me suis dit que vous aimeriez savoir que je ne porte rien sous cette robe.
Et, dans un sourire, elle fila à l'interphone, sans laisser le temps à Bennet de réagir. Ce n'était pas dans ses habitudes, mais elle l'avait envisagé comme un bon moyen de teaser son amant et de maintenir la tension. Ils disposaient d'un peu de temps avant que le dîner soit prêt - une bonne demi-heure, lui avait expliqué le chef au téléphone - mais elle savait qu'il ne se passerait rien dans cet intervalle.
Après avoir accompagné le cuisinier jusqu'à la cuisine, elle rejoignit le salon, où Bennet avait battu en retraite, et s'assit face à lui, sur un fauteuil. C'était lui qui mènerait les débats maintenant et, d'une certaine manière, elle était curieuse de savoir comment il comptait prendre les choses en main.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 607
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: Back - part II [PV Bennet] - TERMINE   Ven 13 Nov - 11:37


...
Bennet et Mer
Quel accueil ! Jamais il ne se serait attendu à cela. D’ailleurs ce soir il s’attendait tout au plus à un dîner de... ? Avec du vin. Le vin était devenu un super ami. Les conversations n’étant pas forcément toujours joyeuses entre eux ou même fournies, en ce moment, ils passaient le temps en sirotant du vin, lui en tout cas. C’était d’ailleurs pas mal pour l’aider à s’endormir. Pas de ça ce soir donc, hors de question qu’il s’endorme et d’ailleurs, il en aurait été bien incapable. Ce n’était pas parce qu’elle lui avait fait plaisir une fois, jusqu’au bout, que l’architecte ne pourrait pas remettre ça ! Au contraire, elle lui avait juste mis l’eau à la bouche et si à l’instant elle ne l’avait pas stoppé en le laissant là, il l’aurait également dévorée, là, sur le bar.
Quand il entendit sonner à l’interphone il grogna et tenta de distraire Meredith par ses baisers pour qu’elle ne l’abandonne pas. Loupé. Elle se leva et lui expliqua la situation. La première pensée de Bennet fut : Pourquoi m’allumer comme ça pour ensuite se faire « sauver par le gong » ? Au final, c’était une surprise qu’elle lui avait préparée et ce qu’elle lui avait fait avant était un amuse bouche, sans mauvais jeu de mot.
Bennet était donc là, la chemise complètement ouverte, le marcel remonté, le pantalon sur les chevilles. Il la regarda s’éloigner pour accueillir leur chef. Ah ce qu’il était frustré ! Pourtant, il la regardait avec un léger sourire affiché sur le visage. Ses yeux exprimaient tout un tas de chose. La joie de retrouver sa perle. La frustration, l’excitation, la surprise, la fureur parfaitement contenue et petite, de ne pouvoir déballer son cadeau immédiatement, l’impatience donc...
Il se rhabilla donc alors qu’elle lui expliquait la suite. Qu’il dispose d’elle... Ouhlalala, ce qu’il avait chaud.

_ « Je vous rendrai la pareille, promis... » Il ferait tout, TOUT, pour la rendre aussi folle qu’elle venait de le faire avec lui !
Il ferait également tout pour qu’elle passe un bon moment parce qu’il n’était pas dupe, elle devait prendre sur elle pour tout cela. Il n’était pas très sensible ou encore vraiment foncièrement à l’écoute de tout mais il savait que l’on ne pouvait pas, surtout une femme, du jour au lendemain redevenir une maîtresse en or après ce qu’elle avait vécu.
Il la regarda toujours avec son léger sourire et la regarda comme s’il allait la dévorer et là, elle décida de l’achever. D’ailleurs, il en perdit son sourire. Elle n’avait pas de sous-vêtements. Oh ce qu’elle était cruelle avec lui...
Il resta immobile deux secondes à la regarder, tentant d’imaginer tout ce qu’il y avait sous sa robe.

_ « Vous êtes d’une cruauté sans nom Mlle Carmichael. » Oh merde... Oh merde ... ! Il alla dans le salon avant que le chef ne monte et alla se resservir à boire. Il fallait qu’il redescende. Il n’avait pas faim en plus ! Enfin si, mais pas de nourriture.
Meredith finit par le rejoindre et s’installa en face de lui.
Au départ, il se contenta de la regarder en buvant quelques gorgées de sa boisson « calmante ». Il la dévorait du regard. Finalement, il se leva et alla la rejoindre sur le sofa. Il s’installa comme il avait l’habitude de la faire, une jambe pliée sur l’autre, façon homme et un bras le long du haut du canapé. Tourné vers elle. Elle, de façon toujours très élégante, lui fit également face.

_ « Combien de temps avant que nous puissions passer à table ? » Il termina son verre cul sec et le reposa sur la table basse en face d’eux. Changement de position donc. Sa seconde main était maintenant libre et il n’avait aucune envie de la garder trop loin de Meredith.
En bougeant, il s’arrangea donc pour s’approcher un peu plus d’elle. Beaucoup plus en réalité. Maintenant, il pouvait plonger son regard dans le sien et sa main, mine de rien, se rapprocha dangereusement du genou de son héritière.
Franchement, rien de plus excitant pour lui que de savoir 1°) qu’elle ne portait rien sous sa robe 2°) que le fait de se sauter dessus leur était interdit.
Il s’approcha encore un peu pour lui murmurer à l’oreille.

_ « Vous m’avez rendu faible. J’ai tellement envie de vous... » Voilà, il finit par l’embrasser sur le cou, juste derrière et sous l’oreille. Bientôt, il ne pourrait plus se lever et aurait lui aussi besoin d’un tablier, comme le chef, pour cacher son désir ! Bravo Meredith !
Même sa main s’était perdue, elle était maintenant sur la cuisse de Meredith. La configuration de la pièce faisait que depuis ses fourneaux, le chef ne pouvait pas les voir. L’interdit l’excitait m’enfin il n’était pas non plus exhib ! Tout était parfaitement calculé.
Miami, all over again, sauf que cette fois-ci, il était follement amoureux et en manque et très en manque et, trop en manque ! Sa main ne cessait d’essayer de trouver ce qui manquait sous la robe de Meredith.
Avec son autre main il lui prit délicatement le visage pour lui faire tourner la tête et l’embrasser sur la bouche faute de pouvoir faire autre chose.


electric bird.

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 836
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: Back - part II [PV Bennet] - TERMINE   Mar 17 Nov - 13:39




Meredith & Bennet
Now or never

Jusque-là, Meredith était satisfaite d'elle-même. La promesse qu'elle avait faite à Bennet de continuer ses efforts n'était pas la plus simple qu'elle ait eue à tenir de sa vie, mais elle ressentait une certaine fierté et une certaine gratification à s'y accrocher. Il faut dire aussi que la douce euphorie dans laquelle elle baignait grâce aux décontractants était bienvenue. Hormis une légère crispation aux premiers baisers de Bennet, ça allait et, si elle frissonna quand il promit de lui rendre la pareille, ce fut presque autant par anticipation que par appréhension. Elle le connaissait suffisamment bien pour savoir comment le rendre fou, mais aussi pour anticiper qu'elle ne serait pas en reste. Bennet était un amant généreux.
Pour s'assurer une bonne soirée, Meredith avait profité d'accueillir le chef pour reprendre deux comprimés. Quand elle s'assit face à Bennet, le simple fait de savoir qu'ils agiraient plus tard, prenant le relais de ceux avalés en fin d'après-midi, la maintint détendue alors que Bennet la rejoignait.
- Une demi-heure selon Mr Powell.
Henry Powell, le chef auquel elle avait fait appel, possédait à Vancouver un restaurant doublement étoilé au Guide Michelin. Toute américaine qu'elle soit, Meredith accordait du crédit au vieux guide. Powell voyait une opportunité à s'installer en résidence dans le futur palace pour gagner sa troisième étoile. L'héritière n'avait eu aucun mal à le convaincre de venir à Whistler pour le tester sur un dîner léger. Sa présence, en outre, évitait que les choses aillent trop vite. Elle prenait sur elle, certes, mais elle avait besoin de temps pour avoir réellement envie de ce qui allait se passer. Bennet, lui, était prêt. Meredith n'en était pas étonnée : elle savait l'avoir fait beaucoup patienter depuis l'enlèvement, et ne pas avoir été à la hauteur quand elle avait consenti à lui accorder ses faveurs. Elle laissa la main de son architecte errer sur sa cuisse, toujours plus haut.
Alors qu'il l'embrassait vers l'oreille, elle ne résista pas à murmurer, comme pour ajouter à la frustration de son architecte.
- Et dire qu'il va vous falloir attendre ...
Ce n'était finalement pas si compliqué. Comme les champions sportifs et les winners en tout genre, elle s'était entraînée à visualiser dans sa tête ce qui se passerait ce soir, en s'imaginant toujours que tout se passait de manière à ce que tous les deux tirent le meilleur parti de leur soirée. Maintenant, les mots sortaient relativement naturellement. Comme avant.
Bennet était incroyablement proche d'elle et elle se rendit compte qu'au-delà du fait de l'avoir autorisé à prendre toutes les initiatives pour elle quant à la suite de la soirée, elle ne pouvait même pas le toucher comme lui le faisait avec elle. Il aurait fallu qu'elle le déshabille à nouveau pour ça et, en présence du chef, ce n'était plus possible. Tout doucement, une pointe de frustration monta en elle ; quand elle en prit conscience, elle l'accueillit comme un sentiment précieux. Elle était en train de retrouver l'envie de Bennet.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 607
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: Back - part II [PV Bennet] - TERMINE   Mar 17 Nov - 14:44


...
Bennet et Mer
Bennet Monaghan, attendre ? Incompatible.
Il était en train de devenir fou là. Sa main s’égarant toujours plus haut sur la cuisse de Meredith sans pouvoir pour autant atteindre le graal. Frustration !
Il grimaça quand elle lui répondit qu’il faudrait attendre une demi-heure. Trop long. Il voulait la dévorer là, et ici, là-bas, partout !
Il était là en train de l’embrasser tout en se perdant en caresses quand Meredith en rajouta une couche. Elle ne gagnait et ne gagnerait jamais face à lui, qu’elle se le dise. Il se leva tout en continuant à l’embrasser, la dévorer, sa main toujours perdue sous la robe de sa belle, parvenant enfin à toucher du doigt son trésor. Sans prévenir, il stoppa tout et se redressa complètement, la regarda brièvement l’air un peu trop malin pour qu’elle puisse réellement le prendre au sérieux. Il ajusta sa veste afin de cacher au mieux sa bonne humeur et tourna le dos direction la cuisine.

_ « Chef ! Bonsoir. Ecoutez, je suis navré mais ma compagne ne se sent vraiment pas bien... Elle va monter se reposer. Je ne vais pas vous retenir. Profitez de cette soirée pour visiter la station, sortez, vous m’enverrez vos notes de frais. Je vous laisse remballer vos affaires, ne vous embêtez pas à tout ranger parfaitement, la gouvernante fera tout ça demain. » Blablabla... Dégage !!!
Bennet Monaghan, attendre ? Incompatible !
Le chef remballa rapidement, merveilleux et toujours plus ou moins planqué derrière le bar, sa veste, un fauteuil, Bennet parvint à le raccompagner à la porte en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Très fier, il revient à Meredith et se mot à ses genoux, il la tira doucement par les jambes pour la faire basculer et l’allonger puis vint se mettre au-dessus d’elle sans pour autant se poser.

_ « Bennet Monaghan n’attend pas. » Il avait l’œil malin et coquin. Il recommença à l’embrasser dans le cou avec envie mais doucement. Lui aussi avait envie de prendre son temps. Pas question de tout précipiter, ce qu’il aimait avec elle justement, c’était de pouvoir jouer, de s’allumer, de faire tout un tas de choses précédant l’acte en lui-même. Ils y viendraient, mais avant, ils joueraient.
Il continua donc à l’embrasser puis la fit placer ses jambes autour de sa taille pour pouvoir l’attraper et la soulever. Il alla la poser sur le bord de la table à manger et lui remonta sa robe. Hors de question de la retirer, tout était bien trop excitant ainsi.
Tout comme elle l’avait gratifié d’un précieux cadeau à son arrivée, il en fit de même. Il aurait préféré le faire sur le piano mais... Elle n’aurait peut-être pas apprécié ? La table faisait l’affaire. Une fois terminé, il continua à lui embrasser les cuisses mais cette fois, en la regardant.

_ « Déshabille-toi. » De la douceur, certes, ils prenaient leur temps, certes, mais il restait lui. Il lui ouvrit la fermeture éclair de la robe mais la laissa l’enlever seule en la contemplant avec envie. Pour sa part, il était toujours habillé et n’avait même pas retiré sa veste pour « l’embrasser ». Elle devrait le dévêtir. Ok, il prenait les choses en mains mais il avait besoin d’une certaine forme de réponse.


electric bird.

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 836
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: Back - part II [PV Bennet] - TERMINE   Mer 18 Nov - 0:06




Meredith & Bennet
Now or never

Bennet était-il réellement en train de mettre le chef dehors faute de pouvoir attendre ? Depuis le salon, elle l'observa faire, se retenant de sourire ; il fallait qu'elle ait l'air un minimum digne pour sembler effectivement malade. Sauf que - probablement aidée par les cachets - elle trouvait l'impatience de Bennet amusante. Amusante et, dans le même temps, un peu inquiétante. Jusque-là, il l'avait embrassée - follement embrassée, certes, mais rien de plus. Si ... une main baladeuse. Ce n'était rien qui puisse la faire se sentir mal à l'aise. Elle avait préparé sa tête à cette soirée, mais elle espérait que son corps ne la trahirait pas. Depuis l'enlèvement, Bennet n'avait plus réussi à lui donner de plaisir ; s'il en allait de même ce soir ... elle n'osait imaginer les conséquences. Il ne fallait pas.
D'ailleurs, elle n'aurait pas l'occasion de se poser longtemps la question : Bennet était déjà de retour vers elle. Ils étaient à nouveau seuls. Elle se laissa faire alors qu'il l'allongeait sur le sofa, et, de la même manière, se laissa sombrer sous ses baisers. Elle n'avait pas la moindre crainte à avoir, pas ce soir : tout, chez elle, répondait parfaitement aux initiatives de son architecte. Quand il la porta jusqu'à la table pour s'occuper d'elle, elle s'abandonna complètement. Où était-elle passée, pendant ce dernier mois ? Sans rien dire, elle resta quelques minutes sur la table, laissant la tension retomber, avant d'en descendre pour "obéir" à Bennet. Lentement, elle laissa sa robe glisser sur ses épaules, et le long de son corps, jusqu'à se trouver nue devant lui, ses escarpins pour seule tenue. Elle le laissa l'observer, savourant ce qu'elle lisait dans ses yeux. Ses angoisses étaient loin, maintenant.
Puis, sans qu'il l'ait demandé, elle dénoua sa cravate - qu'il avait pris la peine de renouer, tout de même - et la laissa tomber au sol, à côté de sa robe. Comme elle l'avait fait un peu plus tôt, elle fit glisser la veste de Bennet de ses épaules, puis son gilet, avant de s'attaquer à sa chemise. Ses doigts s'activaient à la déboutonner, mais elle ne l'embrassa pas. Ce n'était pas l'envie qui lui manquait ; en fait, elle se forçait plutôt à résister à elle-même. Plus elle s'interdisait ses lèvres, et plus elle en rêvait. C'était bon. Cliché, peut-être, mais c'était comme si elle se sentait à nouveau vivante. Les trois derniers boutons de la chemise tombèrent au sol ; elle les avait faits sauter, trop pressée d'en finir. Là, seulement, elle se jeta sur ses lèvres sans retenue. Elle l'avait certes autorisé à disposer d'elle, et comptait bien qu'il profiterait de ses prérogatives, mais leur relation avait tellement évolué depuis Miami qu'elle ne parvenait pas à se contenter d'être juste à sa merci. Elle le laisserait toutefois prendre toutes les décisions qu'il souhaiterait.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 607
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: Back - part II [PV Bennet] - TERMINE   Mer 18 Nov - 17:39


...
Bennet et Mer
Le changement de comportement de Meredith était notable, même pour un être aussi égocentrique que lui. Elle était mon crispée que ces dernières semaines. Beaucoup plus détendue. Comment n’aurait-il pu ne pas le remarquer alors qu’elle se laisser aller sous ses caresses. Il avait l’impression de la retrouver. Pas la Meredith de Miami car à Miami il n’y avait eu entre eux que du sexe à l’état pur. Rien de plus. Pas de sentiment ou de passion. Il la retrouvait comme la première fois qu’ils avaient réellement fait l’amour. Ce jour-là également elle était différente. Présente, évidemment mais pas entièrement décontractée. A vrai dire, pour lui aussi les choses avaient été étranges. Même s’il ne lui avait dit que récemment qu’il l’aimait, il le savait depuis déjà un petit moment. Le fait de se mettre en couple avait été tellement bizarre. Ce soir, elle était donc un peu comme ces premières fois où ils s’étaient retrouvés physiquement. Lui ? Lui était comme à Miami, juste plus doux.
Il lui « ordonna » de se déshabiller et elle s’exécuta immédiatement. Debout face à elle, il la contempla de son regard le plus sérieux. Cela faisait si longtemps qu’elle ne l’avait pas allumé comme elle le faisait maintenant. Au son de sa respiration, on comprenait rapidement que bien que calme en apparence, il se passait des choses sérieuses en lui. Avec n’importe quelle autre jeune femme il aurait précipité les choses. Lui aurait retiré la robe avant la fin de l’effeuillage et l’aurait allongée sans ménagement sur la table sans même prendre soin de se déshabiller entièrement, à quoi bon, la fille aurait pris la porte une fois leur affaire terminée. Il ne regrettait pas cette période où il se tapait des blondasses levées dans des bars. Meredith valait le coup d’être fidèle.

Elle finit par venir à lui pour le déshabiller. Il tenta de garder ses mains hors du corps de sa belle mais dès qu’elles le pouvaient, elles retrouvaient ses hanches et ses jolies courbes fines. Alors qu’elle finit de lui retirer sa chemise, une Hugo Boss maintenant sans derniers boutons, elle se jeta sur lui. Même lui en fut surpris ! Pas négativement, loin de là. Oh... Ce qu’elle ne venait pas de faire !
Comment voulait-elle qu’il se calme avec cela ?
Il vira ses chaussures, chaussettes, pantalon, marcel (toujours un sous sa chemise excepté en été), boxer, tout ce qu’elle n’avait pas eu le temps de retirer et qu’il semblait ne plus supporter sur sa peau. Il l’attrapa dans ses bras et tout en continuant de l’embrasser, la mena jusqu’au lit ou il la fit basculer dessus sans qu’elle le lâche, par conséquent, il tomba avec elle.
Il continua à l’embrasser partout puis il la plaça sur lui. C’était le moment. Finalement, le jeu n’aura pas duré si longtemps mais en même temps, il ne pouvait pas attendre beaucoup plus. Il avait bien trop envie d’elle.


electric bird.


_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Back - part II [PV Bennet] - TERMINE   

Revenir en haut Aller en bas
 
Back - part II [PV Bennet] - TERMINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Vraie Raison du Départ de Batista
» Départ non réfléchi et vite regrété.
» Patrimoine de Coupvray: Part de Brie
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blackcomb Scandals :: 
Et pour se distraire
 :: 
Les archives rpgiques
-
Sauter vers: