Vous êtes inscrits sur PRD ? Alors passez de temps en temps dans la FICHE DU FORUM pour y laisser un petit mot !
N'oubliez pas, toutes les 2h un clic sur les top sites en page d'accueil. C'est important pour faire grandir le forum !

Partagez | 
 

 We have something to tell you || Amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 604
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: We have something to tell you || Amour   Mer 1 Juin - 20:16

Revelation
°°°
Meredith ✧ Bennet
Ce soir, c’était le grand soir, Meredith et Bennet allaient annoncer à la famille de ce dernier que 1°) ils s’étaient réconciliés, 2°) ils s’étaient mariés en secret loin de tout et surtout loin des Monaghan... L’état d’esprit de Bennet ? Autant dire que la cigarette électronique de Meredith ne suffisait pas ce soir et qu’il était bien heureux d’avoir une terrasse pour ne pas enfumer tout son appartement.
Même s’il ne disait pas grand-chose à Meredith, il ne restait pas assis comme il le faisait en général en lisant les dernières news sur son I-pad ou en consultant des articles sur l’architecture d’intérieur en Mongolie... On n’est jamais trop surpris des endroits insolites où trouver l’inspiration !
Quand Meredith arriva dans le salon alors qu’il revenait de la terrasse il la regarda en serrant les lèvres l‘air pensif.

_ « Peut-être une autre robe ? Ou... » Ou rien. Elle était parfaite et il le voyait très bien. Sa robe était tout ce qu’il fallait pour ce genre d’occasion. Ni trop habillée ni pas assez. Ils avaient décidés de faire le dîner chez eux plutôt que dans un restaurant. Plus discret. Il avait confiance en sa gouvernante pour ne rien dire et même le portier qui depuis leur retour de Boston ensemble, avait toujours su garder toute sa discrétion. Même si des rumeurs couraient sur le fait qu’ils soient à nouveau ensemble, il n’y avait aucune certitude là-dedans et personne n’aurait pu supposer qu’ils étaient mariés. Enfin... Non... Sauf que les bagues ne pourraient pas être convenablement cachées ad vitam aeternam. Bennet pouvait le faire puisqu’il ne quittait la chemise que pour dormir, mais Meredith ? Les décolletés, les robes d’été, les blouses... Voilà pourquoi Bennet voulait le dire rapidement à ses parents pour ne pas que ceux-ci puissent l’apprendre bêtement et surtout de la bouche, ou l’encre, d’un inconnu.

________________________________________

Quelque part sur Park avenue, dans une berline aux vitres teintées.

_ « Tout ça est quand même très curieux, il ne nous invite jamais chez lui... Il a parlé de « nous » avec Meredith. » Vivian Monaghan n’était pas particulièrement ravie du retour dans la vie de son fils de celle qui l’avait rendu si malheureux.
Depuis l’invitation de Bennet à venir dîner chez lui, elle ne cessait de retourner la situation dans sa tête sans être certaine de trouver le fin mot de l’histoire. Pourquoi tant de cérémonie si c’était pour leur dire qu’ils se revoyaient ? Certes l’architecte était très à cheval sur les bonnes manières et respectueux de prévenir les siens quand un changement notable dans sa vie se faisait, mais là, pour si peu... Non. Ce n’était pas ça. Des fiançailles ? ... Non, non... Il n’était pas stupide à ce point. Se fiancer une semaine après avoir retrouvé son ex. Bennet n’aurait jamais fait ça ! Une installation ? Peut-être allait-il retourner au Canada ? Plus loin et Meredith serait là en tant que patronne ?
Se creusait les méninges sans jamais être satisfaite des réponses qu’elle trouvait. Son mari et Georgiana restaient plus silencieux sans pour autant sembler particulièrement curieux de la situation. Voilà, comme toujours c’était Vivian qui s’inquiétait pour son fils. Sa belle-mère avait beau être très présente dans la vie de Bennet, elle ne serait jamais sa mère.

Le trio finit par arriver sur la cinquième avenue à la hauteur de l’immeuble de Bennet. Georgiana descendit en premier, puis Vivian et enfin son mari. Ils montèrent. Ce fut la gouvernante qui leur ouvrit la porte et très vite, Bennet arriva.
Il avait bonne mine. Beau comme avant. Ce fut d’ailleurs la première chose qu’elle pensa en le voyant : « Ce que mon fils est beau. »
Meredith arriva à sa suite.
Vivian ne s’occupa que de Bennet. Sa belle-mère et son mari étant de toute façon en train de saluer l’héritière.

_ « Tu as bonne mine. – Tu as pris le soleil ? » Elle le serrait dans ses bras, heureuse de le voir ainsi avec nettement moins de cernes sous les yeux et un teint légèrement hâlé. Nettement moins pâle que celui qu’il avait à Boston où il aurait pu faire rager de jalousie un zombie.

_ « Oui. Nous... Avons pris quelque jours... Venez. » Ah ! Il prenait des jours, très bien. Enfin « ils ». Toujours ce « nous ».
Il la conduisit vers Meredith pour que les deux femmes se saluent. Vivian lui sourit sans pour autant réellement prendre la peine de feindre une quelconque sympathie envers la jeune femme. Elle l’avait dans le collimateur. Point.

_ « Mlle Carmichael... » Elle avait vue Georgina la prendre dans ses bras et lui dire qu’elle avait elle aussi bonne mine. Qu’elle était radieuse et que c’était un plaisir de la voir ainsi. Son mari, égal à lui-même s’était montré agréable et plus timide.
Vivian remarque également le clin d’œil que Georgiana fit à Bennet alors qu’il venait de lui murmurer quelque chose à l’oreille.
Vivian n’avait jamais été jalouse de la relation entre son fils et sa grand-mère mais parfois, cela l’agaçait, comme maintenant. Clairement, l’aïeule savait des choses qu’elle ignorait et cela la frustrait. Dans l’instant en tout cas puisqu’elle avait un mauvais pressentiment quant au réel motif de leur venue.

________________________________________

Bennet était réellement dans ses petits souliers. Si sa grand-mère semblait ravie d’être là, tout comme son père, sa mère, elle, ne semblait pas aussi convaincue que les autres.
Si elle avait retrouvé son fils en le serrant dans ses bras et en lui disant qu’elle appréciait sa mine, elle n’avait pas été aussi sympathique avec celle qui depuis peu était devenue sa belle-fille.
L’architecte n’avait jamais réellement craint sa mère. Elle lui passait toujours tout et l’épaulait, coûte que coûte dans tout ce qu’il faisait. C’était de sa grand-mère qu’il avait peur. Elle et son père poussait des gueulantes que même lui redoutait. Pourtant... Ce soir, c’était bien Vivian qui lui faisait grincer les dents. Il le savait, elle n’était plus si fan de Meredith depuis leur rupture. Elle avait pris parti et évidemment, Bennet remportait la bataille. En parfaite mère poule/louve/italienne/juive, elle n’acceptait pas que quiconque puisse faire souffrir son fils.
Après un accueil chaud puis froid suivant les personnes embrassées, ils passèrent tous au salon où ils allaient pouvoir commencer par prendre un verre. Parler légèrement pour comment et en venir finalement à la raison de la visite de sa famille chez lui. Bennet, stratégiquement, s’était placé aux côtés de son épouse, face au reste du monde.

_ « Nous sommes ravis que vous ayez accepté l’invitation... Meredith et moi avons quelque chose à vous dire... » Il lui avait pris la main pour se donner du courage et montrer qu’ils étaient bel et bien de retour ensemble et heureux... Fffff ... Courage !

© Starseed

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 815
ζ Âge du personnage : 27

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: We have something to tell you || Amour   Mer 1 Juin - 22:22




Mernet
Oh boy
Meredith n'avait finalement quitté ni New York, ni son poste de PDG de Carmichaël Resort, hormis pour quelques jours de rêve en Italie. Ce n'était pourtant pas gagné d'avance : ce soir-là, quand Bennet lui avait forcé la main pour des fiançailles décevantes au possible, l'héritière n'aurait jamais imaginé ce qui l'attendait sur les bords du lac Côme. Une vraie demande un mariage, une bague de fiançailles superbe et, dans la foulée, une robe blanche, des voeux et une alliance. Ils s'étaient mariés là-bas, juste tous les deux, sur ce qui pour Meredith restait un coup de tête, en dépit de tout le soin que Bennet y avait apporté. Dire que ça ne faisait même pas une semaine ... Il y a moins d'une semaine, Bennet, son compagnon qui ne laissait rien au hasard, l'avait demandée en mariage et l'avait épousée loin de tout et de tout le monde. Elle ne le regrettait pas une seconde, bien au contraire. Elle avait compris qu'il était l'homme de sa vie, et, s'il en allait de même pour lui vis-à-vis d'elle, pourquoi attendre ? Pour organiser une union en bonne et due forme, devant tout le gratin new yorkais ? L'un n'empêchait pas l'autre, ils en avaient d'ailleurs parlé, et convenu qu'une cérémonie début septembre, quand tout le monde rentre des Hamptons, serait parfaitement adaptée. Jusque-là ... jusque-là Meredith avait demandé à Bennet de garder un strict secret quant à cette union. Elle voulait la savourer seule, comme si le fait de ne pas partager avec leurs connaissances ce mariage le rendait encore plus beau.
Certains, néanmoins, avaient le droit de savoir ; Meredith et son nouvel époux s'étaient entendus sans grandes difficultés sur ce sujet. Leurs familles devaient savoir. Du côté de l'héritière, ce serait rapide : avec le décès de ses parents, elle avait décidé de n'en parler qu'à son grand-père paternel, et à Ludmilla. La question de ses grands-parents maternels n'étaient pas totalement résolue, cela dit. Bennet, de son côté, souhaitait prévenir ses parents et sa grand-mère. Ce soir, en l'occurrence.
L'héritière y avait pensé toute la journée, non sans une certaine appréhension. Georgiana soutenait leur couple, c'était acquis, mais au point d'accepter un mariage en secret ? N'aurait pas préféré quelque chose de plus conventionnel ? Richard, le père de Bennet ... Meredith le connaissait finalement trop peu pour imaginer ce qu'il pourrait en penser. Il lui avait toujours fait l'effet de quelqu'un d'assez doux et facile à vivre, mais allez savoir ... Celle que Meredith craignait le plus restait la mère de Bennet, Vivian. Les deux femmes ne s'étaient somme toute que peu vues,  et le courant n'était pas forcément passé aussi facilement qu'avec Georgiana. Sans compter le coma de Bennet ... Meredith savait que Vivian lui avait reproché son attitude. Elle imaginait sans mal ce qu'elle pouvait penser de leur rupture.
Tout cela avait laissé la PDG de CR avec quelques difficultés à se concentrer au travail. Elle s'était même changée les idées en allant faire du shopping, pour la première fois depuis le décès de ses parents, pendant sa pause déjeuner. Elle s'était trouvée une jolie robe corail, qu'elle avait décidé de porter le soir-même avec ses chaussures de mariage. Harper lui avait également obtenu en urgence un massage dans un spa qu'elle fréquentait souvent, et où elle s'était rendu avant de rentrer à l'appartement de Bennet, qui serait désormais le leur. Il faudrait d'ailleurs que tous les deux décident quoi faire du penthouse de ses parents ... Meredith n'était pas certaine de vouloir le conserver.

En arrivant chez eux, elle trouva Bennet en train de fumer sur la terrasse. Elle sortit pour le saluer et lui dire qu'elle allait se changer rapidement, ce qu'elle fit avant de le rejoindre à nouveau. Pour une fois, elle n'avait rien dit sur les cigarettes. Elle comprenait sans peine qu'il se sente stressé, c'était son cas également. Quand il l'observa dans sa nouvele robe, elle tourna sur elle-même pour la lui montrer, un peu déçue qu'il commence par lui suggérer de changer, avant de se reprendre un sourire aux lèvres. Le stress ... Ce stress qui ne fit qu'augmenter quand la famille de Bennet fut là.
Les retrouvailles avec Georgiana furent particulièrement cordiales pour la nouvelle Mme Monaghan, les deux femmes prenant le temps d'échanger quelques mots sur la bonne mine retrouvée de Meredith. L'Italie, sans aucun doute. Et Bennet, surtout. Richard se montra également agréable, quoique moins à l'aise peut-être que sa mère ; Meredith pouvait le comprendre sans peine, elle non plus ne se sentait pas totalement libérée.
Quand arriva le tour de Vivian, en revanche ... Meredith sut tout de suite qu'elle avait eu raison de craindre la mère de son mari : elle n'avait même pas fait l'effort, devant son fils, de se montrer un tant soit peu sympathique. L'héritière l'encaissa tant bien que mal, essayant de ne pas se laisser déstabiliser, et lui répondit tout de même pas un sourire poli, et qu'elle voulut respectueux. En parfaite hôtesse, elle les invita à passer au salon, où Bennet et elle s'installèrent face aux autres Monaghan. Là, Meredith laissa son conjoint prendre la parole. Ce n'était pas à elle d'annoncer les choses, mais quand son architecte, de but en blanc, leur dit qu'ils avaient quelques chose à leur annoncer, elle rougit. C'était assez brutal comme entrée en matière, non ? Elle ajouta, d'une petite voix Rien de grave, rassurez-vous. Bennet joue avec vos nerfs. Ou avec les siens ... Sa remarque lui avait paru idiote, à peine elle la prononçait. Evidemment, que ce n'était pas grave, sans quoi Bennet n'aurait pas dit qu'ils étaient ravis ...
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 604
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: We have something to tell you || Amour   Jeu 2 Juin - 22:29

Revelation
°°°
Meredith ✧ Bennet
Son épouse l’avait laissé en paix alors qu’il tentait au mieux de gérer son stress avant l’arrivée de sa famille. Elle n’avait rien dit alors qu’il fumait. Rien dit non plus quand il avait émis l’hypothèse que sa robe n’allait pas. Elle le laissait sans essayer de lui changer l’esprit et c’était exactement ce dont il avait besoin. Se gérer tout seul et attendre en faisant ce qu’il avait envie de faire. Qu’on le laisse dans sa bulle.
De son côté, Meredith devait elle aussi être assez angoissée mais elle ne le montrait pas à Bennet. Malheureusement, il aurait eu du mal à la rassurer... Pour autre chose il savait se montrer présent, mais là... C’était trop. Sa mère allait être furieuse, son père mutique et sa grand-mère... Il n’en savait trop rien. Elle voulait voir Bennet et Meredith se réconcilier mais le faire à ce point ? ... Allez savoir. Si Georgiana pouvait parfois sembler Rock’n’Roll, elle était tout de même très à cheval sur ce qui se faisait ou non, et là, un mariage en secret et en « coup de tête », cela ne faisait peut-être pas parti de ce qui était acceptable pour la vieille femme.
Pour revenir sur cette histoire de « coup de tête ». Cela en était peut-être un pour Meredith mais ça ne l’était pas pour son mari. Bennet pensait à l’épouser depuis que sa grand-mère lui avait donné sa bague de fiançailles. Certes, il y avait eu une rupture qui était venu entacher leur parfaite idylle, mais puisqu’il l’aimait toujours et qu’il avait plus ou moins compris qu’elle avait commis une énorme erreur en lui demandant une pause, il pouvait s’unir à elle. Il n’avait aucune souci de confiance, l’amour n’avait jamais été plus fort, il était certain de cela et certain du fait qu’elle était LA bonne alors pourquoi attendre ? Pourquoi continuer à se faire souffrir et risquer de la perdre ? Pour l’architecte le mariage était un engagement très important. Oui, il en avait déjà vécu un qui s’était mal terminé mais ici, cela n’avait rien à voir avec le précédent. Epouser Meredith était une évidence et à vrai dire, si on lui avait demandé de l’expliquer, il aurait été très embêté. Peut-être était-ce même un besoin. Ce besoin qu’elle finisse par porter son nom. Qu’elle soit liée à lui par quelque chose de bien plus fort qu’eux. Voilà pourquoi il avait tenu à ce que ce mariage soit religieux avant tout.
Il était en train d’essayer de comprendre tout cela quand la gouvernante l’avait appelé pour lui dire que les Monaghan étaient là.
Si les regards de sa mère étaient toujours doux quand ils lui étaient adressés, c’était autre chose concernant Meredith. Elle la regardait sans prendre la peine de sourire... C’était pire que ce qu’il craignait. Il espérait que sa mère fasse un effort... Non.

Une fois assis dans le salon, il ne tarda pas à se lancer. Autant crever l’abcès rapidement surtout que sa famille n’était pas extrêmement patiente. Ils savaient qu’ils étaient venus pour apprendre quelque chose, autant le leur dire tout de suite et passer ensuite à autre chose ! Bennet... Ce grand optimiste.
Quand Meredith prit la parole après lui, son père se figea et arqua un sourcil en la regardant. Georgeana lui sourit de façon très douce et Vivian, elle, lui jeta un regard de dédain impressionnant. Ce regard ne lui était pas destiné mais il eut tout de même envie de se cacher dans un trou. C’était donc cet effet que pouvait faire ce genre de regard sur quelqu’un qui n’y était pas préparé... Il comprenait mieux maintenant pourquoi il impressionnant tant les inconnus ! Les chiens ne font pas des chats... Si seulement Vivian avait été un peu plus comme sa belle-mère ici.
Il sourit nerveusement et de façon très peu naturelle et se lança. Il serra un peu plus fort la main de Meredith alors qu’il repris la parole.

_ « Comme vous l’avez constaté, Meredith et moi nous sommes réconciliés. Nous... Vivons ensemble. Et, et... P... Plus encore, nous nous sommes unis le week-end dernier, en Italie. Nous sommes mariés. » Il n’y eut face au couple aucune réaction immédiate de la part de la famille. Son père arqua tout de même son deuxième sourcil. Georgiana les regarda l’un après l’autre au plusieurs reprise et Vivian, elle, resta immobile.

_ « ... Ce qui est une bonne nouvelle... » Il sourit pour se convaincre et convaincre Meredith qu’il regarda puis sa famille. Il parfait à la fois vite et lentement. C’était assez particulier à vrai dire. Il avait bafouillé avant.
Finalement, sa grand-mère se leva, lui aussi et elle vint plus près d’eux.

_ « Eh bien mes enfants, vous ne faites pas les choses à moitié. Félicitations je suppose ! Je ne suis guère fan de la forme de ce mariage mais je suis néanmoins ravie pour vous deux. Vous le méritez. Vous méritez d’être heureux ensemble. » Elle attrapa Bennet qu’elle embrassa rapidement avant de le « jeter » pour prendre Meredith dans ses bras et la serrer fort contre elle.

_ « Bienvenue dans la famille Meredith. » Ce fut ensuite au tour de son père de les féliciter mais du bout des lèvres. Son fils le connaissait suffisamment bien pour savoir que sans la réaction de son épouse, il était très, très ennuyé de la tournure que les évènements pourraient prendre. Ce n’était pas qu’il n’avait pas d’avis car à voir ses yeux, il était plutôt satisfait de ce qu’il entendait. C’était surtout qu’il savait que son épouse, elle allait forcément finir par exprimer le fond de sa pensée et qu’à ce moment-là, plus personne ne sourirait.
Richard embrassa donc également Meredith et Bennet. Leur souhaitant tout le bonheur du monde et bienvenue parmi les Monaghan à Meredith.
Vivian n’avait toujours pas bougé. Ses lèvres étaient pincées, elle avait le dos si droit que Bennet se demandait si elle n’avait pas mis une batte de baseball le long de sa colonne vertébrale pour pouvoir venir les assommer...

_ « Mère ? » La vitesse avec laquelle son regard se tourna vers lui lui donna envie de se jeter par la terrasse et d’embarquer Meredith avec lui.

_ « Es-tu inconscient Bennet ?! Et vous, êtes-vous tous aveugle ? Quand penses-tu qu’elle te quittera à nouveau ? Hein ? Quand Mlle Carmichael ? A son prochain souci de santé ? Il a dix ans de plus que vous. Il ne se ménage pas. Il fume, il boit, il a une condition cardiaque fragile ! Vous allez encore lui tourner le dos dès qu’il faiblira ? C’est ce que vous faites... – Tu épouses une jeune femme qui, alors que tu es au plus mal, en rajoute une couche en te quittant ?! – Non, ce n’est même plus de ‘inconscience à ce niveau-là, c’est de la bêtise Bennet ! – Je ne suis pas d’accord avec ce mariage ! Je ne vous apprécie pas Mlle Carmichael. Pas après ce que vous avez osé lui faire. Il a failli mourir à cause de vous ! »

_ « Vivian ! »

_ « Oh je vous en prie Georgiana ! – Vous étiez au courant n’est-ce pas ? Elle a votre bague ! Evidemment... Elle a votre bague. »

_ « Je l’ai offerte à Bennet à Noël oui, dans l’idée qu’il demande un jour Meredith en mariage. Je fais encore ce que je veux de mes bijoux ! » Bon... C’était surement pire que ce à quoi il s’attendait. Sa mère ne laissait réellement le temps à personne de lui répondre. Elle faisait comme il faisait finalement, elle disait tout ce qu’elle avait à dire avant de... Se taire dans le meilleur des cas. Partir, dans le pire.

_ « Bennet est mon fils ! J’aurais aimé que nous soyons informés de ce genre de décision ! – Un mariage en secret Bennet ! Mais à quoi pensais-tu ? Après tout, TOUT, ce qui a été dit partout sur vous ?! Après cette rupture dont tout le monde a parlé. [...] Tu es aveuglé par sa beauté Bennet, je te connais. C’est ce qui te fait oublier le reste. Pourtant, tu le sais, elle ne saura pas rester près de toi toute ta vie. – C’est ce qu’un mariage signifie Mlle Carmichael, rester avec l’autre toute sa vie, pour le meilleur et pour le pire. On n’abandonne pas l’homme que l’on aime quand celui-ci est au plus mal ! C’est ce que vous avez fait et que vous referez très certainement  à la première occasion venue ! » Elle en revenait à cela parce que c’était, comme pour Bennet à l’époque, ce qui l’avait marquée. Oui, Meredith avait sacrément merdé à ce moment-là. Le quitter alors qu’il se réveillait du coma, peu judicieux, certes, mais elle avait été mal conseillée. Il le savait maintenant et puis, il était certain de leurs sentiments à tous les deux. Sa mère s’angoissait pour rien.

_ « Meredith avait à gérer beaucoup trop de choses. Elle a été très mal conseillée. Elle a commis une erreur Mère. – Je vous en prie, ne le prenez pas ainsi. [...] Nous sommes amoureux et certains de ce que l’on éprouve l’un pour l’autre. Je ne suis aveuglé par rien du tout, j’ai pardonné. J’ai écouté. Ecouté, elle et mon cœur. Elle est ma moitié Mère. S’il vous plait... » Elle était en train de récupérer son sac, son manteau... Bennet tentait doucement de la retenir par le bras...

© Starseed

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 815
ζ Âge du personnage : 27

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: We have something to tell you || Amour   Sam 4 Juin - 11:17




Mernet
Oh boy
Jamais encore Meredith ne s'était sentie aussi mal à l'aise que là, dans son salon. Bennet était pourtant à côté d'elle, ce qui, en temps normal, suffisait à la rassurer. Aujourd'hui, cela ne fonctionnait pas. Peut-être parce que c'était justement sa relation avec son mari qui était la cause de cette gêne. Face à l'héritière, Georgiana et Richard étaient calmes mais Vivian ... Au regard qu'elle lui avait lancé après sa maladroite intervention, Meredith aurait voulu pouvoir se terrer dans le sol, loin de tout. C'était une sensation tellement étrange, pour elle qu'on ne prenait jamais en défaut. Bennet l'avait parfois faite se sentir ainsi, à mi-chemin entre honte et malaise ; les chiens ne font pas des chats, c'était ça, l'expression ? Elle comprenait en tout cas de qui son conjoint tenait les aspects les moins sympathiques de sa personnalité. Même lui n'était pas à l'aise en cet instant, à tel point qu'il en bafouillait. En temps normal, tout en se retenant de le lui dire, Meredith aurait trouvé ça absolument adorable ; elle aimait la confiance en lui qu'il affichait toujours, mais voir apparaître ses failles, de temps en temps, lui faisait fondre le coeur. Là, rien ... juste l'inquiétude des réactions. Il avait choisi de tout balancer si brutalement ! Les Monaghan en étaient d'ailleurs soufflés et, pendant quelques secondes, un silence de plomb tomba sur le salon, jusqu'à ce que Bennet se sente le besoin de meubler ce vide gênant. Un point partout sur les remarques hors de propos ...
Georgiana fut la première à réagir et se lever pour s'approcher d'eux. Dans la foulée de Bennet, Meredith se sortit elle aussi du canapé. Bon ... avec la matriarche de la famille de son mari, les choses allaient passer. Que leur manière de se marier ne lui convienne pas ne surprenait pas Meredith mais enfin, sa façon de les serrer tous les deux dans ses bras ne trompait pas. L'héritière eut un sourire ravi à ses mots d'accueil.
- Je vous remercie. Pour tout.
Richard également, bien que plus pudiquement que sa mère, les félicita et lui souhaita la bienvenue dans la famille. Restait Vivian. Celle qu'évidemment les nouveaux époux craignaient. A raison. Sa réaction mortifia Meredith, qui se laissa retomber dans le canapé, ne sachant plus où poser son regard.
Sa nouvelle belle-mère était en train de l'incendier, lui rappelant tout ce qu'elle avait fait - ou n'avait pas fait - pendant les semaines de rétablissement de Bennet. Meredith, qui s'en faisait pourtant toujours le reproche, prit cette vindicte comme une injustice. Elle avait commis une erreur, elle avait des circonstances atténuantes pour ce qu'elle avait fait et, si Bennet avait pu le lui pardonner, elle ne méritait pas que d'autres continuent à lui en vouloir. Le rejet de la mère de son mari la blessait, et l'inquiétait. Elle connaissait la valeur de la famille pour son époux, et si ... Quel était l'avenir de leurs noces s'ils ne pouvaient pas avoir le soutien d'une des personnes les plus importantes de sa nouvelle belle-famille ?
Ce qui était étrange, également, était de se trouver prise en défaut. D'être celle qui n'était, aux yeux de Vivian, pas digne de Bennet. Jamais encore elle n'avait vécu une telle situation. Habituellement, les gens n'étaient pas dignes d'elle, et non le contraire. Avec son excellente éducation, son pedigree impeccable, et son élégance, elle avait toujours fait l’unanimité.
Bennet la défendait, disant encore de si jolies choses sur elle, mais elle ne les entendit pas vraiment. Vivian s'était levée pour quitter le salon, son fils sur les talons essayant de la retenir. C'était pire que tout. Cette soirée s'annonçait une catastrophe en règle, et elle ne savait pas quoi faire pour inverser la tendance. Revenir sur ce mariage était évidemment hors de question. C'était leur choix de vie, à Bennet et elle et, comme il le disait, ils étaient certains de leurs sentiments. Elle voulait faire sa vie avec lui, se lever chaque matin à ses côtés, qu'il soit la dernière personne qu'elle verrait avant de dormir. Elle ne voulait plus le quitter, ne serait-ce qu'un instant de trop.
Georgiana n'était plus là, quand elle releva la tête. Face à elle subsistait seulement Richard, qui ne semblait pas plus à l'aise qu'elle. Dépitée, Meredith glissa.
- Je ne peux pas lui en vouloir ... je me fais les mêmes reproches chaque jour.
Bennet lui avait pardonné. Elle, non. Il faudrait du temps pour ça, quelles que soient les circonstances dans lesquelles elle avait agi.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 604
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: We have something to tell you || Amour   Dim 5 Juin - 14:05

Revelation
°°°
Meredith ✧ Bennet
Se faire pourrir comme ça par sa mère n’était pour ainsi dire jamais arrivé à Bennet. Jamais auparavant il ne l’avait déçue. Sauf aujourd’hui... Il avait l’impression d’être un petit garçon idiot qui aurait accepté le bonbon d’un inconnu et se serait fait enlever. Ce n’était pas commun comme sentiment. Il avait d’un côté cette certitude de ne pas s’être trompé en épousant Meredith et de l’autre, une espèce de regret lié à ce que sa mère leur balançait en plein visage. « Quand Meredith allait-elle à nouveau lui tourner le dos ? » Jamais. Ils se l’étaient promis et ils s’aimaient. Ils s’aimaient d’un amour que peu de gens connaissaient. Peut-être était-ce pour cette raison que sa mère ne pouvait pas comprendre leur décision ? Il n’était finalement pas surpris qu’elle réagisse ainsi et dise ce qu’elle disait mais il n’avait pas imaginé que le tout soit fait avec tant de « violence ».
Allait-il douter pour autant de son mariage ou de l’implication réelle de Meredith en celui-ci ? Non. Même pas. Sa mère n’avait plus de tel pouvoir sur lui. Avant peut-être et s’il s’était agi d’un autre sujet, peut-être également, mais là... Ce n’est pas le doute qui l’envahit mais plutôt la tristesse de ne pas être compris et soutenu par la première femme de sa vie. Il avait l’impression qu’un choix allait lui être demandé, un choix qu’il aurait été incapable de faire. Ou si... Il l’aurait fait mais à quel prix ? Tourner le dos à sa mère l’aurait forcément brisé. Ce serait Meredith qu’il choisirait. Meredith qu’il avait d’ailleurs laissée en retrait pour suivre Vivian et tenter de la faire rester.

_ « Mère, je vous en prie. Ne le prenez pas ainsi. – Faites-moi confiance, faites-nous confiance. Meredith est toute ma vie. [...] Vous vouliez que je tombe amoureux, que je me remarie, que je sois heureux, c’est le cas. Elle me rend meilleur et malgré les épreuves, je sais que plus jamais on ne se quittera. Donnez-lui du temps, elle vous prouvera que vous n’avez rien à craindre pour moi. »

_ « Ce qu’elle t’a fait n’est pas pardonnable Bennet. Tu es peut-être capable de le faire, mais pas moi. Je n’ai pas confiance en elle. Elle n’a aucune idée de ce que c’est que d’être dévoué aux siens. [...] Je n’ai aucune envie de célébrer quoi que ce soit ce soir. »

_ « Ce n’est pas ce que je lui demande. Ce n’est pas ce qu’est notre couple. Je ne veux pas qu’elle s’occupe de moi... Comme vous. C’est mon épouse, pas ma mère. Je veux la voir s’épanouir à mes côtés mais pas en vivant pour moi... Je comprends vos craintes mais plus jamais nous ne nous déchirerons comme nous l’avons fait. Tout ça est derrière nous... » Ce qu’il disait était peut-être en contradiction avec ce qu’il avait pu faire ajouter comme clauses à leur contrat de mariage mais il le pensait. Certes, il était hors de question que Meredith passe plus de 48h loin de lui mais en même temps, il voulait la voir grandir encore et encore. S’épanouir professionnellement. La voir accomplir de nouveaux défis. La voir s’amuser, la voir prendre du bon temps, s’investir dans tout ce qui pourrait lui donner le sourire... Oui, il y avait dans ce mariage quelque chose de l’ordre de la possession. Elle était à lui, sa femme, à lui rien qu’à lui, pourtant, il voulait aussi qu’elle évolue de son côté parce que c’était ainsi que les choses fonctionnaient. Il serait d’ailleurs d’autant plus fier d’elle. Il serait le premier témoin de son évolution et rien ne pourrait lui donner plus de plaisir. Il avait envie d’être pour elle la source principale de son bonheur, certes, mais pas la seule et unique source de celui-ci. Finalement, c’était comme si le mariage lui permettait de rééquilibrer son sens des relations. Si avant il avait été seul maître de toutes les décisions concernant leur couple, aujourd’hui ils étaient deux. Elle était son égale. C’était assez nouveau pour lui mais pas désagréable, loin de là.

_ « Restez, s’il vous plait. » Il aurait tant voulu que les choses se passent autrement. Sa mère venait pourtant d’enfiler la seconde manche de son manteau et lui disait non de la tête.
Elle le serra néanmoins dans ses bras avant de s’engouffrer dans l’ascenseur.

_ « Je vais... Réfléchir à tout cela. Pour toi... Mais elle... Elle n’est pas digne de l’amour que tu lui portes. » Meredith pas digne de quelque chose ? C’était une première. Vivian allait réfléchir. Comme son fils elle avait besoin de calme pour le faire, d’accord. Celui mit tout de même un coup à Bennet qui préféré s’isoler quelques minutes dans la cuisine pour fumer. Sa grand-mère ne tarda pas à le rejoindre.

____________________________________

Dans le salon, Meredith était restée seule avec Richard. Le père de l’architecte était quelque peu gêné par la réaction de son épouse mais cela ne l’étonnait pas. Leur fils, marié à une jeune femme qu’elle l’appréciait pas vraiment, marié en secret après qu’elle lui a brisé le cœur... Oui, Vivian était furieuse.
Pourtant, elle avait fondé à la « belle époque » beaucoup d’espoir en ce couple que Meredith et Bennet formaient. Cette jeune femme était parfaite aux yeux de la mère de l’architecte. Excellent pedigree, très bonne éducation, intelligente, belle, fortunée (bien que son argent ne soit pas quelque chose de convoité par Vivian. Sa fortune faisait surtout d’elle l’un des meilleurs partis du pays et c’était son fils qui l’avait. Magnifique). Puis voilà, il y avait eu l’accident. Le coma, le réveil, l’abandon de la jeune femme, les problèmes de santé de leur fils, sa descente aux enfers. Il ne fallait pas croire que Richard était passé à côté de tout cela et que ça ne l’avait pas marqué. Tout comme son épouse il s’était inquiété pour son fils. Le laissant gérer son « deuil » comme il le voulait mais craignant le pire. Ne sachant pas non plus comment lui parler. Quand il était plus jeune il y arrivait bien mieux... En fait, il n’avait de discussion avec son fils que pour remettre les points sur les « i ». Sa mère et sa femme s’occupaient du reste, les câlins etc...
Il soupira alors que Meredith tentait de s’expliquer ou de s’excuser. Est-ce que Richard lui en voulait ? Non. Ce qui devait arriver arriva, point. Bennet avait eu une crise cardiaque après s’être disputé avec elle, certes, mais cela aurait très bien pu arriver autrement.

_ « Je ne crois pas que vous ayez une quelconque culpabilité à ressentir concernant les problèmes de santé de Bennet. Ça devait arriver. C’est tout, mais c’est gentil à vous de ne pas en vouloir à mon épouse. » Il lui adressa un léger sourire puis, assis à nouveau dans un fauteuil, s’approcha un peu de la jeune épouse de son fils.

_ « Vivian est très protectrice envers son fils et comme vous l’avez constaté, il tient son fort caractère de sa mère... Elle finira par accepter votre mariage. Nous avons été pris au dépourvu, ce qui explique sa réaction. » Ils n’étaient même pas au courant qu’ils s’étaient remis ensemble, alors un mariage...
Il commença doucement à parler avec Meredith sans la noyer sous un flot de paroles. Ce n’était de toute façon pas ce qu’il faisait. Comme Bennet, il disait ce qui était à dire, mais pas plus. Dans la seconde, il lui semblait qu’il n’y avait rien à ajouter mais suivant les réponses de Meredith, peut-être serait-il plus à même de la mettre au courant du fonctionnement de leur famille.

© Starseed

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 815
ζ Âge du personnage : 27

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: We have something to tell you || Amour   Lun 6 Juin - 21:14




Mernet
Oh boy
Meredith se trouvait donc seule avec le père de Bennet - son beau-père, désormais. Décidément, cette soirée était un cuisant échec aux yeux de l'héritière. Après en mariage en secret, dans les circonstances qu'on sait, elle n'avait pas espéré que chacun leur saute au cour pour les féliciter et les embrasse comme du bon pain mais enfin ... si elle avait attendu une réaction de la part de sa belle-mère, elle ne l'avait pas imaginée aussi violente. Quitter ainsi la pièce - et la soirée par la même occasion - en lui rappelant tous ses manquements vis-à-vis de Bennet et en faisant le pari qu'elle recommencerait, équivalait aux yeux de Meredith à la rejeter pour ainsi dire définitivement.
Heureusement que Georgiana et Richard n'avaient pas réagi de la même manière, sans quoi Meredith aurait presque pu douter de ce mariage. Et pourtant ... non. Il n'y avait pas la moindre hésitation dans son coeur. Qu'il s'agisse de recevoir les voeux de Bennet, de prononcer les siens, ou encore d'échanger leurs alliances, pas une seule fois elle avait eu l'impression de ne pas être à sa place. Au contraire : elle avait vécu ce mariage avec la certitude de faire exactement ce qui était le mieux pour elle et pour son époux, à ce moment-là.
Il allait donc falloir qu'elle parvienne à convaincre sa belle-mère de sa bonne fois. C'était déjà fait avec la matriarche de la famille Monaghan, elle le savait ; Richard ne serait pas difficile à persuader non plus. Tous ses efforts devraient se concentrer sur Vivian qui était aussi, par un malheureux concours de circonstances, celle que Meredith avait le moins fréquentée dans les Hamptons. Bon ... s'efforcer déjà de ne pas lui en vouloir était important. Sa belle-mère s'en moquait probablement, mais Meredith, elle, savait qu'aucune relation plus amicale ne pourrait s'établir si elle conservait de la rancoeur pour le rejet subi. De là à ce que Richard l'en remercie ... A ses yeux, il n'y avait pas de quoi. La culpabilité qu'elle ressentait toujours lui faisait dire qu'elle n'était pas en position d'attendre des remerciements pour ça.
Cette même culpabilité, Richard la lui disputait justement : selon lui, Bennet aurait de toute façon eu des problèmes en raison de sa fragilité cardiaque. Peut-être mais ... pas si tôt. Pas comme ça. Bennet fumait trop, buvait plus qu'avant - sans grand excès, mais plus qu'avant tout de même - et c'était à elle qu'il le devait. La preuve la plus flagrante n'était-elle pas que maintenant qu'ils étaient à nouveau ensemble, et même mariés, il avait recommencé à faire attention ?
Hors de question néanmoins pour la nouvelle Mme Monaghan de froisser son beau-père en le contredisant ; elle accueillit donc ses paroles en silence, prêtant plutôt attention à ce qu'il disait de Vivian. De son fort caractère. Autrefois, Meredith avait cru que Bennet le tenait de sa grand-mère, et du rejet qu'il avait subi pendant l'enfance et dont il ne lui avait parlé que du bout des lèvres mais, à voir la réaction de Vivian aujourd'hui, l'hypothèse maternelle semblait plus que probable, effectivement. Au demeurant, Richard avait l'air de penser que les choses s'arrangeraient avec le temps. Meredith l'espérait, et s'était d'ailleurs promis de tout faire pour. Sans doute avait-elle des choses à apprendre.
- Elle a raison ... Votre femme. Je ne sais pas ce qu'est la dévotion familiale. La mienne n'a jamais fonctionné comme ça.
Chez les Carmichaël et, plus encore, les Westborough, on ne se soutenait pas à la vie à la mort, parce que chacun était sensé faire ce qu'il avait à faire, et en assumer les conséquences. Vous pouviez décider d'être le canard boiteux, comme son oncle l'avait fait mais, dans ce cas, vous deveniez un peu paria et, financièrement parlant, il vous fallait assurer seul. Le cas de son oncle relevait néanmoins de l'exception : au final, leurs vies à tous étaient réglées comme du papier à musique, sans larmes et sans drames. Jusqu'à la mort de ses parents, tout du moins. Là, Meredith avait compris qu'en réalité, à jouer la carte de l'indifférence bien éduquée, il en étaient devenus incapables de s'aidaient mutuellement. Ils ne savaient pas le faire.
Seule Ludmilla avait essayé d'en faire un peu plus, mais cela n'avait pas suffi. En comparaison, les Monaghan semblaient avoir fait bloc derrière Bennet, en dépit de son attitude de golden boy trop gâté prêt à tout foutre en l'air. Meredith ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle aussi aurait aimé ça. Se sentir entourée ainsi. Bennet était le seul à lui apporter un tel soutien, alors, quand ils avaient rompu ...
Elle soupira, un peu trop fort peut-être, en repensant à tout ce gâchis des semaines qui avaient suivi le décès de ses parents. Il fallait tourner la page, pourtant, maintenant que Bennet et elle avaient l'opportunité de retrouver le bonheur, de façon définitive. En conséquence de quoi, elle reprit son plus beau sourire d'hôtesse avant de s'adresser à son nouveau beau-père.
- M.Monaghan, puis-je vous offrir tout de même quelque chose à boire ?
La soirée n'était pas obligée de s'arrêter là, après tout. Bennet allait convaincre sa mère de rester, sans doute ... Juste à ce moment-là, la porte d'entrée claqua.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 604
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: We have something to tell you || Amour   Mar 7 Juin - 12:18

Revelation
°°°
Meredith ✧ Bennet
Richard était resté avec sa nouvelle belle fille, ne voulant pas l’abandonner alors que Georginana avait rejoint Bennet et peut-être Vivian bien que son époux doute qu’elle décide de rester.
Meredith lui apparaissait comme une jeune femme très douce et timide. Très « à sa place » et respectueuse des codes et us et coutumes de leur monde. Très bien élevée et à cheval sr ce qui se faisait ou non... Comme Bennet. Un peu coincée peut-être. Comme Bennet... Du moins, sur certains côtés car Richard n’était pas idiot. Bennet qui montait sur ses grands-chevaux dès que quelqu’un émettait l’idée de se resservir seul à boire, était tout de même également celui qui n’hésitait pas à coucher avec des jeunes femmes à l’arrière d’une boîte de nuit. A Boston, tout se savait, comme à NY d’ailleurs et le père de Bennet bien que semblant ne prêter attention à rien, en savait parfois plus que sa femme. Quoi qu’il en soit, peut-être avait-il trouvé en Meredith son pendant au féminin. Très bien élevée en public et plus « fofolle » en privé. Ce qui en soit ne l’intéressait pas outre-mesure. Tout ce qu’il souhaitait était qu’ils fassent un mariage heureux et surtout, durable. En espérant également qu’avec le temps Meredith parvienne à se détendre avec eux tous.
Sa belle-fille lui dit alors quelque chose qui ne le surprit pas vraiment mais qui lui sembla être un aveu très intime.
Richard ne connaissait pas vraiment personnellement les Carmichael. Ils avaient fait des dîners, des soirées mondaines et un tas d’autre chose mais jamais ils n’avaient été amis. Que Meredith lui avoue cela ne le surpris pas dans le fond, mais c’était surtout le fait qu’elle l’avoue qui le toucha.

_ « Vivian ne le savait pas non plus avant de devenir ma femme. Sa famille n’était pas une famille très soudée. Elle a appris à faire partie d’un clan en m’épousant et en se rapprochant de Georgiana... La dévotion réelle dont elle a parlé est venue à la naissance de son fils. – Vous savez, elle ne vit que pour Bennet depuis 37 ans maintenant. Elle a eu une grossesse très difficile et des complications par la suite. On a très vite su que l’on aurait qu’un seul enfant alors elle a tout fait pour lui. Il est devenu sa priorité. Elle l’a protégé et a fait en sorte qu’il souffre le moins possible. Elle oublie que vous aurez un rôle d’épouse et non de mère. Je doute d’ailleurs que Bennet attende de vous que vous vous occupiez de lui comme Vivian le fait. [...] Quant à votre dévotion envers nous tous, c’est peut-être un terme un peu fort. [...] C’est vrai que nous sommes très unis, chacun a toujours un œil sur la vie de l’autre, pas pour le juger mais pour s’assurer que tout va bien. On se réuni souvent, on travaille les uns avec les autres... Vous apprendrez tout cela doucement, sauf si vous n’en avez pas envie mais si vous avez épousé Bennet, vous devez être consciente que la famille est primordiale à ses yeux et que par conséquent, vous devrez vous adapter. » Ce n’était pas un ordre mais ils ne perdraient pas leur fils et leur relation fusionnelle parce qu’il avait épousé Meredith. Richard y allait doucement tout en la laissant peut-être penser qu’elle avait le choix, mais en réalité ce n’était pas vrai. Elle avait épousé Bennet, elle était à présent une Monaghan, elle devrait donc accepter un minimum de choses. C’était peut-être un peu extrême mais c’était ainsi.

_ « Ma mère vous adore et vous vous êtes unie à son petit-fils préféré... Attendez-vous à devenir « la favorite » de la Reine. » Il lui fit un sourire accompagné d’un clin d’œil.
La tâche ne serait pas compliquée pour Meredith, sa place était assurée et elle n’aurait rien à prouver. Ce n’était pas pareil pour les femmes des cousins de Bennet. Elles devaient prouver leurs valeurs... Richard trouvait cela parfois dur mais il n’y pouvait rien, c’était ainsi que les choses se déroulaient chez les Monaghan. Le fait qu’il n’y ait que des héritiers mâles n’arrangeaient peut-être pas non plus les choses...
Meredith, en parfaite hôtesse lui proposa ensuite un verre.

_ « Volontiers, je suppose qu’il doit y avoir du bon whisky puisque mon fils en est amateur. [...] Vous pouvez m’appeler Richard. » Oui parce que Mr Monaghan serait un peu trop formel pour lui.
Sur ce, Bennet et Georgiana réapparurent.

_ « Mère est rentrée. – Je suis désolé Amour. » Il s’était approché de Meredith pour venir déposer un baiser sur sa joue et lui retirer ce qu’elle avait dans les mains pour... Servir un verre. Surement à son père vu la boisson, d’ailleurs il prit commande pour faire le service. Mais où se trouvait ce putain de personnel ! Heureusement, les boissons, il connaissait. Il revint ensuite s’asseoir auprès de son épouse qui semblait avoir retrouvé le sourire.
Georgiana décida qu’il ne fallait pas se gâcher la soirée pour si peu et leur demanda de parler du mariage en lui-même alors qu’ils étaient finalement passés à table. Le reste de la soirée se passa d’ailleurs assez bien. Les Monaghan ne se laissaient pas abattre !
Vint le moment du départ. Nouvelles félicitations de la part de Gran et de Richard puis ils quittèrent l’appartement du couple.
Bennet retourna ensuite dans le salon où il s’affala dans le nouveau sofa en desserrant sa cravate.

_ « Bon... C’est fait. » Il ouvrit les bras pour inviter Meredith à venir le rejoindre et la prendre contre lui.

_ « Ma mère finira par revenir sur ce qu’elle a dit. Elle a peur pour moi. Elle a toujours eu peur pour moi. Apparemment c’est un truc de maman... Et puis, elle est italienne... C’est dans les gênes. » Meredith ressentirait elle un jour un tel amour pour un petit être ? ... Bonne question. C’était un sujet qu’ils avaient évité jusqu’à présent peut-être à cause de la clause ajoutée par Bennet dans le contrat, ne rien réclamer.

_ « On n'a jamais abordé le sujet mais, tu veux être mère ? C'est un désir que tu ressens ? - Je sais que j'ai fait ajouter dans le contrat de mariage une clause à ce sujet mais c'était plus en prévision d'une... Demande insistante de ta part. Je ne veux pas être poussé à le faire ou mis devant un ultimatum. J'avoue que ce point là, précisément, a été fait pour me protéger moi plutôt que nous. - Mais est-ce que toi, c'est quelque chose qui t'attire ? » Evidemment, quand il s'était retrouvé en tête à tête avec sa grand-mère, elle lui avait parlé de leur mariage, de Vivian, mais aussi de l'avenir, d'enfant. Cela l'avait un peu chamboulé.

© Starseed

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 815
ζ Âge du personnage : 27

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: We have something to tell you || Amour   Mar 7 Juin - 23:30




Mernet
Oh boy
Avouer que dans sa famille, on n'avait pas tant que ça l'esprit famille, était-ce intime ? Meredith ne savait pas ce que Bennet avait dit aux siens la concernant, mais elle supposait qu'ils en savaient suffisamment ; accessoirement, à ses yeux, ce n'était pas un secret d'état. Et puis, si cela pouvait contribuer à ce que Vivian puisse, par le biais de son mari, la comprendre un peu et adoucir son opinion vis-à-vis d'elle, elle était prête à dévoiler ce genre de détails. Et, finalement, Meredith se trouvait également à comprendre un peu mieux sa belle-mère. Elle savait que Bennet était fils unique, comme elle, mais pour autant qu'elle se rappelle, il ne lui avait jamais dit pourquoi. Meredith avait un mailleur aperçu maintenant de ce qui poussait Vivian à lui en vouloir autant : elle avait cru perdre l'homme de sa vie, après tout, alors l'angoisse d'une mère qui aurait pu voir disparaître son fils adoré ... Elle ne partagerait peut-être jamais ce sentiment, mais elle pouvait l'imaginer.
Là où Meredith rejoignait totalement son beau-père, c'était sur ce que Bennet pouvait attendre d'elle. Son mari ne la laissait jamais s'occuper d'elle, même quand elle ne demandait que ça. Le couver, l'infantiliser ? Hors de question. Ce n'était de toute façon pas le style de Meredith qui, il faut le rappeler, n'avait pas eu cet exemple dans son enfance. Mais, de temps en temps, elle aurait apprécié qu'il se laisse un peu aller ; cela viendrait peut-être. Depuis leurs retrouvailles, ses dernières réserves tombaient petit à petit. De là à ce qu'elle se préoccupe de sa belle-famille aussi ? Elle les appréciait bien, au final, alors cela viendrait sans doute ; comme son beau-père l'affirmait, elle apprendrait, oui. Pour Bennet, mais aussi pour elle ; elle connaissait la solitude, et elle avait apprécié ses moments chez les Monaghan, alors si elle avait l'occasion d'appartenir à un clan, elle la saisirait.
- Je ne crois pas que ce sera difficile. J'ai toujours été parfaitement accueillie parmi vous.
Les Monaghan étaient sympathiques, et avaient eu la démarche de la mettre à l'aise dès sa première visite dans les Hamptons avec Bennet ; quant à l'assertion comme quoi elle deviendrait la favorite de Georgiana sans grandes difficultés ... Meredith ne répondit rien, mais enfin, elle était Meredith Carmicaël - enfin, Meredith Carmichaël Monaghan - et être la favorité n'était pour elle pas vraiment une surprise. Qui ne la considérait pas comme une princesse ? Elle était parfaitement bien éduquée, ce qu'elle ne manqua pas de montrer à son beau-père - Richard, puisqu'il lui demandait de l'appeler ainsi - en lui proposant à boire comme n'importe quelle hôtesse de ce nom l'aurait fait. Juste à ce moment-là, tandis qu'elle avait attrapé une bouteille d'un whisky que Bennet appréciait particulièrement, qu'elle s'apprêtait à servir, son mari revint en compagnie de sa grand-mère, mais pas de sa mère. Vivian était donc bien partie. Meredith soupira puis sourit au baiser de Bennet avant de souffler, par discrétion mais sans chercher à cacher absolument ses mots à sa belle-famille :
- Une autre fois. J'aurais aimé pour toi que tout se passe bien, mais ça viendra.
La soirée, elle, pouvait continuer comme Meredith l'avait supposé, mais sans que Bennet lui laisse l'opportunité de faire le service des boissons ; par moment, il était jusqu'au-boutiste, même à ses yeux, mais comment accueillir ça autrement que dans un sourire ? Ce même sourire qui ne la quitta plus ensuite, tandis qu'avec Georgiana et Richard, ils évoquaient le mariage, et d'autres réjouissances en tout genre incluant leurs congés d'été. Sans que Meredith s'en rende compte, il fut temps pour que leurs hôtes les quittent ; au final, compte tenu de l'annonce faite, ils ne s'en étaient pas mal tirés. Bennet lui aussi en semblait soulagé quand il la rejoignit au salon.
Comme il l'y invitait, elle le rejoignit et se cala dans ses bras, la tête appuyée sur son épaule. Evidemment, il s'agissait à nouveau de parler de la réaction de Vivian, mais Bennet, sans doute rassuré par sa grand-mère, semblait penser que les choses s'arrangeraient. Les sons de cloche coïncidaient, en tout cas.
- Ton père le pense aussi. J'espère. Je ne veux pas que tu sois tiraillé entre elle et moi.
Meredith évitait d'y penser la plupart du temps, mais si ses parents étaient encore là, elle ferait les choses autrement. Elle provoquerait une plus grande proximité entre eux trois. Il avait fallu qu'elle les perde pour le comprendre et, aujourd'hui, elle ne voulait pas que Bennet s'éloigne de sa mère alors qu'elle était si importante pour lui.
La suite, en revanche, la déstabilisa franchement, et elle recula pour regarder Bennet dans les yeux, l'air incrédule. Son mari venait-il réellement de lui demander si elle voulait des enfants ? Mais ... ah si. Il abordait également le sujet de la clause. Pour dire quoi ? Qu'il serait peut-être d'accord pour qu'ils aient un enfant un jour ? Mais elle ...
- Je n'y ai jamais vraiment réfléchi ... C'est ...
Elle s'était pourtant déjà trouvée enceinte, et de Bennet, mais, à l'époque, elle avait tellement craint sa réaction qu'elle n'avait même pas pris la peine de vraiment se poser la question de si elle voulait cet enfant. Elle avait avorté, parce qu'il était évident que c'était ce qu'il aurait voulu. Et maintenant ?
- Si tu ne le voulais pas, je crois que je pourrais m'en passer. Enfin ... pour l'instant ?
En réalité, le fait qu'il ouvre une porte sur cet avenir-là pour eux donnait envie à Meredith de s'engouffrer dedans, mais pas à n'importe quel prix. Son couple, Bennet et elle, seraient toujours les plus importants à ses yeux. Elle pouvait se passer de tout le monde, même d'un enfant, mais pas de lui.
- Quand tu as su que j'avais été enceinte, tu y as pensé ? Même une seconde ?
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 604
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: We have something to tell you || Amour   Mer 8 Juin - 21:48

Revelation
°°°
Meredith ✧ Bennet
La famille Monaghan était relativement accueillante, c’était vrai mais pas avec tout le monde non plus. L’un de ses neveux s’était mis en couple avec une jeune femme russe, nouvelle riche que la famille avait tout de même eu beaucoup de mal à accepter. Elle ne possédait pas la même éducation, elle parlait fort, tout le temps, elle avait cette façon de s’habiller un peu trop extravagante voire vulgaire à leur goût. A priori, vraiment pas le genre à les faire sauter de joie et Georgiana avait tenté beaucoup de chose afin d’ouvrir les yeux à son petit-fils. Cela n’avait malheureusement pas fonctionné et ils étaient toujours ensemble. Bon... Il s’avérait que cette fille n’était pas une cruche finie et qu’elle possédait un certain humour mais, oui, au départ, sa potentielle future belle-mère ainsi que les autres femmes de la famille l’avait mise à l’écart. Meredith ne recevrait pas un tel traitement, pas en étant déjà si proche de Georgiana.
Richard n’ajouta rien et regarda son fils et sa mère revenir sans son épouse. Il lui parlerait en rentrant. Les choses se calmeraient. Il faudrait surement du temps pour que Vivian redescende de ses grands chevaux, Bennet de son côté devrait également l’appeler et essayer d’aplanir les choses mais ça s’arrangerait. Le père pourrait d’ailleurs aussi faire faire part à sa femme du comportement de leur fils avec sa nouvelle épouse. « Amour ». Depuis quand était-il si tendre. Il n’avait eu de regard que pour elle en pénétrant dans la pièce et lui qui ne supportait pas de faire le service, l’avait fait pour que Meredith n’ait pas à le faire. Il ne doutait pas de l’amour qu’il pouvait lui porter, pas après ses pertes de contrôle quand elle l’avait quitté. Du côté de sa bru, il n’avait pas réellement de doute non plus. Le couple semblait comme dans un bulle. Jamais il n’avait senti cela quand Bennet était en couple avec Charlotte. Ici, c’était différent et quelque chose lui disait que ce n’était pas que le retour d’Italie et l’euphorie du mariage. Ils étaient beaux tous les deux et c’était très apaisant pour Richard de voir son fils heureux. Certes embêté par la réaction de sa mère mais dans l’absolu, heureux.

Après le dîner, Bennet retrouva Meredith dans le salon et l’invita tout contre lui pour discuter tranquillement. Il en avait besoin, elle aussi, très certainement.

_ « Elle sera obligée de reconnaître qu’elle a tort. Je l’appellerai demain pour savoir comment ça va et je l’inviterai à déjeuner avant qu’ils partent en Californie. Je lui reparlerai et ça ira. D’ici à ce que l’on fasse une cérémonie pour tout le monde, elle se sera calmée. Promis. » Il était désolé pour lui mais également pour elle, surtout pour elle finalement. Elle était rejetée par la seconde femme de la vie de son mari. C’était difficile surtout quand les Monaghan lui avaient tous vendu une famille unie et accueillante à se rencontre. Ce n’était pas vraiment la réaction qu’avait eu Vivian ce soir. Certes, de l’eau avait coulé sous les ponts depuis Noël et un tas de choses étaient arrivées mais vraiment, si Bennet pouvait pardonner, sa mère devrait y arriver également, c’était obligatoire.
Il aborda ensuite le sujet des enfants. Non, il ne voulait pas qu’elle lui en parle de façon trop insistante et qu’elle lui en réclame.
Quand elle lui affirma qu’elle pourrait s’en passer, il pensa pouvoir souffler et elle ajouta vite, « pour l’instant ». C’était ce qu’il craignait, que leur couple finisse par se déchirer sur ce sujet. Elle voulant un enfant et lui ne pouvait s’y résoudre. Ça lui faisait peur.

_ « « Pour l’instant... » » Il ne put s’empêcher de grincer des dents.
Depuis qu’il était avec elle, il pouvait éventuellement imaginer lui faire un bébé. D’accord, ce n’était pas cela en soit qui l’effrayait mais vraiment tout le reste et pour qu’elle comprenne il allait surement devoir le lui expliquer.

_ « J’y ai pensé, une seconde oui. » Oui, il y avait pensé et son cœur s’était serré quelque peu et il était passé à autre chose.

_ « C’était trop tôt, on n’était même pas réellement en couple. Même si ça m’a traversé l’esprit, je n’aurai pas été présent ni pour toi ni pour l’enfant si tu avais pris la décision de le garder. Ça aurait été hors de question. [...] Tu as dit, « pour l’instant », mais après, tu en voudras ? Je ne sais pas si je peux être père. Si j’en ai envie. Je ne veux pas te perdre... Ma mère a laissé de côté son couple pour moi. Mes parents sont heureux parce que mon père a su se montrer compréhensif face à ça, mais je ne suis pas mon père, je serais incapable de te partager... Et puis, c’est dangereux d’avoir un enfant... Il pourrait t’arriver quelque chose et qu’est-ce que je ferais sans toi avec en plus un enfant sur les bras ? Un enfant que je n’aimerais pas ? Je t’aime toi, mais un autre humain ? ... » Elle avait plus ou moins toutes ses angoisses face à une éventuelle paternité, à elle d’essayer de le rassurer si elle en avait envie ou de ne rien dire ou de le questionner. Il était de toute façon ouvert à la discussion.

© Starseed

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 815
ζ Âge du personnage : 27

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: We have something to tell you || Amour   Jeu 9 Juin - 23:53




Mernet
Oh boy
- C'est une bonne idée oui. Voyez-vous et parle-lui. Et si elle a besoin de temps vis-à-vis de moi ... ce n'est pas grave. Je veux juste que ça ne vous éloigne pas.
Que Bennet ne reste pas en froid avec sa mère était tout ce qui comptait aux yeux de Meredith, pour le moment. Et si Vivian l'aimait autant qu'on le lui avait dit, il ne faisait aucun doute aux yeux de l'héritière qu'un déjeuner arrangerait tout. Quant à elle ... elle était prête à patienter le temps qu'il faudrait. Il serait évidemment plus confortable pour tous que tout aille mieux d'ici septembre, mais Meredith avait toute une vie pour prouver à sa belle-mère qu'elle ne laisserait plus son fils. Toute une vie pour être là pour lui, pour l'aimer et ... fonder une famille ?
C'était une discussion que Meredith ne s'était pas du tout attendue à avoir, surtout pas si tôt après leur mariage, et le fait que Bennet aborde ainsi le sujet la mettait dans la plus grande perplexité. Elle ne savait pas ce qu'elle en pensait, ni si elle en avait réellement envie. Pour l'instant, être avec Bennet lui suffisait. Ils venaient de se retrouver, venaient de se marier. Avoir un enfant n'avait rien d'une obligation. Pour l'instant, oui. Ce "pour l'instant" qui faisait grimacer Bennet, et qui n'était que de l’honnêteté de la part de Meredith, ce qu'elle lui expliqua doucement.
- Je ne prédis pas l'avenir, mon amour. Ce que je ressens aujourd'hui, et ce que je ressentirai demain ... Comment savoir ?
Mais si un matin elle se réveillait avec la folle envie d'avoir un bébé ? Aurait-elle à craindre cette fameuse horloge biologique dont tout le monde parlait ? Elle qui n'avait jamais été célibataire que parce qu'elle le voulait bien se trouvait démunie face à la vie de couple qui l'attendait et Bennet, face à elle, ne semblait pas avoir vraiment plus de clés. Tout juste s'était-il autorisé, contrairement à elle, à penser ne serait-ce qu'un seul instant à ce bébé qu'elle avait tué avant qu'il existe vraiment. Et maintenant, qu'en pensait-elle ? Aurait-elle eu envie de le garder ?
Non, évidemment. Son époux avait raison : ils n'étaient même pas réellement ensemble à l'époque, et elle n'aurait pas eu la moindre envie d'être mère célibataire.
- Ca ne m'a pas effleurée, à l'époque. Je ne pensais qu'à ta réaction si tu l'apprenais. Tout ce que je voulais, c'était me débarrasser de ce bébé.
Et aujourd'hui ? Elle ne risquait plus l'accident qui lui était arrivé à l'époque, d'une grossesse non prévue, mais ... si elle s'était trouvée dans la même situation ? Enceinte, mais mariée avec Bennet ? Parvenait-elle à se projeter dans une vie à trois ?
- Je ne crois pas que je pourrais aimer un bébé plus que toi ... Ni un bébé, ni qui que ce soit. Si je suis comme ma mère ... Tu as peur que je te délaisse un jour au profit d'un enfant mais moi, j'ai surtout peur de ne pas en avoir envie. De ne pas être capable d'aimer un bébé, un jour.
Est-ce que ce serait grave, si Bennet et elle restaient tous les deux, juste tous les deux, toute la vie ? Mais si elle essayait réellement de les imaginer parents, à quoi cela ressemblait-il ? Les images d'eux avec un bébé dans les bras refusaient formellement d'apparaître dans son esprit mais, paradoxalement, elle parvenait assez facilement à visionner une enfant plus âgée, qui rentrerait de l'école avec une nounou, avant que Bennet ou elle l'aide pour ses devoirs. Ce n'était pas déplaisant, même, comme vision.
- Tu ne devrais pas te sous-estimer. Tu as beaucoup plus d'amour à donner que tu le penses. Regarde nous. Regarde d'où on est parti.
En toute sincérité, Meredith avait bien plus de doutes quant à sa capacité à être une bonne mère, que Bennet un bon père. Elle s'était toujours montrée beaucoup moins expansive que lui, pas forcément moins profonde dans ses sentiments, mais pas capable de les exprimer comme lui le faisait. Seule la lettre qu'elle lui avait écrite lui avait parue facile : ce n'était pas de la communication en face à face, elle n'avait pas à observer ses réactions, pas à les appréhender.
- On n'est pas obligé d'en parler tu sais. Tu ne veux pas d'enfant pour le moment, moi non plus. On aura bien le temps de se faire du souci pour ça plus tard.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 604
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: We have something to tell you || Amour   Ven 10 Juin - 20:16

Revelation
°°°
Meredith ✧ Bennet
_ « Ne t’inquiète pas, elle comprendra et comme moi, comme ma grand-mère et même comme mon père j’en suis certain, elle tombera sous ton charme. On ne peut pas ne pas t’aimer. » Il en était d’ailleurs la preuve vivantes. Après des semaines passées à la maudire, il avait fini par lui trouver des qualités, de plus en plus de qualités jusqu’à tomber amoureux d’elle. Ils partaient pourtant de si loin. Vivian verrait ce que Bennet voyait en sa femme et tout cela serait derrière eux. Il n’avait absolument aucun doute là-dessus. Et même si elle ne parvenait pas à faire entrer Meredith dans son cœur, pour Bennet, elle ferait des efforts. Ce que Vivian craignait le plus au monde était de perdre son fils et il n’hésiterait pas à lui dire que s’il devait faire un choix, son épouse passerait en premier. Il espérait ne jamais en arriver là, évidemment, mais Meredith remporterait la partie.
Il aborda ensuite un autre sujet délicat : Les enfants. Meredith le rassura sans le rassurer.
Aujourd’hui, elle ne voulait pas d’enfant, mais demain ? Et lui ? Lui aussi pouvait changer d’avis. S’il avait appris une chose de sa relation avec sa perle était qu’elle était capable de lui faire accepter des choses que jamais avant il ne se serait autorisé à penser. Donc à l’instant, les enfants ne le tentaient pas, et pourtant, à Boston, il aurait été capable de lui en faire un et ils n’étaient pas encore mariés. Il y avait dans certains moments de tendresse entre des envies qui le prenaient et qui le surprenaient. Le mariage par exemple. Sa décision avait été prise ce soir-là à Boston, après avoir lu la lettre. Il savait, il la voulait avec lui pour toujours et de façon officielle. La rupture avait tout remis en cause alors que la lettre avait tout remis à sa place.
Un enfant... Peut-être, peut-être pas... Si le mariage était une partie de plaisir, devenir parent était plutôt terrifiant et il ne semblait finalement pas être le seul à le penser.
Ils évoquèrent sa grossesse avortée et étrangement, il était celui qui avait pensé à ce futur enfant. Elle n’avait craint que sa réaction... Compte tenu de la fragilité de leur relation à l’époque, il ne pouvait pas l’en blâmer et de toute façon, garder cet enfant aurait été la pire erreur de sa vie. Jamais il n’aurait été présent. Jamais non plus ils se seraient mariés et cet amour incroyable qu’il vivait n’aurait vu le jour. Un enfant ou leur bonheur présent ? Le choix était vite fait.

_ « Alors si je comprends bien on est deux à craindre de ne pas parvenir à aimer un enfant ? Tu as peur, j’ai peur... Notre couple est ma priorité, si un enfant nous rejoignait, ce serait lui la priorité non ? ... Le principal étant qu’aujourd’hui nous sommes sur la même longueur d’onde. Si un jour... » Il soupira car mine de rien, ce qu’il allait dire lui coûtait.

_ « Si un jour tu ... Changes d’avis et te sens prête... Parles m’en. Peu importe le contrat. Si on en parle comme on le fait là, calmement, que tu ne me mets pas au pied du mur, que tu ne me dis pas « fais-moi un enfant ou je te quitte » tout ira bien. » Du moins, c’était ce qu’il supposait.

_ « C’est tellement simple de t’aimer. C’est ... C’est naturel. C’est une évidence et diviser l’amour que j’éprouve pour toi pour le donner à ... Un truc qui pleure et bave et sent mauvais et passe sa journée à faire dans une couche... Ce serait du gâchis. Fin... » Le sujet était bien plus compliqué qu’il l’aurait pensé. Au départ il pensait lui dire que c’était non, basta et puis... Comme toujours, il finissait par arrondir les angles, par discuter. Pour elle, c’était un effort qui ne lui coûtait même pas.

_ « Je ne veux pas que l’on se fasse du souci pour ça mais d’accord. Aujourd’hui c’est non... De toute façon, on a le temps, tu es jeune. » Il l’embrassa sur le front. Toute jeune oui, lui par contre... S’il devait un jour être papa alors il serait un vieux papa, et puis quoi ?! Ils auraient tous les deux favorisé leur carrière. C’était ainsi que les gens de leur monde faisaient, point.
Son portable vibra, il l’attrapa et n’ayant pas fermé la conversation avec Meredith, il tomba sur son SMS de vendredi soir quand elle lui disait qu’elle serait en retard. Oh...

_ « Au fait mon cœur, tu voulais mon avis sur quelque chose vendredi, qu’est-ce que c’était ? » Oui, ils n’avaient pas vraiment eu le temps d’en discuter puisqu’ils s’étaient mariés ! Quel merveilleux week-end, rien que d’y penser il avait envie de sourire et peu importe le semi fiasco de leur soirée avec ses parents, Meredith était sa femme et il n’y avait rien de plus beau au monde !

© Starseed

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 815
ζ Âge du personnage : 27

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: We have something to tell you || Amour   Sam 11 Juin - 21:49




Mernet
Oh boy
Vaste sujet que celui des enfants, n'est-ce pas ? Surtout pour un couple comme le leur. C'était peut-être égoïste de dire ça mais, pour le moment, c'était avec Bennet que Meredith voyait sa vie, et personne d'autre. Un enfant un jour ? Oui, peut-être ... Elle pouvait essayer d'imaginer ce que donnerait un bambin ici, ou à Whistler, ou n'importe où ils se trouveraient. Elle se voyait difficilement mère, mais n'avait aucun mal à imaginer Bennet en père de famille alors, oui, elle pouvait visualiser ce que donnerait le fait pour eux d'avoir un enfant. Mais un enfant pendant un instant, pas plus. Au-delà, les images s'effaçaient. Il lui était beaucoup plus simple d'imaginer le futur avec Bennet ; tout était plus simple d'ailleurs, dès lors qu'il s'agissait de son époux. Assez ironiquement, ils se rejoignaient sur tout, y compris le sujet d'un bébé : ce ne serait pas maintenant, et si l'un d'entre eux venait un jour à changer d'avis, qu'il en fasse part à l'autre, et cette discussion reprendrait. En toute honnêteté, Meredith n'était pas certaine qu'elle s'en tiendrait à ce plan : si un jour elle avait effectivement envie d'un enfant, et qu'elle ne sente pas Bennet prêt, jamais elle ne lui en parlerait. Peut-être était-ce parce que pour le moment, être mère ne la tentait pas, mais entre un désir de maternité, et la sérénité du couple qu'elle formait avec son mari, son choix était fait. Et, finalement, ce sujet qui aurait pu être un sujet sensible se termina dans la tendresse, avec un baiser sur le front de Bennet, et quelques paroles douces à entendre pour la jeune Mme Monaghan.
- Toi et moi contre le monde, c'est ça ?
Tandis qu'elle plaisantait tendrement sur leur connivence, le téléphone de Bennet se manifesta ; il y était bien plus accro qu'elle, qui laissait volontiers le sien de côté quand elle était avec lui. Cela valait pour le moment, parce qu'elle reprenait doucement, mais bientôt, elle le savait, elle devrait être joignable en permanence. Quoiqu'il en soit, son mari se retrouva de fait à lui poser une question inattendue à l'instant : ce dont elle comptait lui parler quand il l'avait kidnappée pour aller l'épouser en Italie. Aly, donc. Aly qui lui avait fichu une paix assez royale depuis, ce qui, aux yeux de Meredith, n'était pas nécessairement synonyme de bonnes nouvelles.
- Eh bien ... c'est un peu une histoire de famille qui s'grandit également, tu vois.
Elle avait beau savoir la vérité depuis un moment maintenant, Meredith restait toujours perplexe. Elle ne parvenait pas à se mettre en tête que son ex-meilleure amie, devenue depuis une sorte de rivale, avant de tomber dans l'indifférence, puisse être sa soeur. Qu'elles puissent, toutes les deux, avoir du sang en commun.
- Dans ce que Père avait préparé en cas de décès, il y avait une mallette à mon attention, avec des choses qui revêtaient une importance particulière pour lui.
Et une lettre adressée à Bennet et elle, d'ailleurs, qu'elle n'avait pas ouverte. Peut-être que ce soir serait le bon soir pour. La lettre, contrairement au reste, ne la quittait pas.
- Et au milieu des documents, il y avait un test de paternité. Pratiqué entre mon père et ... Aly. Un test positif. Apparemment, elle est ma demi-soeur et ... elle est également au courant.
Meredith avait levé les yeux sur Bennet, pas vraiment gênée de la situation, mais plutôt curieuse de savoir comment il réagirait à cette nouvelle. Les conséquences, l'attitude d'Aly, ses revendications ... Tout cela viendrait ensuite. Elle voulait sa réaction à chaud, déjà.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 604
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: We have something to tell you || Amour   Dim 19 Juin - 14:39

Revelation
°°°
Meredith ✧ Bennet
Elle et lui contre le monde, oui, c’était exactement ça dans la tête de l’architecte. Elle, elle, toujours elle et lui. Les autres ? Si les Monaghan comptaient énormément aux yeux de Bennet, il devait néanmoins constater de la place que sa perle avait prise dans son cœur. Jamais avant il n’aurait pu imaginer aimer autant et laisser une personne étrangère aux siens prendre le pas sur eux. C’était donc chose faite et aussi fou que cela puisse paraître, cela ne lui faisait plus peur.
Il se contenta donc de lui sourire en haussant un sourcil. Il lui fit également un léger sourire comme si, voilà, c’était ainsi et pas autrement, qu’y pouvaient-ils ? Rien... Le destin...
Le sujet des enfants semblait clos pour l’instant. Pour eux deux la réponse était non et pour tout dire, c’était exactement ce que Bennet voulait entendre. Meredith n’était pas prête et ne savait pas si elle le serait un jour. Du côté de l’architecte, il ne s’était jamais vu père et même si sa famille l’avait toujours poussé à avoir des enfants, il n’avait pas encore été convaincu que c’était la meilleure des idées.
Changement de sujet donc avant que peut-être, les esprits ne commencent à s’échauffer. Tout pouvait aller si vite avec Bennet. Il faisait néanmoins énormément d’efforts pour ne plus être avec Meredith comme il l’avait été avant de se retrouver. Il lui fallait gagner en patience... Il y aurait des ratés, il le savait.

_ « Comment ça ? » Une histoire de famille qui s’agrandit ? Oh... Elle lui aurait demandé de deviner qu’il en aurait été incapable. Quelqu’un était enceinte ? Mais qui et pourquoi cela les concernait-ils ? Cela ne pouvait pas être Meredith puisqu’elle lui avait dit ne pas vouloir d’enfant maintenant et puis ils s’étaient retrouvés depuis trop peu longtemps pour qu’il puisse paniquer. Non non... C’était quelqu’un d’autre... Harper ? Meredith aurait alors besoin d’une autre assistante et elle voulait que Bennet l’aide à choisir ? Pourquoi pas.
L’architecte d’intérieur ne la coupa pas dans son récit et la laissa commencer tranquillement ses explications. Elle débuta en mentionnant son père... Quel rapport avec Harper ? ... Tout cela titillait sa curiosité.

_ « Oui... » Quoi de plus normal après tout ? Bon. Son père lui avait laissé des documents. Très bien... Tout ceci avait alors à voir avec John ? Un frère caché ou... ? Une première épouse secrète ? ... Un enfant secret ?
Bennet était très loin d’être naïf. Les hommes et leur comportement parfois douteux, il connaissait, alors apprendre que le père de Meredith aurait eu une première femme ou juste une compagne à laquelle il aurait fait un enfant ne l’étonnerait pas vraiment. Ce qui l’étonnait néanmoins était qu’il ait porté une quelconque attention à cet enfant et qu’il finisse par en parler à sa fille, certes, dans des circonstances tragiques et de façon un peu lâches, par documents, mais tout de même... Tout était encore flou dans son esprit.
Il écouta donc sa belle attentivement.
Rapidement, il fut fixé. « Test de paternité. » « Aly. » « Elle est au courant. »
Bennet resta une seconde à regarder Meredith en fronçant les sourcils. Aly... C’était cette nana avec laquelle il avait couché et qu’il avait malencontreusement appelée Meredith non ? Elles étaient donc demi-sœurs ?

_ « Attends... » Il fallait digérer l’information. Il fallait aussi tenter de cesser le flots de pensées qu’il l’envahissaient parce qu’une fois la surprise passée, il y avait les réflexions.

_ « Ton père a eu une liaison avec la mère de cette fille quand ta mère tombait enceinte de toi ou, à cette même période ? » Son père, John Carmichael qui, quand même, avant de l’autoriser à épouser sa fille, lui avait fait tout un laïus sur la fidélité et le rôle qu’une mari devrait tenir auprès d’une femme comme Meredith... Bennet avait tout écouté en acquiesçant. Il avait même douté, se disant que peut-être il ne serait pas capable d’être fidèle comme John l’avait été toute sa vie... Quelle blague !
Cela n’enlevait en rien le respect que l’architecte pouvait éprouver envers le défunt père de sa jeune épouse, cependant, cela changeait radicalement la façon dont il le voyait.

_ « C’est... Cette fille... Là, de Miami, c’est ça ? – Elle, Elle... Elle sait depuis quand ? » Quand il avait trop d’idées en tête et qu’il réfléchissait en même temps qu’il essayait de parler, il lui arrivait de bégayer. Meredith devait être habituée depuis le temps. Cela traduisait parfaitement sa surprise en réalité.
En homme d’affaires aguerris, Bennet n’appréciait que très légèrement cette nouvelle venue dans la famille de sa sœur. Qui disait nouvel enfant disait nouvel héritier. A moins que son père ait fait ce qu’il fallait pour qu’elle n’hérite pas ? Mais si le test était dans ses documents importants, cela ne présageait rien de bon pour Meredith et ses milliards.

© Starseed

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 815
ζ Âge du personnage : 27

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: We have something to tell you || Amour   Mar 21 Juin - 23:41




Mernet
Oh boy
Evidemment, à l'instant où elle avait parlé de famille s'agrandissant, Meredith avait bien vu qu'elle avait attisé la curiosité de Bennet ; elle ne savait pas ce qu'il imaginait, du coup, mais devinait sans peine qu'il serait surpris. Déçu ? Non. L'un comme l'autre avait fait connaissance avec sa belle-famille mais, en particulier du côté des Carmichaël et Westborough, Bennet ne connaissait pas suffisamment les gens pour se réjouir pour un ou une des cousins cousines de Meredith qui aurait attendu un heureux événement. Déjà que Bennet se réjouissant pour un bébé ... Et de toute façon, elle était la seule mariée, et la seule en âge de devenir mère, ou en tout cas, la seule suffisamment posée dans la vie pour envisager de le devenir. Et comme elle n'y était pas prête, la question était vite réglée. Quoiqu'il en soit ... Non, la famille ne s'agrandirait pas avec un bébé mais avec une adulte de son âge et qu'elle connaissait si bien ... Aly et elle avaient déjà plus de dix ans quand le test avait été fait, et rien n'indiquait que son père ait fait d'autres démarches, comme reconnaître officiellement sa fille illégitime ; selon son avocat, cela signifiait clairement qu'il n'y avait pas de volonté de la part de John de nouer un lien de filliation, ce qui était positif pour Meredith si toutefois Aly revendiquait légalement quoique ce soit de l'héritage de John. L'héritière avait toutefois commis une erreur en appelant son ancienne meilleure amie et nouvelle demi-soeur : elle lui avait fait découvrir la situation, alors même qu'Aly n'était pas au courant. En gros, si elle avait des problèmes avec ça dans les semaines à venir, elle ne pourrait s'en prendre qu'à elle. Bon ... elle allait devoir l'expliquer à Bennet, et savait très bien ce qu'il lui dirait ... Elle ne se sentait pas vraiment pressée.
- Aly et moi n'avons que quelques mois d'écart, donc j'imagine que oui. Mais je ne sais pas s'il était au courant que Mère était enceinte. Je t'ai déjà parlé des conditions de ma naissance ...
Catherine n'avait jamais donné l'impression de l'avoir réellement souhaitée, même si, dans l'absolu, Meredith ne pouvait pas se plaindre d'avoir été maltraitée. Sa mère ne s'était jamais montrée encline à la tendresse, ou même à beaucoup s'intéresser à sa fille, mais n'avait rien commis d'inacceptable. Mais quant à la période à laquelle elle s'était trouvée enceinte ... Il était certain que jamais elle n'aurait abordé le sujet avec Meredith. Peut-être même était-ce pour ça que son père avait éprouvé le besoin d'aller voir ailleurs ? L'héritière était disposée à lui chercher des excuses : en fait, elle ne lui en voulait même pas de cette incartade.
- Père n'a pas toujours été très fidèle. Je ne crois pas qu'il ait beaucoup trompé Mère, au final, je crois qu'il l'aimait. Mais je sais qu'il flirtait avec ses assistantes, entre autre. Felicity, par exemple ...
Qui avait fort opportunément atterri à Whistler après l'explosion qui avait cloué Harper au fond d'un lit, et qui n'avait pas tardé à essayer de mettre le grappin sur Bennet. Ce que je Meredith était heureuse d'avoir retrouvé son assistante !
D'un autre côté, quitte à choisir, elle aurait peut-être préféré que Bennet couche avec une assistante que tous les deux ne reverraient probablement jamais, plutôt qu'avec sa demi-soeur. Il semblait tout juste s'en rappeler, et Meredith se demanda s'il le faisait exprès ...
- Celle de Miami, oui. Et de St Barth.
Meredith avait très légèrement appuyé sur la mention de St Barth, comme pour rappeler délicatement les faits à Bennet. Elle ne lui en voulait même plus, à vrai dire, mais comme ça, lui aussi avait une part de responsabilité dans quelque chose. Car de son côté, elle pouvait très bien s'être mise toute seule dans une situation délicate ...
- Elle est au courant depuis que ... hum ... je lui ai dit ?
Tout en faisant cet aveu, Meredith avait cherché à éviter le regard de son époux mais, ensuite, en voyant ses sourcils froncés, elle se dépêcha d'enchaîner pour se justifier.
- Tu étais en rendez-vous avec ton Saoudien qui te pose tant de problèmes, et j'avais besoin d'en parler. J'étais sous le choc ! Je n'ai pas réfléchi, j'ai appelé Aly pour lui demander si elle était au courant. Elle ne savait rien, elle ne voulait pas me croire, et quand je lui ai expliqué ... elle a raccroché très vite, et j'ai pressenti les ennuis. Ne me dispute pas !
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 604
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: We have something to tell you || Amour   Lun 27 Juin - 20:04

Revelation
°°°
Meredith ✧ Bennet
Les conditions de la naissance de sa belle... Oui... Elle les avait abordées, effectivement. Ce qu’il en avait retenu ? Une mère qui ne voulait pas réellement d’enfant. Il n’aurait été capable de ressortir toute l’histoire si elle le lui avait demandé mais il en avait pourtant gardé une impression. Les Monaghan et les Carmichael étaient deux familles très différentes concernant les enfants. Chez les premiers ils étaient rois, tout simplement. Les Monaghan et Georgiana en particulier, aimait les petites têtes blondes. Il y en avait pourtant si peu chez eux. Seul Henry, l’aîné des cousins, avait des enfants. Andrew et Bennet étaient quant à eux, en retard... Enfin, selon les dires de leur grand-mère !
La question des enfants de Bennet avait de toute façon été réglée avec son épouse et il s’agissait maintenant de parler de sa nouvelle demi-sœur.

_ « Oui. » Fut tout ce qu’il répondit à Meredith alors qu’elle continuait ses explications.
Catherine était-elle seulement au courant de qui était réellement Aly ? Les deux jeunes filles se ressemblaient beaucoup, il fallait bien l’avouer, raison pour laquelle, d’ailleurs, Bennet avait décidé de coucher avec l’ancienne meilleure amie. Leurs proches pouvaient-ils passer à côté de cette ressemblance sans se poser de question ?
Il haussa les sourcils en soupirant légèrement quand Meredith lui avoua l’infidélité de son père qui pourtant avait jugé Bennet, moins que Catherine, certes, mais tout de même et qui lui avait fait la morale. En fait, bien que Bennet ne soit pas né de la dernière pluie, il n’avait pas imaginé une seconde que le père de sa belle, cet homme qu’il admirait, puisse tromper son épouse. La tromper et l’aimer selon ce que Meredith disait.

_ « Hum... » Mouais. S’il l’aimait, pourquoi la tromper. L’architecte n’avait aucune envie de tromper Meredith et cela avait toujours été le cas. Depuis le début de leur relation, il s’était tenu à carreaux et ce, même avec Felicity qui, de toute évidence, bouffait à tous les râteliers.
Il n’ajouta rien de plus, la laissant parler et lui rappeler où il avait vu Aly et surtout, dans quel endroit du monde il l’avait prise. St Barth ! OUI !
Le faisait-il exprès ? Non ! Il ne se souvenait que de ce dont il avait envie de se souvenir et cet épisode à St Barth n’était pas un souvenir impérissable. Il s’était réconcilié avec sa perle mais à quel prix ?

_ « Quoi ?! » C’était elle qui le lui avait appris ?!

_ « Tu n’as pas fait ça ? – Meredith ! » Mais ! Quoi en dire de plus ?! Il était abasourdi par la nouvelle. Elle avait vendu la mèche... Sans même prendre conseil auprès de son avocat ou même de lui ! Mais pourquoi ?! Parfois il avait l’impression qu’il était marié à une enfant !

_ « Ffffffffffffffffff... » Il soupira longuement et fortement en la regardant, tentant de lui faire les yeux noirs mais elle lui demandait de ne pas la gronder... S’il n’avait pas été en conversation avec son saoudien, elle n’aurait pas eu besoin d’appeler Aly. Après, ce n’était pas sa faute, il ne regretterait pas de travailler comme il le faisait et de n’avoir pas été capable de lui répondre. C’était fâcheux, oui, mais pas de sa faute.

_ « Si elle avait été reconnue il n’y aurait pas eu de secret non ? ... Je ne sais pas quoi te dire là. Je t’avoue qu’entre ta bêtise et la nouvelle en elle-même, je suis sans voix. » Oui. Il ne savait plus quoi dire ou penser.
Personne ne devait être au courant de la nouvelle. Si Aly avait été reconnue par le père de Meredith elle n’aurait pas porté le nom de celui qui l’avait élevée ? Si quelque chose avait été prévu pour elle sur le testament, ils l’auraient su avant ?
Quelle merde, c’était tout ce qu’il pensait.

© Starseed

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 815
ζ Âge du personnage : 27

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: We have something to tell you || Amour   Dim 10 Juil - 19:07




Mernet
Oh boy
Eh bien ... si. Meredith avait fait ça. Sans réfléchir, elle avait appelé Aly, parce qu'elle savait que Bennet n'était pas joignable, mais aussi par réflexe. Aly et elle avaient pratiquement été élevée ensemble, et depuis que Meredith savait qu'en plus, il y avait un lien familial entre elles, un vrai, cette amitié lui manquait plus que jamais. Elle n'était néanmoins pas certaine que Bennet comprenne vraiment ça, lui qui était bien plus famille. D'ailleurs, elle ne lui connaissait pas vraiment d'amis proches. Des connaissances, qu'elles soient professionnelles, ou de leur monde, mais des amis ?
- Je sais. Je n'aurais pas dû. Mais mets-toi à ma place ! J'étais bouleversée !
Si elle avait pu lui en parler à lui, tout aurait été différent, évidemment. Lui reprochait-elle de ne pas avoir été disponible quand elle avait besoin de lui ? Non, évidemment que non. Ca ne lui était même pas venu une seconde à l'esprit. Simplement, il était bien plus que son époux : il était son ami et confident, entre autres choses, et la personne à qui elle faisait confiance quand elle avait besoin d'un conseil. Lui aurait su lui dire quoi faire, et aurait été une oreille attentive. C'était comme ça ... Avec un peu de chance, Aly ne ferait rien, rien de gênant en tout cas, et les choses en resteraient là.
Et, dans le cas contraire, Bennet était déjà en train de chercher une ligne de défense. Il n'avait pas tort, quant à cette histoire d'avoir été reconnue par son père. John n'avait vraisemblablement jamais eu envie qu'Aly soit sa famille, ou alors c'était la crainte du scandale ? D'un divorce gênant ?
- J'imagine que tu as raison. D'un autre côté, tu imagines le scandale ? Mère aurait divorcé, les Arpel aussi. Ou ... ils auraient tu toute cette histoire ?
Les deux hypothèses étaient probables, après tout. Celle de l'étouffement l'était sans doute plus encore, d'ailleurs.
- J'ai toujours connu Aly et ... elle me manque. J'aimerais bien que tout cette histoire soit une occasion de nous réconcilier. Je sais toujours pas vraiment pourquoi on s'est éloignées. Enfin si mais ... je trouve ça stupide. On n'a pas 15 ans.
Mais entre la quête d'Aly, ou sa propre naïveté de penser que son ennamie pourrait ne pas sauter sur l'occasion de tenter d'acquérir un gros tas d'or, qui était la plus bête ? De toute façon, il n'y avait pas de réponse pour le moment. Consulter ses avocats encore une fois, au cas où, et attendre de voir si Aly se décidait. Elle n'avait pas envie de continuer à se prendre la tête, maintenant. Bennet savait, c'était l'essentiel. Pour le reste, leur soirée avait été suffisamment mouvementée.
- Enfin ... on verra bien. Je n'ai plus envie d'en discuter ce soir. J'ai un peu mal à la tête, après toutes ces émotions.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 604
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: We have something to tell you || Amour   Ven 22 Juil - 19:19

Revelation
°°°
Meredith ✧ Bennet
Qu’il se mette à sa place... Euh... Ou pas. Enfin si car cela faisait partie des efforts qu’il devait faire pour son épouser. Essayer de la comprendre au mieux, ne pas la juger durement qu’il avait si souvent eu l’habitude de faire par le passé. M’enfin dans le cas présent, il trouvait quand même réellement qu’elle n’avait pas fait preuve de beaucoup de jugeote.
Il fallait cependant avouer qu’effectivement Bennet ne misait pas beaucoup sur l’amitié et que selon lui, seuls les liens du sang prévalaient. Comprendre que Meredith appelle sa sœur, oui, mais son amie qui n’était d’ailleurs même plus son amie ? ... Certainement pas !
Amie plus amie qui maintenant était demi sœur. Quelle histoire, même pour eux !
Pour répondre à sa femme il se contenta de faire pincer les lèvres en relevant les sourcils. Non, vraiment, elle avait mal joué !

_ « Peut-être étaient-ils au courant et personne n’a rien dit oui, ce ne serait pas étonnant et cela arrive bien plus fréquemment qu’on ne le pense finalement. » Oui, mais chez les Carmichael ? C’était quand même très décevant aux yeux de Bennet. Il avait une estime pour toutes ces vieilles familles coincées et vieille Amérique... Ce n’était finalement que des conneries.
Bennet n’avait jamais eu vent d’affaire d’adultère chez les Monaghan. Enfin, avant lui quoi parce que s’il y avait bien un vilain petit canard dans la famille, c’était bien lui... Remarquez qu’Andrew n’était pas mal non plus de son côté pour n’en faire qu’à sa tête, seulement Georgiana n’avait jamais été aussi proche de lui qu’elle l’était de la progéniture de son troisième fils.

_ « Hum... » Si elle lui manquait... Il n’était absolument pas sensible à ce genre d’histoire. Les ex meilleures amies qui se séparent et regrettent de ne plus se parler... Il ne s’était jamais encombré de tels sentiments, voilà pourquoi il n’était pas capable de répondre plus à tout cela qu’un simple « hum » dubitatif. Si Meredith voulait vraiment revoir Aly, qu’elles se revoient mais avec cette histoire de lien de parenté découvert, elle se rendrait peut-être vite compte qu’en réalité son ex meilleure amie n’était bel et bien qu’une idiote inutile.
Qu’ils cessent d’en parler l’arrangea d’ailleurs bien et quand Meredith lui confia avoir mal à la tête, il se leva après l’avoir embrassée sur le front pour aller lui chercher un verre d’eau et des aspirines qu’il lui tendit dès qu’il revint.

_ « Pour endiguer la douleur avant d’aller nous coucher. On verra peut-être plus clair sur tout cela demain. Sur cette fille et ma mère d’ailleurs. » Ils avaient finalement bien plus de tracas qu’il n’y paraissait !
Une fois les médicaments pris ils purent aller se préparer à aller se coucher dans l’agitation puisque Bennet refusa que Meredith enfile son pyjama tout de suite, l’architecte ayant soit disant détecté un joli grain de beauté sur sa fesse qu’il n’avait encore jamais, ô grand jamais remarqué auparavant ! S’en suivirent des baisers et tout un tas de caresses que les menèrent tout droit au lit avant qu’ils ne soient réellement prêts à y entrer.

© Starseed

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: We have something to tell you || Amour   

Revenir en haut Aller en bas
 
We have something to tell you || Amour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» la faim plus fort que l'amour
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» L'amour dans Bilbon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blackcomb Scandals :: 
Et pour se distraire
 :: 
Les archives rpgiques
-
Sauter vers: