Vous êtes inscrits sur PRD ? Alors passez de temps en temps dans la FICHE DU FORUM pour y laisser un petit mot !
N'oubliez pas, toutes les 2h un clic sur les top sites en page d'accueil. C'est important pour faire grandir le forum !

Partagez | 
 

 You're the most irritating man on earth ! [PV Bennet - TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 815
ζ Âge du personnage : 27

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: You're the most irritating man on earth ! [PV Bennet - TERMINE   Mar 20 Sep - 10:14




Mernet
Make an effort !
Quatre jours avant son mariage new yorkais, et Meredith commençait finalement à stresser ; l'héritière se sentait toujours parfaitement sereine dans ses sentiments, et dans son choix de s'être unie à Bennet, mais entre leur parenthèse de rêve en Italie et cette parade qu'on attendait d'eux ici, tout le reste serait différent. Plus pesant. La wedding planner avait globalement suffisamment bien travaillé pour que tout soit prêt ou programmé à la minute près. Meredith avait finalisé les essayages de sa robe, en même temps que Rachel finalisait les retouches de la sienne à l'occasion d'un deuxième weekend à Manhattan. En fait ... en fait, le seul problème résidait dans cette interview que son chargé de relations publiques l'avait fortement incitée à accepter, au motif qu'en faisant rêver les masses, Bennet et elle redoreraient une image un peu écornée par la plainte déposée contre son époux, et le jugement qui s'était ensuivi. Bennet avait beau avoir été blanchi, la mauvaise pub était faite. Si seulement elle avait pu le convaincre !
Depuis trois semaines, Meredith allait de décalage de rendez-vous en décalage de rendez-vous, contrainte de s'excuser auprès du magazine lifestyle haut de gamme auquel elle avait consenti le droit de couvrir leur mariage. Même en faisant preuve de toute la bonne volonté et de tout l'amour du monde, son mari finissait par l'irriter. Certes, Bennet avait immédiatement annoncé la couleur et prévenu qu'il ne voulait pas s'occuper des préparatifs, hormis pour faire retoucher son costume, mais il aurait pu faire un effort pour cette interview en particulier. C'était pour lui, après tout ! Son image était bien plus écornée que pouvait l'être celle de Meredith.
Ce soir était le soir de la dernière chance, en quelque sorte, car ensuite, elle non plus n'aurait plus de temps à accorder aux journalistes jusqu'à la cérémonie. Aussi, pour s'assurer la présence de Bennet, avait-elle fixé l'interview dans les bureaux de son mari ; ainsi, elle espérait qu'il ne se trouverait aucune excuse de dernière minute.
Vers 18h30, une voiture vint la chercher au siège de Carmichaël Resort pour la conduire à l'agence Monaghan, où elle fut accueillie par Julia qui, après s'être montrée froide pendant quelques jours, avait fini par passer elle aussi l'éponge sur l'épisode de la rupture avec Bennet. Les deux femmes avaient discuté quelques minutes, jusqu'à ce que les journalistes arrivent ; là, Julia les avait conduits à une zone d'attente, tandis que Meredith allait mettre la main sur son époux pour se débarrasser enfin de cette interview qui, dans l'absolu, ne la passionnait pas plus que lui.
Quand elle frappa à la porte du bureau de son amour, aucune réponse ne vint. Poussant doucement la porte, elle entra pour le trouver en grande conversation téléphonique, assortie, si elle devinait juste, d'une vidéo conférence. Bon ... les choses ne se présentaient pas sous les meilleurs auspices. Attendant que l'interlocuteur de Bennet se lance dans une tirade suffisamment longue, elle commença par lui souffler un baiser, caméra oblige, puis elle coupa le micro pour pouvoir s'adresser tranquillement à son architecte.
- Les journalistes sont arrivés. Peux-tu essayer de mettre rapidement fin à ta call s'il te plaît ?
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.


Dernière édition par Meredith Carmichaël le Mer 8 Mar - 23:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 604
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: You're the most irritating man on earth ! [PV Bennet - TERMINE   Sam 12 Nov - 15:41

The most irritaing man on earth
°°°
Meredith ✧ Bennet
Malgré un nombre incalculable de ruses mises en œuvre afin d’échapper à cette fichue interview, rien n’y avait fait, celle-ci était toujours d’actualité, et pire, elle se ferait en ses murs... Impossible, donc, à priori, de ne pas s’y soumettre. « A priori », car Bennet était un homme plein de ressources.
L’architecte d’intérieur estimait que c’était à son épouse de se plier à cet exercice. Elle avait été formée à cela et se montrerait bien plus agréable que lui. Il savait s’adresser à la presse et faire preuve de bonne foi mais pas aujourd’hui, pas pour ce magazine, pas alors que cela lui avait été imposé. Tête de mule ? Si peu.
La journée s’était passée comme une journée normale. Levé de bonne heure, café, direction le cabinet, café, travail, travail, travail et ce, jusqu’à ce soir alors que Julia lui annonçait qu’il devrait se presser car Meredith était là, ainsi que les journalistes. Il avait presque oublié tout cela... Malheureusement pour tout le monde, il n’était pas prêt. Un client avait demandé une confcall et impossible pour lui de refuser.
Installé confortablement dans son fauteuil et en pleine conversation, il ne tarda pas à voir entrer dans son bureau sa jeune femme, radieuse et pourtant casse-pieds. Déjà, elle lui demandait de se dépêcher, ce à quoi il répondit par un froncement de sourcils qu’il eut du mal à tenir vu la tenue de Meredith.
Chaque jour, il la trouvait plus belle et il le savait, cela le rendait faible !
Son client, un italien, parti dans un discours interminable sur le marbre, ses avantages et son prix exorbitant, Bennet put répondre à Meredith qui venait de couper le micro.

_ « Je fais de mon mieux... Les italiens... Tu les connais... Si, Si. » Il avait, par politesse, rebranché le micro pour répondre rapidement à son interlocuteur toujours furieux du prix des différents matériaux que lui-même avait exigé avoir... Les riches étaient décidément les pires. Plus ils avaient de l’argent et plus ils rechignaient à dépenser le moindre centime... Bennet étant lui-même bâtit dans le même marbre.
Micro toujours coupé et œil tantôt fixé sur son écran, tantôt sur sa femme, il sa cacha discrètement la bouche pour parler tranquillement sans gêner son client.

_ « Tu ne peux pas commencer sans moi ? Je n’ai absolument pas le temps pour tout ça Mer. » La preuve, il n’avait même pas le temps de dire son prénom en entier... Preuve en était donc qu’il n’avait pas une seconde à lui !

© Starseed

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »


Dernière édition par Bennet Monaghan le Mar 15 Nov - 14:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 815
ζ Âge du personnage : 27

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: You're the most irritating man on earth ! [PV Bennet - TERMINE   Dim 13 Nov - 23:50




Mernet
Make an effort !
Les choses semblaient mal parties pour l'interview, une nouvelle fois, et Meredith n'était pas prête à l'accepter. Bennet avait joué avec elle à demander en permanence de décaler au motif qu'il aurait plus de disponibilités ultérieurement, tout ça pour mieux esquiver ensuite en raison d'un rendez-vous impromptu mais aujourd'hui, il n'était plus possible de repousser, et son époux allait devoir se plier à cette obligation. C'était l'affaire d'une heure, une heure et demi au maximum, et s'il avait fait l'effort dès le début, il aurait été tranquille ! Tout en l'écoutant lui fournir ses explications et répondre en parallèle à son client italien, donc Meredith ne comprenait rien à ce qu'il disait, la jeune mariée ne cessait de s'assombrir, et quand l'Italien repartit dans un monologue, elle coupa à nouveau le micro.
- Bennet ! Tu avais donné ton accord, tu dois t'y tenir !
Comme pour mieux détourner la conversation, son architecte de mari avait reconnecté le micro, le temps de balancer un "Si, si" de politesse. A peine les mots prononcés, Meredith coupa une nouvelle fois le micro, et reprit, froidement :
- Je serai dans une de tes salles de réunion. J'espère bien que tu m'y rejoindras.
Et, sans un regard de plus pour son époux, elle quitta son bureau, furieuse qu'il refuse une nouvelle fois d'assumer.

Une fois dans le couloir des bureaux de l'agence de Bennet, Meredith commença par respirer lentement, le temps de se calmer. Il était hors de question que quiconque voie sa colère, qu'il s'agisse des collaborateurs de son mari, de Julia, ou des journalistes, dont elle allait donc devoir finalement s'occuper seule. Puis, d'un pas décidé, elle se dirigea vers le bureau de Julia pour s'enquérir d'une salle vide où elle pourrait répondre à cette foutue interview dont elle n'avait pas plus envie que Bennet, mais à laquelle elle répondrait quand même, elle !
- Julia, où peut-on faire cette interview ? Il faudra nous apporter des rafraîchissements, également. Du café aussi, s'il vous plaît.
- La salle Alvar Aalto, au fond du couloir, est disponible. Je vous y rejoins dans quelques minutes avec un plateau.
Meredith, acquiesçant d'un signe de tête, se dirigea d'un pas décidé vers la salle en question, qu'elle ouvrit pour tomber sur une jeune personne qui avait envahi la grande table au centre de la pièce.
- Vous êtes la stagiaire de Bennet n'est-ce pas ? J'ai besoin de cette salle, il faut vous installer ailleurs.
Sans être glaçante, Meredith s'était montrée peu amène avec cette fillette avec laquelle Bennet avait couché et qui le maintenait sous une menace de chantage, en dépit d'un premier chèque dont son époux n'avait même pas accepté de lui révéler le montant. Tandis que cette traînée ramassait ses affaires, l'héritière prit le temps de l'observer, avant de s'exclamer :
- Mais je vous connais !
Et comment ! Cela datait d'un peu plus de deux ans. La période où Bennet et elle se détestaient encore. Elle avait été conviée à une réunion d'anciens élèves à la fac, à laquelle elle avait accepté de participé pour se trouver enfin dans un environnement plus amical. Et, en fait de bonne ambiance, elle avait même fini la nuit dans le petit appartement d'un de ses anciens jeunes profs, qui en parallèle de ses cours surveillait un vestiaire. Au matin, en se réveillant, Theodore n'était plus auprès d'elle mais avait déposé un peignoir pour elle. Elle l'avait enfilé avant de se diriger vers la pièce où elle entendait des voix, pour assister à une scène étonnante : Ted, depuis la bibliothèque en enfilade de son bureau, discutait avec une de ses élèves qui, dans ledit bureau, incitait son professeur à chercher encore tout en dérobant des papiers. En la voyant, Meredith lui avait adressé un clin d'oeil, avant de reculer dans la chambre, pour prendre une douche dans la salle de bains attenante et se sauver. Ce n'était pas ses affaires après tout, non ? Mais maintenant ...
- C'est ce qu'on appelle ne pas avoir de chance. Vous me reconnaissez ? Ne dites rien, je le vois. Vous allez plutôt m'écouter : je vous donner quinze minutes pour récupérer toutes vos affaires. Vous allez rendre à Bennet l'argent que vous lui avez soutiré, et ne plus jamais - JAMAIS - essayer de profiter de lui, sans quoi je contacte le doyen de l'université. Je suis certaine qu'il prêtera une oreille très attentive à une ancienne élève dont le père a financé de nombreux aménagements. Je lui expliquerai comment je vous ai surprise un jour, et comment je n'avais rien dit jusqu'alors parce que je connaissais pas votre nom. Et vous savez ce qui se passera ensuite ? Tous vos diplômes seront annulés, vous serez interdite du moindre examen. Votre avenir sera ruiné. Et n'allez surtout pas croire que je plaisante. Maintenant, foutez-moi le camp !
A cet instant, on frappa à la porte, et Julia entra avec un plateau dans les mains. L'assistante et amie de Bennet connaissait la situation de son patron vis-à-vis de la stagiaire, aussi Meredith n'eut-elle pas à prendre de gants.
- Merci Julia. Puis-je encore vous demander de prévenir les journalistes que je suis prête à les recevoir ? Vous pourrez également faire le solde de tout compte de cette petite traînée, et vous assurer qu'elle quitte bien les lieux en ayant rendu l'argent de mon époux.

Cinq minutes plus tard, quand les journalistes la rejoignirent, Meredith se sentait à nouveau calme, et répondit gracieusement à leurs questions, non sans excuser son époux - "ses chantiers ont pris du retard suite à l'accident, comprenez-vous ?".
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 604
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: You're the most irritating man on earth ! [PV Bennet - TERMINE   Mar 15 Nov - 14:33

The most irritaing man on earth
°°°
Meredith ✧ Bennet
Ce n’était pas lui qui avait accepté cette interview si ? Il avait peut-être pensé que c’était une bonne idée sur le coup et qu’il aurait le temps mais tout cela n’avait été qu’utopie ! En pratique il n’avait absolument pas le temps. Depuis ces derniers mois il avait pris du retard. Les ruptures à répétition, les accidents en tout genre, le Canada, le coma, les jours pris pour se reposer... Il ne remettait absolument pas la faute sur Meredith, s’il avait pris du retard, c’était son problème à lui, pas celui de son épouse, mais là, alors qu’elle revenait à la charge pour cette histoire d’interview il commença gentiment à voir rouge. Sa pensée : Elle me les brise.
Elle avait beau être la plus belle femme du monde, son épouse, l’amour de sa vie et tout ce que vous voulez, mais là, à l’instant, elle les lui brisait menues !
Il la laissa donc faire son « foin » sans réellement lui prêter une attention digne de ce nom. Si au départ il l’avait plus ou moins accueillie avec légèreté, maintenant, ils en étaient loin et sa femme commençait elle aussi à s’agacer. Elle espérait qu’il la rejoigne... Il n’avait pas le temps ! En quelle langue fallait-il qu’il le lui dise ?! Le pire étant qu’elle le voyait bien puisqu’il était encore et toujours en ligne avec son client qui de son côté également commençait à hausser le ton. Pas spécialement contre Bennet qui finirait bien par perdre son calme lui aussi.
Heureusement, Meredith fini par quitter son bureau et il fut en mesure de calmer les choses avec son client. Lui expliquant encore qu’il faudrait mettre de prix pour avoir la plus belle qualité de marbre. Lui faisant également miroiter un prix qu’il négocierait lui-même dès le lendemain matin à la première heure. La pression sembla ainsi redescendre doucement.
Quand il mit fin à son appel, il ne se posa même pas la question et resta confortablement assis à son bureau plutôt que d’aller retrouver son épouse. Il écrivit d’abord une note à Julia avec des consignes pour le lendemain, puis il améliora l’un des plans sur lequel il travaillait avant sa conférence téléphonique. Il avançait, encore et toujours et c’était d’ailleurs ainsi qu’il rattrapait son retard, surtout pas en allant répondre à des questions idiotes de journalistes !
Le bureau de l’architecte avait été fait de telle sorte qu’il n’aurait jamais réellement l’impression d’y être enfermé. Les parois étaient en verre et c’est ainsi, qu’en relevant la tête, il vit passer à toute allure sa stagiaire, les bras chargés. Etait-ce notable ? Le seul fait exceptionnel de tout cela était qu’elle ne lui avait jeté aucun regard provocateur comme elle le faisait depuis qu’elle le faisait quasiment chanter.
Quelques minutes plus tard ce fut Julia qui fit irruption dans son bureau.

_ « La stagiaire rentre chez elle. »

_ « Et alors ? Manquerait plus qu’en plus elle dorme ici. »

_ « Définitivement Bennet. Je crois qu’elle a parlé avec Meredith mais je n’ai pas entendu ce qu’elles se disaient. Meredith qui t’attend en salle Alvar Aalto... L’interview doit toucher à sa fin maintenant. »

_ « Elle ne reviendra plus nous emmerder ? »

_ « Mlle Carmichael a surement appuyé sur quelque chose qui aura fait pencher la balance. Un secret quelconque. »

_ « Que nous n’aurions pas réussi à découvrir ? A quoi ça sert d’engager des pros ? »

_ « Ecoute, tu rejoins Meredith et tu lui demandes ! Tu ne vas pas en plus râler d’être débarrassé de cette petite pétasse. Bon, je raccompagne les journalistes et je rentre. De ton côté tu ferais bien de sortir de ce bureau avant que ça ne barde pour toi ! » Il décida de rejoindre son épouse une dizaine de minutes plus tard alors que tout le monde ou presque avait quitté les lieux.
Il allait se faire engueuler, peut-être... Ou pas... Allez savoir.

_ « Qu’est-ce que tu lui as dit pour qu’elle laisse tomber son chantage ? » Pourquoi tourner autour du pot ? L’interview il s’en fichait, le plus important dans la seconde était de savoir comment elle avait fait pour parvenir à faire lâcher prise la stagiaire aux dents longues.

© Starseed

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 815
ζ Âge du personnage : 27

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: You're the most irritating man on earth ! [PV Bennet - TERMINE   Mar 15 Nov - 18:48




Mernet
Make an effort !
- L'annonce de votre mariage avec Bennet Monaghan a surpris tout le monde. Les lecteurs de The Plunge auront-ils le droit d'en savoir un peu plus sur ces noces secrètes ?
Excellente question ... Meredith se sentait-elle prête à en dire plus à des milliers de gens qu'elle ne connaissait même pas et ne connaîtrait jamais, au simple motif de redore le blason de son crétin de mari ? Indépendamment de la colère qu'elle ressentait à son égard, et qu'elle se devait de dominer pour l'instant afin d'éviter toute réponse hors de propos, l'héritière ne savait pas bien quoi répondre ... Elle ne voulait pas tout dire, mais on attendait clairement d'elle qu'elle partage un peu de cette expérience magique ...
- Eh bien ... Je peux sans doute vous dire que Bennet et moi n'étions que tous les deux, et que trente minutes avant la cérémonie, je n'étais pas au courant que j'allais me marier. Mais je ne le regrette pas un seul instant. Si vous aimez quelqu'un, si l'amour est partagé, si vous êtes sûrs de vous, n'attendez pas. L'expérience nous a appris à tous les deux, dans des circonstances difficiles, qu'il faut profiter de chaque instant et ne pas compter aveuglément sur l'avenir.
- Vous évoquez, je présume, le décès soudain de vos parents. On imagine que vous aurez une pensée pour eux, samedi ?
- Je ... ne crois pas que cette question apporte un quelconque éclairage intéressant pour vos lecteurs. Je préférerais qu'elle ne figure par dans l'interview.
- Oui, bien sûr. Pardonnez notre manque de délicatesse. Pour revenir à des questions plus pragmatiques, comment trouve-t-on le temps d'organiser un mariage de rêve quand on est la jeune PDG d'une entreprise telle que Carmichaël Resort ?
Meredith se mit à rire, avant de répondre joyeusement :
- Il y a la nuit pour ça ! [...] Plus sérieusement, j'ai la chance d'avoir une assistante personnelle très compétente, qui me connaît suffisamment pour que je puisse lui déléguer de nombreux sujets en tout confiance. Nous avons également fait appel à une wedding-planner, Marylin Winstead ; c'est une option qui implique de se dégager du temps pour vous entretenir régulièrement avec la personne, mais qui vous permet d'éviter toutes les démarches fastidieuses et longues dans la préparation, pour vous concentrer uniquement sur le plus important.
- Comme la robe ? The Plunge sera sous presse et distribué avant samedi. Nos lecteurs peuvent-ils avoir tout de même un avant-goût de ce qu'une Meredith Carmichaël porte le jour de son mariage ?
- Deux mots seulement, alors ! Zuhair Murad.
Pendant de longues minutes encore, l'interview continua, sur un ton léger savamment entretenu par l'attitude irréprochable de Meredith. L'éducation qu'elle avait reçue avait ceci de bon qu'à défaut de manquer parfois de spontanéité, elle n'était jamais prise au dépourvue. Finalement, tandis que les journalistes, après quelques dernières photos, remballaient leurs affaires et quittaient les lieux, Bennet la rejoignit, l'air ... Bennet. Préoccupé, impatient. Meredith devina avant même qu'il ait ouvert la bouche ce qu'il avait à lui demander : comment avait-elle fait partir la stagiaire dont il ne parvenait à se débarrasser.
Effectivement, tandis qu'elle attrapait sa propre veste, après avoir demandé à Michel de passer la chercher pour la ramener chez elle, son époux l'interrogea. Là, Meredith se tourna vers lui, décidée à se venger de la nonchalance de Bennet.
- Michel arrive pour me ramener. J'ai peur de ne pas avoir le temps de répondre à ton interview. Mais nous pouvons reprogrammer, si tu le souhaites. Julia n'aura qu'à contacter Harper. Je suis très occupée en ce moment toutefois : je prépare mon mariage.
Et, sans un regard de plus et sans laisser le temps à Bennet de répondre, elle attrapa son sac à main et fila vers la sortie des bureaux de son époux, pour rejoindre sa voiture avec chauffeur. Tandis que Michel lui ouvrait la portière, une voix qu'elle ne connaissait que trop l'interpella : Bennet la suivait à pas pressés, l'air furieux.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 604
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: You're the most irritating man on earth ! [PV Bennet - TERMINE   Mar 15 Nov - 20:40

The most irritaing man on earth
°°°
Meredith ✧ Bennet
Sa charmante épouse avait décidé de lui faire payer son absence et son manque d’investissement pour cette foutue interview. Alors qu’il lui demandait non pas comment celle-ci s’était déroulée mais comment elle était parvenue à les débarrasser de la stagiaire, Meredith lui répondit qu’elle n’avait pas le temps. Que leurs assistantes respectives n’avaient qu’à convenir d’une date. Formidable.
Il se renfrogna un peu plus et la regarda enfiler sa veste pour le planter là.
L’architecte récupéra manu militari son manteau ainsi que sa serviette et la suivit le plus rapidement possible.

_ « Meredith, ne me tourne pas le dos comme ça! » Il loupa l’ascenseur dans lequel elle venait de monter et parvint à en attraper un autre qui fut suffisamment rapide pour ne pas que Meredith ait le temps de monter en voiture sans même l’avoir attendu.
S’il y avait quelque chose qu’il détestait c’était qu’on le plante et c’était exactement ce qu’elle faisait ! Sentiment d’abandon ? Non, pas exactement mais c’était un peu comme se prendre une giffle.

_ « Meredith ! – Bonsoir Michel. » Il s’était engouffré à l’arrière de la berline aux côtés de sa femme. Il soufflait d’agacement tout en ayant qu’une seule envie, se calmer en fumant ! Lui ferait-il l’affront d’allumer une cigarette ici ? Oui ! Tout en ouvrant la fenêtre. La règle était claire : Pas de tabac dans les espaces clos (appartement, voiture, avion etc...). Tant pis ! Cependant, il faisait attention à fumer plutôt dehors que dedans et ce, malgré les mouvements de la voiture.
Furieux, il fuma sa cigarette en seulement quelques bouffées frénétiques puis il referma la fenêtre et jeta un regard noir à son épouse. Se disputer devant le chauffeur ? Non. Il attendrait d’être monté chez eux.
Le trajet jusqu’à l’appartement fut plus glacé que le pôle Nord lui-même et cela ne s’arrangea pas alors qu’ils descendaient de voiture pour prendre leur ascenseur privé, où, enfin seul, ils pourraient commencer à discuter, ou se disputer...

_ « Tu es prête à cesser tes enfantillages ? Tu le sais mieux que quiconque, j’ai pris énormément de retard depuis l’an dernier. Je dois être irréprochable et mettre un sacré coup de collier si je ne veux pas perdre des contrats ! Je n’ai pas le temps de répondre à des questions stupides de journalistes de seconde zone ! » C’était très sévère puisque ce n’était pas ce dont il s’agissait mais franchement, vous l’imaginez répondre à des questions concernant son couple et l’amour démesuré qu’il portait à Meredith ?
Concernant les contrats, il ne risquait en réalité pas d’en perdre car ses clients n’avaient pas réellement vu qu’il avait pris du retard mais il se mettait une telle pression qu’il ne supportait pas l’idée de ne pas avoir été PARFAIT ces derniers mois. Pour lui, c’était une réelle angoisse que de constater qu’il n’était pas au point où il aurait dû être.
Nouvel épisode de l’ascenseur pour le couple désormais uni pour le meilleur et pour le pire ? Non, mais il n’était pas content !
Les portes s’ouvrirent et ils purent pénétrer chez eux. Il balança son manteau et sa serviette dans le fauteuil à l’entrée de l’appartement puis se dirigea en grognant fortement vers le salon et le bar où il se servit à boire.
Il était hors de question qu’ils puissent se disputer comme ils le faisaient autrefois. La pourrir et la rabaisser lui étaient de toute façon impossible aujourd’hui.
C’est vrai qu’il avait fait preuve de beaucoup de mauvaise foi dans toute cette histoire d’interview mais il était hors de question qu’il l’admette. Il n’avait PAS ENVIE de cela ! Point !

_ « Je ne te demande pas de me faire une thèse, je veux juste savoir comment tu t’es débrouillée pour te débarrasser de la stagiaire. – C’est compliqué ? » Il n’aimait pas que l’on résolve ses problèmes à sa place, surtout quand c’était sa femme qui le faisait. Après, si c’était terminé, c’était le principal mais dans la seconde il ne voulait savoir que le « comment ».

© Starseed

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 815
ζ Âge du personnage : 27

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: You're the most irritating man on earth ! [PV Bennet - TERMINE   Mar 15 Nov - 23:38




Mernet
Make an effort !
Oh que si ! Bien sûr que si elle allait lui tourner le dos, et qu'il s'y habitue, car c'était tout ce à quoi il aurait droit ce soir. Meredith était à peu près certaine que Bennet avait fini sa conf call avant qu'elle-même en ait terminé avec les journalistes, et pour autant, son époux ne l'avait pas rejointe. Il avait accepté de participer à ça après tout, merde ! Elle ne l'avait pas forcé ! Elle lui avait fait comprendre qu"il y avait intérêt, et il avait accepté, pour ensuite refuser d'assumer. Libre à lui, mais elle se chargerait ce soir de le responsabiliser : en somme, il ne faisait que récolter ce qu'il avait semé.
Quand son mari la rejoignit tout de même à la voiture, Meredith ne prit pas la peine de lui adresser la parole. Se disputer dans la voiture ? Devant Michel, Meredith s'en fichait complètement : son chauffeur était à son service depuis qu'elle était enfant, et elle le considérait comme ... pas vraiment comme la famille ou un ami, mais comme un proche à sa façon, c'était certain. Elle lui vouait une entière confiance, et savait que jamais il ne la jugerait : il avait toujours montré trop d'affection pour elle pour ça. Bennet, en revanche, ne voyait pas les choses de la même manière et elle le savait. Il se contenta donc de la provoquer en fumant ostensiblement, ce à quoi elle répondit en se concentrant sur son téléphone. Snapchat avec une amie, comme une jeune adulte insouciante, bien qu'elle ait eu le plus grand mal à se sentir effectivement insouciante dans l'instant.
Quand la voiture les déposa devant chez eux, Meredith n'eut une nouvelle fois pas un regard pour Bennet et quand, dans l'ascenseur, il assimila son attitude à des enfantillages, elle resta muette comme une tombe, se contentant de lever les yeux au ciel pour lui faire savoir ce qu'elle pensait vraiment de son attitude de Monsieur-je-sui-trop-mûr-mais-j'assume-pas-quand-même. Sans bien savoir pourquoi, ou peut-être que si, l'héritière refusait ce soir d'être celle qui finirait par se confondre en excuses. Et puis ... "journalistes de seconde zone" ? Ce n'était peut-être pas assez noble pour Mr Bennet Monaghan, mais the Plunge était le meilleur magazine de luxe dédié au mariage au monde. Le plus réputé. Celui le plus à même de redorer son image. Dire qu'elle avait fait ça en grande partie pour lui ! Tout ça pour l'entendre parler de son pseudo retard ! Parce qu'elle, enfilait des perles peut-être ?
En entrant dans l'appartement, elle jeta ses escarpins dans un coin, mais prit le temps de ranger sa veste en soie, à laquelle elle tenait particulièrement, et son sac à main, par réflexe. Puis, elle rejoignit Bennet au salon qui s'était déjà servi un verre, sans rien lui proposer. Soit. De toute façon, elle n'avait pas soif.
- Et moi je te demandais juste de consacrer un tout petit peu de temps à ces journalistes. C'était compliqué ? J'ai dû passer une heure trente avec eux environ, mais au moins deux heures en cumulé à t'entendre chercher des excuses au motif que tu n'avais pas le temps. Alors dis-moi QUI avait vraiment du temps à perdre ?
Question purement rhétorique, dont la réponse ne l'intéressait pas. Elle était d'ailleurs déjà en train de quitter le salon, pour se diriger vers leur chambre, laissant Bennet parler dans le vide. Là, elle ferma à clé non seulement le verrou de la chambre, mais également celui de la salle de bains, avant de se couler un bain copieusement agrémenté de mousse. Si avec ça son époux ne comprenait pas le message ...
_______________________________________
Une heure plus tard environ, Meredith sortit de l'eau, où elle s'était endormi, et s'enroula rapidement dans un peignoir. Elle avait froid, désormais, et ne fut pas longue à s'habiller et à quitter la salle de bains, et la chambre. Le salon était plongé dans la pénombre, éclairé uniquement par les lumières de New York qui pénétraient dans la pièce par les grandes fenêtres alignés le long des murs.
La salle de sport était vide, elle aussi, aussi l'héritière se dirigea-t-elle vers le bureau de Bennet, où elle trouva penché sur son ordinateur. Pénétrant doucement dans la pièce, elle se coula dans un fauteuil, plus ou moins face à lui, pour prendre la parole. Le bain, et la sieste inopinée, l'avaient calmée ; elle ne s'excuserait de rien, mais elle ne voulait plus non plus la Guerre Froide. Ce n'était pas ce qu'elle espérait de cette journée, après tout.
- J'ai couché avec un de ses profs. C'était avant que toi et moi on se rapproche. Et au matin, je l'ai surprise en train de voler un sujet d'examen. Quand je l'ai reconnue, je lui ai dit que j'utiliserais ce que j'avais vu pour détruire sa vie si elle restait dans les parages. Elle devrait te rendre ton argent, aussi.
Voilà, le secret d'état était levé. Place à la suite, maintenant.
- Je veux quitter New York. Cette ville est nocive pour nous. On passe notre temps à se disputer ici, parce qu'on se laisse happer par le travail et par nos soucis. Ca n'est pas comme ça que j'imaginais que cette journée se passerait ...
Elle s'en était faite une idée tellement plus ... jolie.
- Je ne veux pas que notre enfant grandisse dans ces conditions. A Whistler on n'était pas comme ça.
Bennet, elle le voyait dans son regard, était resté figé sur le terme "notre enfant". Si ça se trouve, il n'avait même pas entendu la suite de ce qu'elle lui avait dit.
- Je suis allée chez le gynécologue ce matin pour faire confirmer mon test de grossesse. Je suis enceinte, Bennet.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 604
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: You're the most irritating man on earth ! [PV Bennet - TERMINE   Sam 7 Jan - 22:31

The most irritaing man on earth
°°°
Meredith ✧ Bennet
Meredith était furieuse et lui aussi ! Il ne supportait pas qu’elle le mette devant ses erreurs. Oui, il avait passé plus de temps à chercher des excuses pour ne pas voir les journalistes que de temps passé en interview ! Oui ! Et alors ?!
Alors que sa femme venait de lui claquer la porte de la chambre au nez, il fulmina et s’en alla fumer en buvant un verre sur la terrasse. Ensuite, il se dirigea vers son bureau où, comme à son habitude, il se déchaussa et commença à lire ses mails sur son I-Pad tout en marchant sur son tapis moelleux. Dans chacun de ses bureaux, il en avait un. La matière et sn touché lui permettaient, lui semblait-il, de réfléchir beaucoup plus efficacement que sur n’importe quel autre revêtement de sol.
Il finit ensuite par s’installer à son bureau peu de temps avant que Meredith ne finisse par le rejoindre. Il n’aurait pas mis sa main couper là-dessus mais préférait que les choses se passent ainsi plutôt qu’autrement. Sans avoir passé un temps infini à réfléchir à la suite des évènements, il espérait ne pas avoir à dormir sur le canapé, par exemple et avoir la soupe à la grimace le lendemain. Bennet n’était pas le genre de personne à savoir se sortir de ce genre de situations de façon très glorieuse. En règle générale c’était d’ailleurs lui qui tournait le dos et non l’inverse mais avec Meredith, tout était différent. Il ne supportait pas l’idée que sa femme puisse lui faire la tête trop longtemps. A coup sûr, il finirait par mettre sa fierté de côté pour s’excuser mais pas dit qu’il ne s’y prenne pas comme un manche.
Elle arriva, ce qui le soulagea sans qu’il ne montre rien. Il ne lui prêta pas attention et la laissa s’installer dans un fauteuil. Il releva cependant rapidement la tête quand elle reprit la parole en indiquant : « J’ai couché avec un de ses profs ».
Il n’y était plus. De quoi parlait-elle ?! Et puis en quelques secondes ses idées finirent par se remettre en place en même temps que son cœur quand elle lui précisa que tout cela était avant lui.
Il retira ses lunettes pour poser sur elle un regard sévère mais attentif.

_ « D’accord. » Et merci au passage. Non prononcé cat cela lui faisait encore mal à la gorge. Meredith était parvenue en cinq minutes à faire ce que lui n’était parvenu à accomplir en plusieurs semaines. Il n’aimait pas vraiment non plus qu’on lui rappelle ainsi qu’il avait failli... Il digèrerait le tout d’ici quelques minutes car ce serait une autre information qui bientôt viendrait envahir toutes ses pensées.

Quitter NY. Il n’y voyait pas d’inconvénient et voyait même ou Meredith voulait en venir en affirmant que la grosse pomme leur était nocive. Ils n’y faisaient que de se disputer, c’était vrai et même sa demande de mariage faite ici était tout à fait loin d’être des plus jolies...

_ « Le temps de mettre tout en place au cabinet et on pourra partir oui. Retour au Canada ? Italie ? » Ou à Boston ? Ou autre part ? En Italie ? Elle choisirait. Lui pouvait de toute façon travailler de partout. Il était connu dans le monde entier alors ici ou là, il n’avait rien à craindre pour son business, tout se ferait toujours aussi bien.
La suite le laissa sans voix. Son regard sévère finit par s’arrondir par la surprise.
Elle confirmait qu’ils retourneraient bien au Canada et avant cela avait parlé de leur enfant.

_ « Quoi ? » Sa voix était enrouée et il avait dû s’y reprendre à deux fois pour exprimer sa surprise.

_ « Enceinte ? Comment ça enceinte ? » Enceinte de quoi avait été la question qu’il avait eu envie de poser mais celle-ci était stupide, il s’en rendait bien compte.
Enceinte... Mais ils n’avaient même pas essayé ! Enfin si, plein de fois mais il n’avait pas réalisé qu’ils étaient en train d’essayer de faire un enfant et non pas en pleine séance de câlins merveilleux.

© Starseed

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 815
ζ Âge du personnage : 27

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: You're the most irritating man on earth ! [PV Bennet - TERMINE   Dim 8 Jan - 22:03




Mernet
Make an effort !
C'était fini. Meredith n'avait jamais été du genre à faire durer les disputes plus que nécessaire, surtout avec Bennet, mais désormais, il n'en était plus question. Bennet et elle avaient failli se perdre définitivement, et à cette occasion, Meredith avait parfaitement entrevu ce qu'était la vie sans lui : un abîme de désespoir, et aucune perspective d'avenir qui vaille la peine. Les souvenirs de cette période, bien qu'elle n'en parlât jamais avec son époux, ne la quittaient pas si facilement, et quand le ton montait entre Bennet et elle, tout remontait aussitôt à la surface. Depuis ce matin, elle savait qu'il y avait une raison supplémentaire pour passer l'éponge : il ne s'agissait plus que d'eux deux, mais de eux trois. Deux et demi, éventuellement. Quoiqu'il en soit, Meredith n'était plus seule, elle devait penser pour elle, et pour le bébé qui allait grandir en elle. Alors, après ce bain qui l'avait apaisée, elle avait pris la décision de passer l'éponge.
Fini de jouer à l'idiote avec Bennet, en le faisant mariner sur la manière dont elle s'était débarrassée de la stagiaire : elle venait de tout raconter à son époux, qui acquiesça, sans remerciement. Qu'importe. Meredith connaissait son caractère fier parfois, et l'essentiel, pour elle, était surtout d'avoir fait disparaître l'encombrante petite pétasse qui pouvait nuire à son mari. Fini, également, se garder pour elle ses doutes quant à leur installation à New York : cette ville qui l'avait vue grandir, qu'elle connaissait intimement, et qu'elle aimait du plus profond de son âme, cette ville n'était plus pour elle aujourd'hui. Jamais elle ne l'aurait cru, mais c'était à Whistler, dans une petite station canadienne insignifiante, qu'elle était désormais heureuse, bien ancrée dans la vie. Et, pour autant qu'elle puisse en juger, Bennet aussi s'y trouvait finalement bien : il y était moins stressé, en tout cas. Travaillait tout autant, mais fumait un peu moins et, surtout, ne s'énervait pas pour un rien. Donc, retour à Whistler pour tous les deux ; elle avait le pressentiment que Bennet ne s'y opposerait pas.
Enfin, il y avait LE sujet : cette grossesse toute fraîche, dont elle-même avait à peine eu le temps de se remettre. Elle avait une conscience tellement aiguë de ce que cela signifiait et, dans le même temps, elle en revenait à peine. Elle avait l'impression que du jour au lendemain, elle aurait ses règles, et tout cela ne serait plus qu'un rêve. C'était étrange. Cela lui donnait aussi la volonté de tout faire, tout, pour cet enfant qui serait le leur, à Bennet et elle, dans quelques mois. Son époux, pour le moment, était aussi abasourdi qu'elle avait pu l'être quand elle avait fait son test de grossesse, comme si cette discussion qu'ils avaient eue en Italie n'avait pas eu lieu. Comme si ce bébé était réellement une surprise. Pourtant, ils l'avaient voulu, et avaient fait ce qu'il fallait pour l'avoir.
- J'avais du retard ... suffisamment pour avoir la puce à l'oreille, alors, il y a trois jours, j'ai fait un test, qui s'est révélé positif. Et ce matin, ma gynécologue m'a confirmé que j'attendais bien un enfant. J'aurais préféré te l'annoncer autrement mais ... tu vas être père Bennet.
Et pour la première fois depuis qu'ils avaient pris cette folle décision, Meredith trouvait cela merveilleux : elle avait face à elle son époux, qu'elle aimait au-delà des mots, et dans quelques mois, ils formeraient une famille. Sur son visage, un sourire absolument ravi s'étendit.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Bennet Monaghan
Touriste
avatar

ζ Messages : 604
ζ Âge du personnage : 38

YOU
Ton ptit nom: Bee
Ton âge: 32
Autre(s) compte(s): Linoy la folle, Harper la douce, Lizzie la forte, Andrew cœur d'amour

MessageSujet: Re: You're the most irritating man on earth ! [PV Bennet - TERMINE   Dim 5 Mar - 19:56

The most irritaing man on earth
°°°
Meredith ✧ Bennet
Comment ça il allait être père ?!
Ok ils avaient décidé d’essayer mais entre essayer et le fait de tomber enceinte il devait normalement se passer des mois, des années voire des siècles !

_ « Merde. » Oui, merde. Non pas qu’il revenait sur ce qu’il avait dit quelques semaines auparavant sur le fait d’agrandir leur famille mais... Whahoo... Ce merde n’était même pas lié à une quelconque déception. C’était un merde de pure surprise.
Tout à coup il n’était plus question de se battre par rapport à l’interview. Il fallait savoir quoi dire pour contenter la mère de son futur enfant.

_ « Je veux dire... » Il marqua une pause, cherchant les mots qui avaient le plus grand mal à venir.

_ « Je ne sais pas ce que je veux dire... Enfin... Hum... Whahoo ? – C’est si soudain Meredith. On a décidé ça quand ? ... Et aujourd’hui, déjà, tu es enceinte. » Boire un verre, encore, histoire de se remettre, voilà ce qu’il fallait faire et ce fut donc chose avalée. Il était loin d’être mécontent mais ne sautait pas non plus au plafond. Meredith devrait s’y faire, son mari ne réagissait jamais vraiment comme il l’aurait fallu.
Il ne lui criait plus dessus non plus. En fait, il accusait le coup et la surprise était plus que lisible sur son visage, tout comme le trouble qu’il ressentait.
Après quelques minutes à ne rien dire tout en fixant le vide, il se reprit en main et finit par s’approcher de son épouse pour la prendre dans ses bras. Cette nouvelle était bonne après tout. Ils avaient décidé d’avoir un enfant et celui-ci arrivait juste un peu plus tôt que prévu... Cela ne changeait finalement rien. La seule chose à souhaiter maintenant était que l’enfant soit une fille. Une fille en parfaite santé, évidemment.

_ « Très bien... On va... Prendre rendez-vous et faire tout ce qu’il faut pour que tu sois, que vous soyez, prises en mains par les meilleurs et euh... Tout ira bien. C’est parfait. On va avoir une mini nous. Une mini toi. C’est parfait. » Il était encore un peu hésitant en parlant mais tout de même relativement convainquant. Il ne pouvait pas faire autrement que de dire qu’il s’agirait d’une petite fille. Sa perle le savait, il ne voulait pas de garçon alors oui, il parlait de l’enfant au féminin.
Il avait également finit par sourire. Il avait entendu dire que sourire même sans raison rendait heureux alors il s’aidait à être heureux ! La surprise était encore tellement fraîche qu’il n’était pas évident d’apprécier à sa juste valeur la nouvelle que Meredith venait de lui apprendre.

© Starseed

_________________
“Mernet”
« I can't ever change without you
You reflect me, I love that about you
And if I could, I would look at us all the time [...] You are the love of my life »
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Carmichaël
Saisonnier
avatar

ζ Messages : 815
ζ Âge du personnage : 27

YOU
Ton ptit nom: Dev
Ton âge: 29 ans
Autre(s) compte(s): AJ, Carrie, Joshua, Paul

MessageSujet: Re: You're the most irritating man on earth ! [PV Bennet - TERMINE   Mer 8 Mar - 23:36




Mernet
Make an effort !
Si Meredith n'avait pas connu son époux comme elle le connaissait - jusqu'au fond de son âme - sa réaction lui aurait sans doute fait de la peine. Pour n'importe quel observateur extérieur, Bennet ne donnait pas l'image de l'homme ravi d'apprendre qu'il va être père. Mais la jeune Mme Monaghan, elle, savait qu'il était bien trop surpris pour exprimer autre chose que l'étonnement dont il faisait preuve dans l'instant. Elle non plus, à vrai dire, ne s'était pas attendue à tomber enceinte aussi rapidement : tout allait toujours vite avec Bennet et, finalement, cette rapidité avec laquelle ils passaient les différentes étapes leur réussissait bien. Mais là, on parlait du fait qu'elle attendait un bébé. Qu'un petit être allait grandir en elle. C'était encore abstrait, alors ... elle comprenait la réaction de Bennet.
- Il faut croire que c'est notre super-pouvoir ...
Bennet ne l'avait-il pas déjà mise enceinte, cette fois où elle avait oublié sa pilule ? Pour certains, faire des enfants étaient un parcours du combattant ; pour eux qui n'étaient même pas si pressés, c'était d'une simplicité enfantine. Meredith ne savait pas encore bien si c'était une bonne chose : ils étaient décidés, certes, mais pas au point de se faire un "planning sexe" avec rendez-vous minutés. Bon ... d'un autre côté, eux n'avaient vraiment pas besoin d'un planning pour coucher ensemble. Quoiqu'il en soit, se donner un peu plus de temps aurait peut-être été plus simple. Ou cela les aurait énervés ? Meredith n'avait pas l'habitude d'attendre, alors qui savait comment elle aurait réagi si leur projet n'avait pas fonctionné assez vite ?
Se mettre en couple avec Bennet avait généré beaucoup de questionnements, de remises en question, de doutes, pas tant en raison de leur relation, que des freins qu'ils se mettaient. Quand finalement ils avaient compris où était leur bonheur, se marier avait été une évidence. Aujourd'hui, attendre un enfant était un saut vers l'inconnu. Et petit à petit, tandis que Bennet se faisait à l'idée, il disait aussi tout ce qui rassurait Meredith en l'instant : que ce serait parfait, et qu'ils feraient tout, tous les deux, pour ce bébé.
Ils seraient heureux.
BY .TITANIUMWAY


_________________
— LIKE YOU'RE MY MIRROR
I don't wanna lose you now, I'm lookin' right at the other half of me. The vacancy that sat in my heart  is a space that now you hold. Show me how to fight for now and I'll tell you, baby, it was easy comin' back here to you once I figured it out, you were right here all along × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: You're the most irritating man on earth ! [PV Bennet - TERMINE   

Revenir en haut Aller en bas
 
You're the most irritating man on earth ! [PV Bennet - TERMINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» EARTHQUAKE WARNING FROM RUSSIAN INSTITUTE of PHYSICS of the EARTH
» Google Earth: Des images fraîches d'Haïti !
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."
» Another Earth [DVDRiP]uptobox
» Crash de Fired-Earth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blackcomb Scandals :: 
Out of town
 :: 
Round the world
-
Sauter vers: