Vous êtes inscrits sur PRD ? Alors passez de temps en temps dans la FICHE DU FORUM pour y laisser un petit mot !
N'oubliez pas, toutes les 2h un clic sur les top sites en page d'accueil. C'est important pour faire grandir le forum !

Partagez | 
 

 Allied [PV Gran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 832
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Allied [PV Gran]   Dim 8 Mai - 17:19




Meredith & Gran
If you convince me ...
Combien de temps auparavant Meredith avait-elle vu Bennet pour la dernière fois ? "Te me fais honte. Jamais je ne pourrais être avec quelqu’un comme toi, quelqu’un de si faible. – Je ne t’aime pas. C’est terminé. Est-ce que tu comprends ? C’est fini. Je ne te pardonnerai pas. Tu n’auras aucune seconde chance. Rien. Rentre toi ça dans le crâne. Je ne ressens que du dégoût à ton égard, ni plus, ni moins." Combien de temps, depuis qu'il avait prononcé ces mots qui s'étaient tellement bien gravés dans son esprit qu'elle les connaissait par coeur ? Le temps passait étrangement, en ce moment. Sa routine se résumait à : se lever, travailler, se coucher. Grignoter un morceau de temps en temps, parce qu'il fallait bien, mais avec le plus grand mal. S'habiller et se maquiller pour donner le change, parce qu'il fallait bien, mais avec le plus grand mal. Rien, absolument rien, ne parvenait plus à provoquer le moindre frisson d'excitation ou de joie, depuis cette dernière entrevue avec Bennet. En réalité, la seule chose qu'elle devait encore faire, non par envie mais par devoir, c'était travailler. Le temps passait lentement.
Mais, quand elle se plongeait dans le travail, il était fréquent qu'Harper l'appelle pour lui demander si elle avait encore besoin d'elle. Là, Meredith levait les yeux sur l'heure affichée sur son PC, et découvrait qu'il était 20h, souvent plus. Elle libérait son assistante, et se replongeait dans ses dossiers, jusqu'à ce que ce soit le veilleur de nuit qui vienne la "déranger". Combien de jours comme ça ? Elle avait l'impression d'une routine, mais ça ne pouvait pas faire si longtemps. Elle ouvrait pourtant le grand agenda en cuir Hermès de son père tous les jours, qu'elle avait choisi de réutiliser pour elle, mais les dates ne s'imprimaient pas. Les jours passaient, sans week-end, sans rien. Jusqu'à aujourd'hui. Sa routine était bousculée, et Meredith en était mal. Elle allait moins travailler qu'il l'aurait fallu, et elle culpabilisait de ça.
A 6h30, sa voiture était passée la chercher chez les Miller, direction East Hampton où son père avait, juste avant son décès, repris des recherches pour une propriété de vacances. Quand Meredith avait vu le rendez-vous avec l'agent immobilier, à 9h30 ce samedi, elle avait décidé de le maintenir tout de même. Son père avait voulu ça, après tout ... Elle avait prévu de revoir ses cours de mandarin durant le trajet, culpabilisée à l'idée de ne pas y consacrer suffisamment de temps au quotidien. L'apprentissage lui semblait particulièrement difficile, avec ce changement d'alphabet, et si elle ne faisait pas de progrès rapides ... Stephen semblait pourtant penser que c'était capital, et la poussait à y consacrer du temps. Ensuite, il y aurait la visite de la propriété, évidemment. Meredith prévoyait d'y consacrer trois heures, pas plus. Elle ne pouvait pas. Elle avait un rendez-vous en tout début d'après-midi et, entre les deux, une conférence téléphonique avec le directeur du Carmichaël Seoul, au sujet de la réfection du palace. Quant à ce fameux rendez-vous ... elle avait honte de sa faiblesse - "Jamais je ne pourrais être avec quelqu’un comme toi, quelqu’un de si faible." - mais elle avait appelé Georgiana Monaghan. Les mots de Bennet avaient finalement réussi à la convaincre de tout : pas d'amour, pas de pardon, pas de deuxième chance, bref, plus rien. Mais pour faire son deuil de leur relation, elle avait besoin d'être au moins tranquillisée sur sa santé. Appeler la grand-mère de son architecte ne l'avait pas ravie, bien au contraire ; elle s'imaginait volontiers persona non grata chez tous les Monaghan. Mais elle en avait eu besoin et, par chance, Georgiana avait accepté de la recevoir.
A l'heure dite, elle suivit donc Malia à travers la résidence dans laquelle elle avait passé ses premières vacances de couple avec Bennet, jusqu'à l'honorable grand-mère de son ex-compagnon, qu'elle salua de manière formelle, persuadée de ne pas être désirée ici.
- Bonjour Mme Monaghan. Je vous remercie d'avoir accepté de me recevoir ; je ne vous ennuierai pas longtemps. Je voulais simplement ...
Comment dire les choses sans passer pour une espèce de folle hystérique désespérément accrochée à son petit-fils ?
- Bennet a été opéré il y a quelques temps, et je n'ai rien pu savoir à ce sujet. J'aurais ... beaucoup apprécié être rassurée avant ... de me retirer.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
No One & Everybody
Petit nouveau
avatar

ζ Messages : 36

MessageSujet: Re: Allied [PV Gran]   Ven 13 Mai - 10:49

Allied
°°°
Meredith ✧ Georgiana
Que toutes ces dernières semaines lui avaient semblées compliquées ! La mort des parents de la compagne de son petit-fils, le coma de celui-ci, son réveil, son opération, ses soucis de santé, sa rupture avec la jeune Carmichael et depuis... Depuis elle avait l’impression d’être revenue une quinzaine d’années auparavant à l’époque ou ses petits-fils étaient encore ado et n’en faisaient qu’à leur tête. Un en particulier... Toujours le même.
Georgiana était le genre de femme qui s’inquiétait toujours pour les siens mais là, elle commençait à fatiguer, ou plutôt, à perdre patience. Bennet bien que récemment opéré du cœur aurait dû avoir une vie irréprochable, mais au lieu de cela, son petit-fils semblait tenter chaque jour un peu plus de se ruiner la santé.
N’allez pas croire que Georgiana Monaghan n’était pas au courant de tout ce qui pouvait se passer dans la vie de ses oisillons ! Surtout quand le dit oisillon vivait à seulement quelques kilomètres de chez elle. Surtout quand le dit oisillon ne faisait même plus attention à être ou non discret.
La vielle femme n’était donc pas ravie du comportement de son petit fils préféré mais elle acceptait, pour l’instant, de lui laisser le temps de se retourner, de se calmer et de reprendre sa vie comme avant l’accident. Presque, comme avant l’accident car dans toute cette histoire, Gran le savait, il y avait une raison particulière au comportement stupide de Bennet, sa rupture avec Meredith Carmichael. Elle avait rompu avec lui ce qui... Ce qui l’avait précipité au fond du gouffre. Bon. En tenait-elle rigueur à la jeune fille ? Ce serait à voir, d’ailleurs, Meredith lui avait demandé une entrevue et Georgiana l’attendait patiemment en essayant de comprendre comment cet I-pad offert par son plus jeune fils plus tôt dans la semaine, pouvait fonctionner. Ce que ces machines étaient compliquées !
A l’heure prévue, on lui annonça l’arrivée de la jeune fille qu’elle vit entrer précédée de Malia. Georgiana ne se leva pas immédiatement, la laissant... La saluer comme si elle la rencontrait pour la première fois de sa vie. Comme si elle craignait de ne plus être la bienvenue chez elle. Vivian n’était pas là. Heureusement. La mère de Bennet en voulait beaucoup à Meredith d’avoir « abandonné » son fils. Pour ce qui était de sa grand-mère, c’était autre chose. Contrairement à Vivian, elle avait plus de recul et puis... Oui, elle s’était prise de passion pour la petite Carmichael.

_ « Venez là. » Elle se leva et lui tendit le bras. Quand Meredith fut à sa hauteur elle la prit contre elle pour la serrer et lui donner un peu de cet amour qu’elle pouvait distiller partout autour d’elle.

_ « Vous serez toujours la bienvenue chez moi Meredith. Peu importe vos relations avec Bennet. – Asseyez-vous. » Elle s’installa sur le divan et fit signe à Malia de faire apporter du thé et des petits gâteaux.
Meredith avait mauvaise mine. Meredith était tout mince et le pire étaient ses yeux qui semblaient comme... Vides.
Bon... Ordre donné à Malia, il fallait maintenant répondre aux questions de la jeune femme. Sauf que voilà... Malheureusement, Georgiana n’avait pas beaucoup de réponse à ce sujet puisque l’architecte faisait le « mort ».

_ « L’opération a été un succès. Il... Récupère. Il aura un traitement à vie mais s’il fait attention, tout ira bien. Il peut vivre tout à fait normalement. » Oui, fin... Si normalement voulait dire coucher avec tout ce qui bouge, boire comme un trou et fumer comme un pompier, ça irait... Non, il n’était pas à ce point, excepté au sujet des filles.

_ « Je pensais que vous étiez restés en contact via le projet au Canada... » C’était assez compliqué pour elle cat d’un côté, elle le savait, c’était Meredith qui l’avait plaqué mais de l’autre, elle était là avec ses petits yeux tristes à lui demander comment il allait. N’était-ce pas la preuve qu’elle devait encore l’aimer ? Il faudrait entrer dans le vif du sujet pour qu’elle en soit persuadée, oui, mais... Elle avait bon espoir. Une chose était certaine néanmoins, Bennet, lui, était toujours amoureux. Très en colère mais amoureux et elle n’avait pas besoin de le voir souvent pour en être persuadée.

_ « Il va falloir excuser ma curiosité mais, pouvez-vous m’en dire plus sur ce qu’il s’est passé entre vous ? J’essaie de comprendre et de mettre les choses dans l’ordre dans ma tête mais je n’y arrive pas. Bennet n’a pas été très bavard sur le sujet. – Vous êtes ici à prendre de ses nouvelles. Vous n’hésitez pas à venir en terrain « hostile », c’est qu’il vous manque n’est-ce pas ? » Elle n’avait pas cessé de sourire en parlant, un léger sourire très maternel. Ce dont elle avait besoin était de savoir si oui ou non Meredith l’aimait encore et si elle regrettait mais... Comment pourrait-il en être autrement, elle était là.
Il fallait également avouer qu’elle espérait qu’il lui manque et qu’elle l’aimait encore car Meredith était pour elle la seule et unique à pouvoir convenir à Bennet. Elle l’avait appréciée dès sa rencontre. C’était une jeune créature si ravissante et délicate. Très intelligente, discrète, douce, fine... Ce n’était pas pour rien que Geogiana avait offert à Bennet sa bague de fiançailles pour qu’il la lui offre. C’était elle qu’elle voulait voir entrer dans la famille. Elle était faite pour Bennet. Il n’y avait qu’à le regarder quand il était avec elle pour le comprendre. Elle l’avait changé en bien. L’avait ouvert. Il souriait quand il la contemplait (car oui, il ne faisait pas que poser ses yeux sur elle, il la contemplait), quand il l’écoutait parler, quand elle était à son bras. Il devenait doux. Comment tout cela avait-il pu se briser ainsi ?
La vieille femme avait besoin de réponses elle aussi pour... Allez savoir, peut-être faire un travail sur Bennet, peut-être également aider Meredith... Ne pas les laisser se séparer et peut-être même se faire du mal.

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 832
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: Allied [PV Gran]   Sam 14 Mai - 15:04




Meredith & Gran
If you convince me ...
Meredith se sentait tellement mal à l'aise d'être ici ... C'était un tel aveu de faiblesse, après que Bennet l'ait repoussée comme il l'avait fait. S'il apprenait qu'elle était venue ... Jamais il ne comprendrait que c'était nécessaire pour qu'elle tente de tourner la page, et Meredith préférait ne pas imaginer quelle serait sa réaction exacte. Une réaction de colère, sans doute ... Cela étant, la perspective que Bennet sache qu'elle avait vu sa grand-mère n'était pas ce qui mettait Meredith le plus mal à l'aise ; elle se sentait étrangère ici désormais, et venir demander des nouvelles de Bennet alors qu'elle avait provoqué tous ses problèmes lui faisait craindre d'être mal reçue. C'aurait été normal d'ailleurs, n'est-ce pas ? En ayant aucune information sur l'opération subie par son ex-compagnon, Meredith imaginait forcément le pire. Dans son esprit, pas de faiblesse cardiaque de Bennet à l'origine, pas de sursis : elle lui avait proposé cette pause, et les choses avaient tellement mal tourné qu'il en avait fait une sorte de crise cardiaque - c'était forcément ça, non ? - donc, la faute était entièrement sienne. Elle était d'ailleurs toute prête à le reconnaître devant Georgiana.
Autant dire que quand celle-ci la prit dans ses bras, Meredith se sentit abasourdie. Un peu mal à l'aise également. Hormis Bennet quand ils étaient encore ensemble, et Charles, elle n'avait pas l'habitude qu'on ait ce genre d’attitude avec elle. Elle se raidit, soulagée néanmoins que Georgiana semble moins vindicative qu'elle l'aurait imaginé en premier lieu. Non seulement la grand-mère de Bennet n'affichait aucune animosité à son égard, mais voilà qu'en plus, elle se montrait franchement amicale. Oh ... ce n'était pas quelque chose à faire en ce moment, à part à vouloir la transformer en fontaine. Meredith se sentait infiniment reconnaissante à la vieille dame de ne pas se montrer hostile, mais la vague d'émotion qui venait de la submerger était dangereuse ; elle se dépêcha de s'asseoir, respirant profondément le temps que ça passe. Heureusement, le sujet Bennet était à même de l'aider ; depuis qu'elle avait intégré le manque d'amour, ses émotions quand elle pensait à son ex-compagnon relevaient de l'encéphalogramme plat. Elle avait mal, mais ne se sentait plus désespérée comme ç'avait été le cas quand elle pensait encore avoir tout gâché. Elle n'avait rien gâché avec cette pause/rupture. Juste accéléré l'inévitable. Son coeur se serra néanmoins quand Georgiana évoqua un traitement à vie ; voilà ce qu'elle laisserait à Bennet comme souvenir ... Elle se sentit instantanément coupable.  
- Normalement ... mais tout de même avec un traitement ... J'en suis navrée pour lui.
Faire part de ses vrais sentiments à Georgiana Monaghan n'était pas envisageable, mais elle savait ce qui l'attendrait à compter de maintenant : un dose de culpabilité supplémentaire, et une inquiétude permanente. Jusqu'à quel point ce que faisait Bennet en ce moment était normal ? Elle avait l'impression de le voir chaque jour au bras d'une nouvelle femme dans les journaux. Leur histoire semblait leur avoir apporté un énorme coup de projecteur, si bien qu'elle ne pouvait plus éviter ses photos. Ne serait-ce que pour ça, mieux valait couper totalement les ponts, comme elle l'avait fait.
- Je ne travaille plus sur ce projet en particulier. Nous sommes en train de nommer un nouveau chef de projet. Je n'ai plus le temps de m'y consacrer.
Elle l'aurait aimé, pourtant. La vie lui semblait plus simple à Whistler, comme s'ils étaient isolés de tout ce qui était difficile, là-bas. Elle n'y retournerait plus désormais, hormis une fois l'an peut-être, pour suivre l'avancée du projet et, plus tard, la rentabilité du palace. Il lui faudrait aussi dire au revoir aux amis qu'elle s'était faits là-bas : Rachel, AJ, Linoy ... tous ces gens qui l'avaient apprécié pour elle, plutôt que les hypocrite du panier de crabe new yorkais dans lequel elle évoluerait désormais. C'était un effet collatéral du décès de ses parents, et de sa rupture avec Bennet, qui faisait mal également. Elle ne trouvait décidément pas grands motifs de se réjouir de sa nouvelle vie. Le plus douloureux était évidemment cette rupture dont elle allait devoir parler avec Georgiana. Meredith savait qu'elle n'y couperait pas, mais, pour autant, il lui fallut quelques instants durant lesquelles elle fit mine d'avoir envie de thé, pour mettre ses pensées en ordre. Il y avait tant de choses qu'elle ne voulait pas, pouvait pas dire. Quand elle reprit la parole, elle était à peu près satisfaite de la façon dont elle comptait tourner les choses.
- Bennet et moi n'avions plus la même vision de ce que pouvait être notre relation, mais il n'en a pas moins compté pour moi. C'était important pour moi de savoir comment il va ...
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
No One & Everybody
Petit nouveau
avatar

ζ Messages : 36

MessageSujet: Re: Allied [PV Gran]   Sam 14 Mai - 20:19

Allied
°°°
Meredith ✧ Georgiana
Il allait falloir quelques explications à Georgiana afin qu’elle comprenne le fin mot de cette histoire. Meredith avait coupé court à sa relation avec Bennet mais elle était ici à prendre de ses nouvelles. Ce n’était donc pas une rupture pour cause de désamour. Il devait y avoir plus.
Si la jeune PDG venait ici pour questionner la grand-mère de son ex-compagnon, c’était surement que celui-ci ne devait pas répondre à ses appels ou simplement, à ses questions. Quelle tête de mule.
Revenir dans la famille Monaghan ne devait surement pas être simple pour la jeune femme. Ils étaient connus pour leur loyauté les uns envers les autres, pour ce lien si étroit qu’ils partageaient. Meredith avait donc choisi de se jeter tout droit dans la gueule du loup. Courageuse créature.
Enfin... Georgiana le savait, venir ici était surement plus simple que d’affronter un Bennet en colère, et en colère, il l’était surement.
Quand la vieille femme ou encore Vivian lui posait des questions sur son état de santé ou simplement comment il se sentait sans Meredith ou plus encore, sur le pourquoi du comment de leur séparation, il finissait toujours par être odieux. Pas simplement désagréable, comme il pouvait l’être lorsqu’il était contrarié, non, il se montrait réellement méchant voire irrespectueux. Quelque chose n’allait donc vraiment pas. D’un côté comme de l’autre.
Si pour le moment Georgiana laissait le temps à Bennet de se remettre, la rupture étant encore fraîche, elle s’inquiétait du fait que son état d’esprit très négatif, ne perdure. Il n’était pas comme d’habitude. Pas simplement en colère ou manquant de patience, non, il y avait plus que cela et c’était précisément ce plus, qui l’angoissait. Elle ne l’avait jamais réellement vu triste et cette première lui déchirait le cœur.
 
 _ « Il est en vie, c’est le principal. » Meredith était désolée mais ce n’était pas sa faute. Ou si ? Syndrome du cœur brisé ? C’était un peu plus grave que cela. Sa pathologie avait en réalité été causée par son train de vie : Manque de sommeil, tabac, caféine à outrance, alcools toujours forts, du sport toujours à l’intensif, la boxe... Ce qu’elle détestait ce sport ! Son mari en faisait également... Et surtout, surtout, ce qui lui avait été très mauvais était son stress. Ce stress dont il souffrait en permanence. Bennet s’était toujours mis une pression immense sur les épaules et à 38 ans, après un grave accident de voiture et un coma, son cœur l’avait rappelé à l’ordre. Si seulement cela avait pu le calmer... Non...
Finalement, peut-être que quelque par Meredith était fautive. Si elle ne l’avait pas quitté il n’aurait pas fait cette crise cardiaque. Si elle ne l’avait pas quitté, il ne vivrait pas encore plus vite aujourd’hui en continuant toujours plus à se mettre en danger. Georgiana avait pourtant du mal à en vouloir à cette jeune femme aux yeux tristes qui se trouvait en face d’elle. Cette jeune femme qu’elle voulait plus que quiconque voir entre dans sa famille. Si Meredith était vraiment la cause du malheur de Bennet, elle ne l’avait pas fait exprès et aujourd’hui, c’était lui qui ne voulait pas qu’on l’aide... Si pour Vivian la culpabilité de l’héritière n’était plus à prouver, du côté de son aînée, c’était toute autre chose.
 
_ « Je comprends. Vos nouvelles responsabilités ne vous laissent plus une seconde. Il faut tout de même penser à vous. » Elle poussa vers elle le petit plateau de gâteaux. Elle était si maigre.
Certes, Meredith n’avait jamais été bien en chair mais là... Ca cumulé aux cernes... Elle se souvenait d’elle si lumineuse à Noël au bras de Bennet. Si fraîche, souriante, belle comme un cœur. Ou était passée cette « perle » comme Bennet l’avait appelée une fois. Il s’était ensuite repris comme s’il avait bafouillé. Sa pudeur l’avait rattrapé.
Si Georgiana devait AUSSI s’inquiéter pour Meredith... Le pire étant que maintenant qu’elle l’avait sous les yeux, c’était une certitude, elle allait bel et bien s’inquiéter également pour elle.
 
La doyenne de la famille Monaghan posa ensuite la question qui lui brûlait les lèvres. Elle voulait savoir pourquoi ces deux jeunes gens si parfaits l’un pour l’autre, n’étaient plus ensemble ! Que c’était-il donc passé ?
Meredith prit son temps afin de répondre. Georgiana l’écouta attentivement et fut finalement plus perdue qu’autre chose.
 
_ « Oh, vous êtes contre le mariage ? » La surprise se lisait sur son visage et ce, malgré elle.
 
Une petite dizaine de jours avant l’accident, Bennet avait appelé sa grand-mère pour la remercier encore pour ses cadeaux de noël, les bagues, et surtout, l’informer qu’il avait pris sa décision et qu’il allait très prochainement demander Meredith en mariage. Il n’en avait pas dit beaucoup plus.
C’est donc pour cette raison, que Georgiana Monaghan était assez perplexe concernant cette rupture et la réponse de Meredith ne l’aida finalement pas vraiment.
Ce que la vieille femme s’était mis en tête ? Bennent avait fait sa demande après le coma, donc, et Meredith avait refusé. Ou peut-être avait-elle dit que ce n’était pas le moment ? Ou...
Meredith se justifia également. Bennet a réellement compté pour elle. Gran n’en doutait pas, seulement, pourquoi refuser de l’épouser si elle l’aimait ? Dans leur monde, on ne vivait pas dans le pêché ! Elle ne s’était pas rendue compte que Meredith pouvait être ce genre de jeune femme...
 
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 832
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: Allied [PV Gran]   Dim 15 Mai - 0:58




Meredith & Gran
If you convince me ...
Il était vivant, c'est le principal. Oui, de ce point de vue, Georgiana avait raison. Parfois, Meredith repensait à ces quelques jours de coma de Bennet, et à la peur qu'elle avait eue à l'époque. Il lui arrivait aussi de rêver de son décès, plutôt juste après son réveil, d'ailleurs ; depuis leur rupture, les cauchemars prenaient d'autres formes. Quoiqu'il en soit, elle avait plusieurs fois subi en rêve les obsèques de Bennet, et s'était à chaque fois réveillée malheureuse et désemparée. Difficile de dire si sa peine de maintenant était plus forte ou non, d'ailleurs. En un sens oui, car dans ses rêves elle perdait un amour réciproque. Aujourd'hui, elle savait cet amour unilatéral. Mais au moins, Bennet était vivant. Il ne serait plus jamais à elle, mais jamais il ne lui serait venu à l'idée de souhaiter en conséquence qu'il ne soit plus à personne. Elle acquiesça donc à la remarque de la grand-mère de son ex-compagnon, avant que la conversation dérive, évidemment, sur la rupture, et sur elle dans un premier temps. Sur la nécessité qu'elle pense à elle. Meredith n'en voyait pas l'intérêt. La seule chose sur laquelle elle devait se concentrer, ce n'était pas elle, c'était sa société. Elle, allait aussi bien qu'on peut aller compte tenu des circonstances. Elle était un peu fatiguée, c'est vrai, mais dans la mesure où il était hors de question qu'elle prenne des vacances avant de maîtriser tous ses sujets sur le bout des doigts, y penser n'était pas productif.
- Je vous remercie de vous inquiéter mais ne vous en faites pas. Stephen, l'ancien associé de Père, et sa femme s'occupent de moi. Je suis entre de bonnes mains.
Stephen était certes parfois un peu dur avec elle au travail, mais c'était pour qu'elle progresse. Bennet en avait fait autant, au début de leur collaboration, et elle avait l'impression d'avoir progressé ainsi ; pas autant qu'il le fallait, certes, mais elle s'était sentie capable de mener le projet de Whistler, pendant tous ces mois. Elle avait beaucoup appris de lui, et rien que ça lui manquait. Aujourd'hui, elle n'avait plus personne à qui demander conseil et qui puisse comprendre les enjeux, et lui répondre sans but inavoué. Georgiana avait raison, évidemment, de supposer que Bennet lui manquait. Elle était même loin du compte. La plupart du temps, Meredith avait l'impression qu'on avait purement et simplement arraché un morceau d'elle, comme si Bennet et elle avaient fini par former quelque chose de plus que juste eux. Le reste du temps, son esprit lui rappelait que tout ça n'existait que dans sa tête, qu'il n'y avait pas d'amour. La tristesse retombait comme une chape de plomb. Travailler sans penser à rien d'autre que ce qu'elle faisait était infiniment plus agréable, et un refuge en quelque sorte. L'héritière aurait aimé avoir quelqu'un avec qui partager ce qu'elle ressentait, mais qui ? Qui aurait pu comprendre ? Et, évidemment, la grand-mère de Bennet n'était pas la personne à qui avouer tout ça. La pauvre semblait déjà ne pas tout saisir de la réalité de sa relation avec Bennet. En fait, Meredith ne comprit même pas sa question.
- Pardon ?
Contre le mariage ? Mais il n'avait jamais été question de mariage entre Bennet et elle. Bennet ne voulait pas se remarier, Meredith en était pratiquement certaine, alors à fortiori avec quelqu'un qu'il n'aimait pas ...
- Je ne suis pas contre le mariage non, mais je ne vois pas le rapport ...
Tandis qu'elle parlait, les mots s'étaient espacés, et son débit verbal s'était ralenti. Si elle affirmait que Bennet et elle ne voyaient plus leur couple de la même manière, mais qu'en parallèle Georgiana lui demandait à elle si elle était opposée à l'idée de se marier, cela signifiait ... Non. C'était les errements d'une grand-mère qui ne voulait pas voir que son petit-fils était un homme particulier qui ne rentrait pas dans les cases habituelles. Une sensation oppressante l'avait pourtant étreinte, et son esprit n'avait plus fonctionné aussi vite depuis bien longtemps. Bennet était avec ses parents lors de l'accident, et n'avait aucune raison d'y être. En tout cas, pas avec sa mère. Pas si le sujet était professionnel. Et s'il ne l'était pas, cela signifiait peut-être que ...
- Non. Je vois où vous voulez en venir, mais non. Ca n'a jamais fait partie des projets de Bennet. Mme Monaghan, je suis désolée de vous dire ça mais ... Bennet n'est pas ce genre d'homme.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
No One & Everybody
Petit nouveau
avatar

ζ Messages : 36

MessageSujet: Re: Allied [PV Gran]   Dim 15 Mai - 15:01

Allied
°°°
Meredith ✧ Georgiana
Si Bennet n’avait pas survécu, la vieille femme ne s’en serait pas remise. Perdre l’un des siens lui était impensable. Perdre Bennet... Il ne passait pas avant ses fils, mais... Elle ne s’était jamais caché de cette préférence qu’elle avait pour l’architecte. Ses deux autres petits fils ne s’en étaient jamais réellement plaints car au final, elle faisait autant de bisous et de câlins aux autres. Plus, même, car Bennet n’aimait pas cela. Il n’aimait pas être tripoté et papouillé, par conte, il aimait parler. Il aimait apprendre, écouter les histoires de grandes personnes... Il avait toujours été un enfant un peu particulier, préférant rester à table avec les adultes plutôt que d’aller jouer dehors avec les copains. Pas toujours, mais souvent.
Le perdre lui aurait donc surement fait perdre aussi la tête. Il était ressorti affaibli de toute cette histoire, certes, mais vivant. Quoi de plus important ?
Meredith en semblait également convaincue et n’ajouta rien à cela.
La suite concernait la jeune femme. Sa fatigue... Elle mentionna d’ailleurs l’associé de son père, Stephen Miller. Pour en avoir souvent entendu parler, Georgiana ne l’aimait pas. C’était un homme qui semblait irréprochable comme ça mais qui avait, dans le regard, un quelque chose qui ne lui avait jamais plus. Le père de Bennet avait d’ailleurs été en contact avec lui pour la construction d’une maison. Mr Miller voulait quelque chose de très précis que l’architecte avait refusé de faire car impossible à réaliser selon lui dans les temps donnés et sur une parcelle si « petite ». Miller n’avait d’ailleurs pas eu sa demeure et le contact entre les deux hommes étaient devenu des plus froids. Quand Meredith mentionna son nom, Georgiana resta impassible.

_ « Sachez, néanmoins, que je suis là. Je sais que votre tante Ludmilla est loin, donc si vous avez besoin de réconfort, plus familial, je suis toute disposée à vous l’apporter. N’hésitez pas. » Evidemment, elle hésiterait et d’ailleurs elle ne viendrait surement pas mais c’était important de préciser qu’elle pouvait le faire sans craindre d’être repoussée. Georgiana n’avait jamais réellement été proche de Charlotte, c’en était différent avec Meredith. Tout ce qu’elle traversait était si dur et tant pis si elle avait repoussé Bennet. Elle ne l’avait pas fait par méchanceté, c’était impossible. Elle ne méritait pas d’être seule, pas dans un tel moment. Qui avait envie de se retrouver orpheline si jeune ?

La suite fut une espèce de quiproquo. Selon Meredith, Bennet et elle n’avait pas la même vision du couple. Selon Georgiana et d’après les dires de Bennet, il voulait l’épouser, donc, forcément, la jeune femme ne voulait pas se marier ?! Ou alors Bennet n’avait pas fait sa demande ? Elle ne comprenait rien, vraiment plus rien et Meredith non plus.
Elle la laissa parler. Son intérêt n’était pas de mettre Bennet à défaut s’il n’avait pas fait sa demande, mais la dernière phrase de Meredith vint, malgré elle, piquer au vif la vieille femme : « Bennet n’est pas ce genre d’homme » Oh, que si ! Avec elle, il avait voulu l’être !

_ « Il n’aura tout simplement pas eu le temps de l’être alors... N’allez pas imaginer que je parle sans être certaine de tout ce que j’avance Meredith. Si vous n’êtes pas contre le mariage et ne l’avez pas éconduit pour cette raison, que s’est-il passé ? – Je sais que cela ne me regarde pas, pourtant j’aimerais comprendre. J’aimerais l’aider, j’aimerais également vous aider. » Allait-elle tout dire à Meredith ? Non, parce qu’elle devait également protéger Bennet. Mais... Quel gâchis ! Il y avait de l’amour entre eux. Beaucoup d’amour. Le seul et peut-être même unique et vrai Amour. Bennet était très fort pour mentir à autrui mais pas à elle. Elle savait lire dans ses yeux, c’était d’ailleurs pour cette raison qu’il se tenait le plus possible éloigné d’elle en ce moment. Il n’avait aucune envie qu’elle sache réellement ce qu’il avait au fond de son cœur.

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 832
ζ Âge du personnage : 28

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: Allied [PV Gran]   Dim 15 Mai - 20:38




Meredith & Gran
If you convince me ...
Meredith ne voulait bien évidemment pas contrarier Georgiana Monaghan - elle était trop bien éduquée pour ça - mais enfin ... quand bien même elle se serait sentie au bout du rouleau, ce n'était pas à elle qu'elle aurait fait appel. Il y avait Stephen et Lynette, en premier lieu, et Charles évidemment, même s'il n'était guère présent en ce moment, monopolisé par des campagnes un peu partout dans la pays. Le fédéralisme présentait ses limites, dès lors que vous aviez trop de responsabilités. Et même si elle était loin, Meredith savait qu'elle pourrait compter sur Ludmilla ; sa tante prenait régulièrement de ses nouvelles bien que, dernièrement, l'héritière doive reconnaître qu'elle n'avait pas toujours pris le temps de répondre à ses appels. Ses grands-parents, en revanche, devaient rester en dehors de tout ça ; son grand-père paternel était trop vieux pour avoir à se faire du souci pour elle, et ses grands-parents maternels ... eh bien, disons que sa mère, peu portée sur les marques d'affection, tenait d'eux. Meredith n'avait jamais vraiment déploré l'éloignement relatif de sa famille, mais la cohésion des Monaghan l'avait fait réfléchir, et, dans une certaine mesure, rechercher un peu plus de liens. Elle avait entrepris un travail là-dessus à Noël, qui lui avait permis de se rendre compte que rien n'était figé, mais cette démarche était intervenue bien trop tard : aujourd'hui, elle ne pouvait pas compter sur eux réellement. Elle n'avait pas le droit de leur demander un soutien quelconque. Sans compter que ... jusqu'à quand était-elle sensée compter sur les autres pour pallier à ses faiblesses ?
Quoiqu'il advienne, cette fois, elle ne demanderait rien à personne. Elle devait réussir seule, et ne devoir son mérite qu'à elle-même. Et si elle échouait ... Échouer l'effrayait. Que ferait-elle si c'était le cas ? A quoi était-elle bonne ? Elle était réputée bonne pianiste, mais on ne devenait plus professionnelle à son âge. Elle donnerait raison à Bennet, en devenant bonne à rien. Elle n'était même plus bonne à coucher avec lui, il n'en voulait pas, alors ...
Comment dans ce cas croire la grand-mère de son ex-compagnon, qui était pratiquement en train de lui dire que Bennet l'aurait demandée en mariage ? Meredith était épuisée, certes, mais pas à ce point. Bennet lui avait dit qu'il ne l'avait jamais aimée, et qu'elle le dégoûtait. Qu'elle lui faisait honte. Qu'elle était une incapable. Qu'elle était trop faible pour lui. Il ne l'avait pas dit sous le coup de la colère, non, il l'avait regardée dans les yeux et lui avait annoncé ça très calmement. A ces souvenirs, Meredith sentit sa gorge se serrer ; elle le revoyait, elle revoyait sa froideur, et tous les efforts qu'elle avait faits pour ne pas craquer semblaient s'envoler. Elle avala difficilement sa salive, avant d'attraper sa tasse de thé ; il fallait qu'elle boive, pour faire passer cette boule dans sa gorge, sans quoi elle ne pourrait pas continuer cette discussion avec Georgiana. Elle ne voulait pas craquer devant l'aïeule des Monaghan, c'était hors de question.
- Je suis navrée de vous contredire mais ... non. Bennet n'a pas manqué de temps comme vous semblez le penser. Ca n'a jamais été dans ses intentions.
La demander en mariage, alors qu'il ne l'aimait pas ? Pire même, qu'il la méprisait ? Il n'avait pas été indifférent, non, il l'avait rejetée. Qui épousait une femme détestée ? ... Ou alors ... Elle n'avait jamais pensé à ça mais ... Georgiana semblait prendre un intérêt tout particulier à vouloir l'aider, et pourquoi ? Meredith avait pratiquement tué son petit-fils, après tout ! Des paroles lui revinrent en tête, prononcées par sa mère à Whistler, après qu'on l'ait enlevée et retrouvée. La mère de Bennet, désireuse de grimper dans l'échelle sociale. Ca expliquait tout, n'est-ce pas ? Maintenant que ses parents étaient décédés, la voie était libre, et elle devenait une proie bien plus intéressante, non ? Du genre qui valait la peine qu'on ne la laisse pas partir, même quand il n'y avait pas d'amour. Pourtant ... elle n'avait jamais eu cette impression en présence des Monaghan. Elle était perdue. Incapable d'accepter que Bennet ait pu mentir, mais troublée par la confiance affichée par Georgiana. Et toujours plus triste. Cette hypothèse qu'elle n'avait jamais envisagée auparavant l'abattait.
- A moins bien sûr qu'il ait estimé pouvoir passer outre son dégoût, pour des raisons qui lui sont propres.
Toute cette discussion était bien plus difficile, et bien plus intime que Meredith l'aurait supposée ; elle ne s'était pas préparée à y faire ainsi face. Dans son esprit, elle aurait eu des nouvelles de Bennet, aurait échangé quelques mots sans importance avec Georgiana, et tout en aurait été définitivement fini de sa relation avec son architecte, et les Monaghan de manière générale. Et ce, sans avoir à se poser la question de s'ils s'étaient montrés si accueillants avec elle parce qu'elle s'appelait Carmichaël. Pourquoi les conséquences de cette rupture semblaient-elles toujours plus difficiles à affronter, à chaque fois que Meredith pensait avoir vécu le plus dur ? Lentement, les larmes se mirent à couler sur ses joues, sans qu'elle puisse les retenir ; elle ne pleurait pas réellement à vrai dire, ne sanglotait pas. Seuls ses yeux se laissaient aller, comme pour lui interdire de masquer ce que cachait son coeur.
- Bennet ne m'aimait pas, et quand j'ai dû prendre la suite de mon père, je ne me suis pas senti la force de m'occuper de lui en parallèle. Je ne voulais pas qu'il se fasse du souci pour moi. Je lui ai proposé ... une pause, et j'imagine qu'il en a profité pour se libérer de ses obligations envers moi. Je lui inspire du dégoût, vous ne pouvez rien faire contre ça. Maintenant, si vous le permettez, je vais vous laisser. J'ai encore beaucoup de travail. Je vous remercie de m'avoir accordé du temps.
Meredith avait craqué - faiblesse, encore - et tout balancé dans un souffle à Georgiana. Elle avait honte de ce qu'elle avait avoué, honte de reconnaître devant la propre grand-mère de son ex-compagnon les sentiments qu'il lui portait, et ne rêvait plus que de se trouver hors de cette maison, et de ne jamais revoir un Monaghan.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
No One & Everybody
Petit nouveau
avatar

ζ Messages : 36

MessageSujet: Re: Allied [PV Gran]   Lun 16 Mai - 18:04

Allied
°°°
Meredith ✧ Georgiana
Meredith ne l’appellerait surement pas de sitôt pour obtenir un quelconque réconfort mais elle savait qu’elle pouvait le faire, au cas où. Le problème du monde dans lequel ils évoluaient ? Il fallait toujours garder la face, ne jamais montrer ses faiblesses à qui que ce soit... Les Monaghan ne fonctionnaient pas vraiment ainsi, du moins, pas au sein du clan. A l’intérieur de celui-ci vous aviez le droit d’être faible et vulnérable. Vous aviez le droit de venir quémander un câlin, le droit de verser des larmes. Le droit d’être vous-même, tout simplement. Meredith n’avait pas été élevée ainsi et puis, elle n’était pas une Monaghan et vu la tournure que les choses avaient prises avec Bennet, elle ne le deviendrait jamais. Quel gâchis.

Gran aurait très vite pu regretter ce soutien qu’elle venait de proposer à Meredith car très vite, celle-ci avait tout simplement refusé de croire ce qu’elle lui disait. Pire... Elle laissait penser que sa famille n’était pas honnête. Elle parlait sous le coup de l’émotion. Il fallait s’en convaincre afin de ne pas la ficher dehors à coups de pieds au derrière.

_ « Ca l’était Mlle Carmichael. Je lui ai moi-même donné la bague qui vous était destinée. » Non mais oh ! Il allait falloir qu’elle se rentre cela dans le crâne. Oui, Bennet voulait l’épouser ! Georgiana voulait que Meredith le comprenne, comme si c’était d’une importance capitale. Elle avait le sentiment que si elle prenait conscience de cela, alors tout rentrerait dans l’ordre. Un rêve de vieille femme très certainement mais elle n’allait pas laisser Meredith la contredire. Tout comme Bennet, Georgiana avait toujours raison.

_ « Son dégoût ? Et quelles raisons je vous prie ? » Ouhlala... Ce n’était pas gagné, vraiment pas gagné !
Bennet avait dit à Meredith qu’elle le dégoutait ?! Mais quelle petite enflure ! Est-ce qu’elle avait réellement participé à l’éducation de ce rustre ?!
Et puis... De quelles raisons Meredith pouvait-elle bien vouloir parler ? Les soucis de statut social et les angoisses liées à cela n’était pas énormément ressenties par la matriarche. C’était plutôt le problème de Vivian alors sa belle-mère ne comprit pas vraiment où Meredith voulait en venir. Elle savait qu’elle insinuait quelque chose de très négatif, mais quoi exactement ? Bennet en aurait voulu à son argent ? Impossible. Il aurait préféré mourir dans un caniveau, sans le sous, plutôt qu’avoir à demander un centime à qui que ce soit. Comment Meredith, en le connaissant comme elle le connaissait, pouvait-elle penser le contraire ?

_ « Quand il est en colère, il ne faut pas croire un mot de ce qu’il dit Meredith ! Il a été blessé. Plus que vous ne le pensez peut-être alors il s’est défendu comme il le pouvait. Je n’excuse pas son comportement, mais j’en suis certaine, il n’a jamais ressenti aucun dégoût vous concernant. Il fait me croire Meredith, je le connais mieux que personne... Tout ce qu’il vous a dit sous le coup de la colère n’était que mensonge. » Elle avait en face d’elle une jeune femme en larmes.
Elle s’approcha d’elle pour lui prendre les mains. Elle aurait tant voulu la convaincre. Tant voulu que son petit-fils ne soit pas ce qu’il était... Elle n’avait même plus de mot pour dire ce qu’elle pensait de lui à l’instant. Elle était déçue. Même avec elle, avec Meredith, il avait agi comme un muffle. Elle aurait du mal à le comprendre.

_ « Ne le croyez pas. Je l’ai vu vous regarder à Noël, vous dévorez du regard, sourire rien qu’à l’évocation de votre prénom. Il n’y avait aucun dégoût là-dedans. Je l’ai eu au téléphone quelques jours avant l’accident, il avait pris sa décision et allait vous demander de l’épouser. Aucune autre raison à cela que l’amour qu’il vous portait. Il n’a pas eu le temps de vous en parler avant et de toute façon, pensez-vous sincèrement qu’un homme comme lui aurait abordé le sujet du mariage autour d’un dîner banal ? Il vous aurait fait une surprise. Je suis désolée que ça n’ait pas marché. Désolée de devoir remuer le couteau dans la plaie mais je ne peux pas vous laisser croire qu’il ne vous aimait pas. C’est faux. Peu importe ce qu’il a pu vous dire, c’est faux. » Meredith voulait partir. Georgiana avait tout donné. Elle n’allait pas se répéter encore et encore... Elle lâcha les mains de Meredith et finit par ne plus la fixer comme elle l’avait fait durant son monologue. Si elle voulait partir, elle était libre.
Geaogiana aussi avait le cœur brisé maintenant. Pas autant que les deux amants, évidemment, mais de gâchis qu’elle avait sous les yeux lui faisait extrêmement mal. Bennet avait eu la chance d’être heureux mais il avait tout envoyé valsé. Jamais il ne retrouverait ce qu’il avait eu avec Meredith, jamais... Son petit-fils serait condamné à rester seul toute sa vie... Georgiana ne laisserait pas faire ! Il allait entendre parler d’elle, et plus tôt qu’il le pensait !

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Allied [PV Gran]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Allied [PV Gran]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gran Premier Miguel Indurain (HC) --> Jeundi 20H
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Fok Malere Ta Sispand Grennen Timoun Pou Mize sa Diminye
» gran-gran papa maurice ekri yon liv:::
» Haitian Farmers Reject Monsanto Donation. Bravo CHAVANNES.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blackcomb Scandals :: 
Et pour se distraire
 :: 
Les archives rpgiques
-
Sauter vers: